Playoffs 2019

Victoire dans la douleur

Illustration

Et de 6 pour François Peronnet mais compte tenu de l’adversaire, les modestes boulazacois, on pourra dire que cette ultime victoire de 2018 aura été obtenue dans la douleur tant les visiteurs accrocheurs auront rendu les choses difficiles à des limougeauds parfois empruntés en défense. Miles et Bouteille ont été essentiels alors qu’en face Lesca a pour une fois totalement raté sa sortie limougeaude pour Tant ovationné comme à l’habitude par des bordées de sifflets. Analyse.

Le match :
Une victoire dans la douleur mais une victoire quand même face à une équipe accrocheuse et moins limitée que le Boulazac de l'an dernier. L'agressivité au bon sens du terme était du côté de Boulazac. Ils n'ont rien lâché et ceci pendant 40 minutes. On a vu que du côté du CSP, le capot fumait.
Tous les matchs ne se ressemblent pas et celui-ci s'est joué à l'arrache. La volonté est là même lorsque l'équipe est moins bien. C'est le principal.

QT1 : CSP - Boulazac : 22 - 22

Boulazac prenait les commandes grâce notamment à Kenny Cherry. Le CSP est revenu sur les talons du BBD pour terminer à égalité à la fin de ce premier quart.

QT2 : CSP - Boulazac : 46 - 40

Le CSP a pris la mesure du match en début de quart temps, notamment grâce à Isaiah Miles. Le jeu d'alternance pratiqué par Limoges a permis à Limoges de prendre 8 points d'avance. Mais la fatigue et une intensité moindre du CSP ont laissé le BDD au contact de Limoges. Le 3 points de Boutsiele donne 6 points d'avance à Limoges à la fin du 2ème quart-temps.

QT3 : CSP - Boulazac : 68 - 62

Le retour aux vestiaires a montré que le match serait indécis jusqu'au bout. Le BDD passe devant à la 23ème minute. Le problème endémique du rebond vu précédemment (je pense notamment au match à Levallois) réapparaissait. Beaublanc a eu peur à ce moment. Même si des fulgurances existaient telle la prestation de Dwight Hardy.

QT4 : CSP - Boulazac : 89 - 84

Arriva le dernier quart-temps. Et là, on ne rigolait plus du tout. Vous me direz qu'on ne s'était pas tenu les côtes au 3ème quart-temps.
Les hommes de Thomas Andrieux ont poussé Limoges dans leurs derniers retranchements. Mais le(s) talents de Taylor, Bouteille et Boutsiele ont permis au CSP de s'imposer.

On a aimé :

- La gagne. En début de saison, on ne savait plus ce qu'était que de gagner. Vaincre, lorsqu'on est dans un "mauvais soir", est une vraie bonne performance.

- Entrer dans le top huit du championnat avec un bilan, enfin, positif de huit victoires sur 15 journées.

- François Peronnet : l'analyse d'après-match de l'entraineur de Limoges est très souvent pertinente. il ne s'est pas contenté d'un discours lénifiant tel qu'on en a entendu précemment. De l'exigence, de la personnalité et du QI basket. What else !

- L'abnégation dont a fait preuve l'équipe : l'équipe était physiquement "carbo" mais elle n'a pas lâché. Francois Peronnet est là pour veiller à ce que l'équipe ne décroche pas.
Jordan Taylor a donné le maximum même s'il était "cuit". Oui, j'ai vu les statistiques dans l'Ouest de qui vous savez. Mais Jordan Taylor joue "juste" même lorsqu'il est moins bon.

- Jery Boutsiele : on se cherchait un "french pivot" le voilà. C'est la Révélation, la vraie bonne surprise. Une bonne prise pour un...pivot. Super recrue. Il s'améliore au fil des matchs. Je voyais en lui beaucoup d'abnégation. Aujourd'hui, il est un très bon pivot qui montre toute la palette de ce qui fait un bon intérieur.

- Axel Bouteille : j'adore ce joueur. hier soir, le plus brillant. "The Axel" .

- Kenny Chery : c'est un vrai bon joueur. Du talent. sans lui, le BBD n'en serait probablement pas là.

On n'a pas aimé ou pas trop :

- Le rebond : si l'évaluation collective est favorable à Boulazac, c'est principalement dû aux 15 rebonds offensifs. Le rebond offensif pris par l'adversaire est notre faiblesse endémique. Lorsque l'intensité de l'équipe est moindre, on retombe sur nos travers face à un adversaire "agressif".

- Samardo Samuels : son évaluation est flatteuse (14) parce que le bougre a du talent, mais Beaublanc n'a pas senti de la part de Samardo une "implication de tous les instants". En d'autres termes, il n'a pas défendu. Il ne sera jamais le défenseur du siècle mais là c'était service ultra minimum. Il se rattrapera en Eurocup et/ou en championnat. Bulletin scolaire du premier trimestre : élève doué mais doit mieux faire... en défense.

- Rémy Lesca : n'est pas Eito qui veut. Pour pouvoir revendiquer "détester" Limoges et chambrer l'adversaire, il faut montrer un minimum de talent sur le terrain. On a beau lui en chercher, il est difficile de lui en trouver.

Conclusion :

- Le CSP vient d'entrer dans le top 8 après une quatrième victoire d'affilée en championnat (deux à domicile et deux à l'extérieur). Ce match était un match piège et l'obstacle a été franchi.

- Le CSP a son destin entre les mains pour accéder à la Mickey's cup : rencontre à Chalons sur Saône et réception de...Pau. Nos amis meilleurs ennemis Béarnais (faut pas déconner non plus) sont sûrs d' y participer. Les y rejoindre même si ce n'est pas une fin en soi serait sympa. Oui, je sais, c'est une coupe en carton mais ne pas y être est toujours frustrant.

- L'objectif principal en championnat est évidemment d'être dans les huit (et si possible être le plus près de la première place) en fin de saison.

Deux petites observations extra Limoges :
-sur le bas de classement, au vu du rebond - certainement durable - de Cholet et du Portel hier soir, on ne peut qu'être de plus en plus sceptique sur le maintien de Fos en Jeep Elite ;

- Nobel Boungou Colo serait de retour en France sur... Paris en Pro B. Opportunité pour Paris et pour Nobel. C'est certainement l'appel des boites de nuit parisiennes ou pour Nobel de montrer aux chandelles qui c'est Raoul. Sacré Nobel ! Voilà un basketteur-bambocheur qui sait lier le sportif à l'agréable.

  • Autour du match
  • Commentaires (26)