Playoffs 2019

Au révélateur de l'ASVEL

Illustration

Limoges vient d'enchaîner une bonne série face à des équipes moyennes et a même créé la surprise face au Cendrillon de la saison : Boulazac qui a fait chuter de très gros et s'est fait fesser par un CSP en mode broyeuse. Ce dimanche, ça ne va pas être la même limonade : l'ASVEL c'est le leader qui vient de faire tomber l'ogre monégasque et qui a une longueur de banc impressionnante, un coach implacable et l'EuroLeague en ligne de mire. Limoges aura donc l'occasion de se jauger en vue des playoffs... simple faire valoir ou réel outsider ? Présentation.

L'effectif

C'est à l'intérieur qu'il y a eu le plus de changement. Outre le licenciement d'Ajinça, l'ASVEL a aussi récupéré Livio JEAN-CHARLES mais Alpha KABA enchaine une saison noire après une blessure au coude en début d'exercice, il en a repris pour plusieurs mois en janvier avec une luxation du pied. Miro BILAN et Charles KAHUDI assurent toujours.
Retrouvez ici notre présentation de l'aller.

Le match

A l'aller, le duo Milling / Perrantes était encore aux commandes du CSP et le bilan avait été violent : une bonne grosse rouste 82-68 avec une défense aux abonnés absents. Mitrovic aura préparé son groupe différemment tant le CSP a changé depuis ce 21 octobre. En présentant une défense conforme à celle vue à Boulazac Limoges pourra espérer gêner l'ASVEL. En attaque, la réussite a été exceptionnelle en Dordogne, mais n'oublions pas que notre traction arrière Taylor/Hardy est littéralement on fire ces derniers temps. La défense rhodanienne sera sûrement plus agressive que celle de Lesca (sinon Mitrovic leur arrache les ongles !) mais les menaces sont multiples au CSP et si Big Sam remonte enfin la pente...
Retrouvez ici notre analyse de la défaite de l'aller

Le contexte

Au moment de l'aller, la direction avait mis le premier pied dans sa propre tombe en soutenant la sortie absolument hallucinante d'Olivier BOURGAIN du 4 octobre sur "la mémoire courte". Le communiqué tout aussi lunaire de Diaz Verieras avait fini de nous convaincre que quelque chose était pourri au royaume du Danemark.

Aujourd'hui, quelques 6 mois plus tard, les choses ont bien changé. Céline FORTE et sa famille ont pris le contrôle de l'association ELITE et la prochaine AG de la SASP devrait leur donner le contrôle de la structure professionnelle... dès que Verieras l'aura convoquée comme il en a l'obligation légale afin de valider les comptes 2018 en temps et en heure. (EDIT : l'AG a été convoquée et se tiendra le samedi 18 mai, soit près de 5 mois après le délai légal et 18 jours après le report de 4 mois accordé à la SASP...)

L'équipe semble vivre en parallèle à ces luttes de pouvoir, mis à part quand le coach est prié de se rendre au tribunal, et les joueurs pensent surtout à leur saison et à la suite de leur carrière ce qui est à la fois positif et très pro.

Un mot pour les espoirs qui ne cessent de s'enfoncer dans le classement. Tenez bon messieurs, la saison a été compliquée avec des changements d'encadrement, des conflits et une gestion douteuse mais vous êtes EN FORMATION. Il faut tirer le meilleur de ces épreuves et en sortir par le haut. Courage.

Un mot aussi pour les UG qui bossent à un nouveau tifo et qui s'égosillent tous les 15 jours pour tenter de réveiller une salle comble criblée de sièges vides et dont une partie du fidèle public a déserté Beaublanc. Ne lâchez rien les gars (et les filles !) vous avez dompté le Palio, réveillez le volcan, l'équipe en aura besoin face à l'ASVEL !

  • Autour du match
  • Commentaires (21)