Présaison CSP 2018/19

PLAYOFFS

Illustration

On va juste se contenter de ce titre ! 2 ans qu'on ne goutait plus à la post-saison malgré des effectifs pléthoriques et un budget supérieur à bien des candidats qui allaient s'éclater en playoffs. Alors qui seront nos petits camarades de jeu pour cette série ?

Les présents

A ce jour la donne est simple :
- MONACO
- STRASBOURG
- LE MANS
- DIJON
- LIMOGES
- ASVEL
- NANTERRE
- Pau-Lacq-Orthez
Maintenant, pour savoir qui sera où... il faudra être sacrément fort parce que déjà quand il y a de l'enjeu cette JEEP Elite est imprévisible alors quand les 8 sont qualifiés et peuvent en plus jouer à choisir leur adversaire pour les 1/4 (pour les mieux classés) autant dire que c'est mission impossible. Disons simplement pour Limoges que gagner sera mieux que perdre (y'a pas à dire c'est pointu chez Beaublanc.com !^^) Réponse mardi soir.

Notons tout de même que Dijon qui a fait une superbe saison vient de perdre cruellement un élément clé sur blessure : Jacques ALINGUE dont le tendon d'Achille a rompu. Un véritable game changer tant l'intérieur français était une pierre angulaire dans le fonctionnement de la JDA. Ses 15,6 d'éval de moyenne vont manquer, et si on se rappelle que la blessure de Moerman en finale avait boosté le CSP, là c'est dès les 1/4 que Dijon devra faire "sans".

Les absents

Une pensée pour les valeureux burgiens. Belle saison pour eux aussi, hautement Peacock/Sim dépendants et probablement pillés dans les jours qui arrivent, les promus ont réussi un exercice 2017-18 mais échouent si près des playoffs. C'est peut-être un mal pour un bien pour un club qui grandit très (trop ?) vite. Avec sa salle, sa structuration et son public, Bourg-en-Bresse est sur la bonne pente et ne pas griller les étapes lui sera peut-être bénéfique sur le long terme.

Le Portel qui avait grillé les étapes l'an dernier a payé cash son rythme effréné. Sa coupe d'Europe lui a permis d'apprendre mais à quel prix ? Le ventre mou de la ProA puis de la JEEP Elite. Il y a sûrement à boire et à manger dans ce bilan mais c'est dommage pour eux de ne pas se retrouver en post-saison après le petit miracle de 2017.

Le champion décapité à Limoges on connaît. Chalon s/Saône a tout de même sauvé les meubles avec sa désormais célèbre "Chalontada". JD Choulet l'a expliqué en long en large et en travers : le contexte économique, les 2way contracts en NBA, le manque d'attractivité du championnat de France et le manque de bol dans le recrutement ont fait qu'il a joué des mois sans meneur. La situation sportive est passée de miraculeuse (un titre) à désastreuse (relégable) en un été... et l'Elan devra en retrouver mais on a confiance en coach JDC pour ne pas commettre la même erreur deux fois de suite.

Levallois s/Béarn faisait peur à tout le monde avec l'arrivée de Babac, le recrutement audacieux de Prepelic et un Gavin Ware dominant. Plus de choses qu'il n'en a fallu à d'autres pour jouer les trouble-fêtes en ProA mais la campagne d'EuroCup et une certaine idée de la lose n'ont pas permis au petitou de vendre du rêve pour le retour des petites abeilles à la ruche Levallois. Une saison décevante et un pillage très probable, le Real faisant (de façon incompréhensible) les yeux doux à la mèche courte (et ingrate) Prepelic et TP faisant publiquement du pied à Boris Diaw... Heureusement personne ne convoitera Lesca ^^

Pour les autres, on ne peut pas réellement parler de surprise hormis peut-être pour Gravelines-Dunkerque qui avait fait sensation en recrutant le MVP DJ Cooper... l'ambition est retombée aussi vite que le soufflet Cooper.

L'Europe

Compliqué aussi de parler de qualifications quand on sait que le conflit EUROLEAGUE / FIBA perdure et que cette dernière qui vante le mérite sportif n'a pas su proposer mieux à Nanterre (vainqueur de la C4 l'an dernier) qu'un tour de qualification en BCL. Si l'ASVEL est promise à l'EuroLeague à l'horizon 2019-20, l'an prochain la maison verte devrait se contenter de l'EuroCup, devant le forcing de la LNB qui a curieusement retrouvé le numéro des instances barcelonaises, Strasbourg devrait aussi revenir chez les grands et quitter la BCL et ses belles oppositions en Suède. Quid de Limoges ? Le CSP a joué le jeu, s'est qualifié au TOP16 et a fourni le spectacle et la salle pleine que l'EuroCup attendait... une wildcard sera possible (l'EC en garde 2 sous le coude) mais accéder à la finale serait un gros plus puisque cette saison deux équipes françaises sont annoncées en C2. Monaco a d'ores et déjà gagné sa place avec sa place de finaliste de BCL (c'est dingue c'est l'EuroLeague qui valorise la BCL ^^) et le total français devrait donc se porter à minima à 3. Autrement dit, il reste 7 équipes pour 2 places sachant que l'ASVEL sera invitée en cas d'élimination et que la SIG semble avoir suffisamment fayoté pour convoiter une WC en cas d'élimination précoce (la bonne nouvelle pour eux c'est que le finaliste gagne aussi un ticket). Sans compter que l'EuroCup pourra certainement décider d'attribuer une WC à un autre pays que la France... donc Limoges devra faire un parcours idéal jusqu'au bout des playoffs LNB ou tabler sur une finale ASVEL-SIG pour penser sereinement à une wildcard.

Ainsi : il vaudrait mieux que Monaco, ASVEL, SIG et CSP se croisent le plus tard possible, Pau, Le Mans, Dijon et Nanterre n'étant pas à priori sur les tablettes de l'EuroCup.

Limoges pourra toujours se consoler avec un des 4 strapontins de BCL pour jouer l'Europe en figurant bien en PO sans atteindre la finale (l'accès aux 1/2 validerait presque ça sachant que Monaco, Asvel et probablement Sig vogueront vers Barcelone quoi qu'il arrive).

  • Autour du match
  • Commentaires (6)