Playoffs 2019

L'ASVEL en patron.

Illustration

L'ASVEL de Mitrovic n'a laissé aucune chance au CSP une nouvelle fois handicapé par les absences : d'Inglis (prévue et dont la défense a fait défaut), de Bouteille (présent mais transparent), de Big Sam (une nouvelle fois "économisé" : douleur aux ischios... probablement en lien avec son retard) et de Miles (pas très clutch et carrément aux fraises en défense). Difficile dans ce contexte d'espérer grand chose face à un effectif hyper sérieux qui a récité un basket efficace. Analyse.

Le match

Une fois n'est pas coutume Limoges ne débute pas en prenant la foudre dès le QT1 en n'encaissant "que" 19pts. Problème, contrairement à la promenade de santé à Boulazac, l'adresse à 3pts était à peu près aussi en retard que Samardo (qui s'est pointé comme une fleur 45min avant le match... oui madame ! comme en départementale le dimanche matin !) et le 0/6 initial n'a permis aux cerclistes d'inscrire que 12 petits points. En face c'est du papier à musique : les scoreurs sont mis sur orbite facilement et la défense est particulièrement bien ciblée sur les arrières limougeauds. Au QT2 les choses se compliquent et le CSP prend ses 29pts sans broncher. L'adresse se débloque péniblement chaque possession est une souffrance. Taylor prend rapidement des fautes mais Rousselle est fantomatique en relais. Systématiquement repoussé dans le logo, l'ex-choletais peine à mettre en place. Boutsiele fait un gros chantier au rebond mais score peu.

En seconde période, l'écart stabilisé autour des 20 unités ne faiblit pas. Lighty ,Noua, Nelson ou même Malédon alimentent la marque mais si les grands techniciens de RMC Sport se pâment devant les dunks comme Montel à sa plus grande époque, c'est bel et bien Bilan et Kalnietis qui sont les maîtres à jouer, les relais de l'esprit de Mitrovic sur le terrain : chaque ballon passe par eux avec un rituel quasi immuable, le ballon descend du meneur au poste ou directement au poste bas et de là Bilan distribue... ou marque. Avec quelques bons stops, quelques ratés rhodaniens et de l'intensité en attaqueLimoges revient à -15 puis -10 en fin de rencontre mais sans JAMAIS inquiéter l'ASVEL. Il y avait réellement une classe d'écart ce soir à Beaublanc et elle était en faveur des visiteurs.

L'analyse

Que dire ? Ce CSP n'avait pas les moyens de rivaliser. Avec un bon Samardo, avec un Bouteille en réussite, avec de l'adresse dès le départ... avec des si... Pour gagner il aurait fallu agresser la balle, repousser Bilan dès la captation du ballon, agresser Kalnietis et se montrer autoritaire sur Kahudi. Insinuer le doute pour espérer lutter à armes plus égales. Mais non, rien à faire ce soir. Pas une seconde on a vu le CSP en mesure de faire vaciller le leader du championnat. Pas grand chose à analyser.

On a aimé

- Taylor qui a réussi à tirer son épingle du jeu malgré le marquage
- Voir Peronnet responsabliliser Bazille en l'absence de Samardo
- Howard et Hardy qui ont du créer leurs tirs
- Boutsiele le courageux pivot qui a joué 38min... comme s'il était à Bourg ou Fos !
- L'ambiance de feu mise par les UG qui eux méritent largement les playoffs
- La "probable" capitulation de Youri Verieras à travers ses propos dans l'équipe

On n'a pas aimé

- Bouteille qui a vécu un soir sans
- Samardo
- Jo Rousselle qui a subi, subi et re-subi
- Peronnet qui ne se sert pas de jeunes même quand c'est cramé
- la demi-douzaine de techniques non-sifflées à l'ASVEL (coach + joueurs) on a connu le corps arbitral beaucoup plus tatillon !
- l'hypocrisie de Verieras qui envisage même de travailler pour la nouvelle direction alors qu'il traîne les pieds depuis des mois et fout le recrutement pour la saison prochaine dans une merde noire... quelle blague !

La suite

On ne perd pas le rythme et on rencontre un adversaire direct pour la lutte aux derniers strapontins pour les playoffs : la JL BOURG chez elle ! On connait déjà les problèmes, ils s'appellent Peacock et Sim...

  • Autour du match
  • Commentaires (63)