Playoffs 2019

Une victoire contre le BCM pour les fêtes

Illustration
Le CSP peut souffler. Au terme d'un match dont l'écart n'a jamais dépassé les 12 points, le CSP s'impose 88 à 79 contre le BCM Gravelines.
Analyse, histoire, coup de gueule, recrues et poire chocolat, c'est par ici ....

Jour de match

Ce matin, je me suis réveillé la boule au ventre mêlée à l'excitation d'aller voir mon club, 11 fois champions de france 1 fois champion d'Europe (la grande coupe) et tant d'autres, dans sa cathédrale de Beaublanc. Attendre 20h était insupportable.
Après avoir affronté tant de grands d'Europe et une palanquée d'internationaux répartis dans des belles équipes françaises, le match de ce soir était déjà important. J'attendais et j'entendais déjà les chants de 7000 supporters comme contre l'Olympiakos et cette belle aux décibels peut être jamais réentendus.
Après une longue journée, l'odeur dégoulinante de Beaublanc se sentait à plusieurs kilomètres de Beaublanc. Et j'étais présent dans cet antre.

Et puis, j'ai entendu du bruit, ma femme m'a indiqué qu'il était l'heure de finir ma sieste et que je venais surement de faire un joli rêve. Il était tant d'aller voir le match d'un club avec 4ème masse salariale (mais utilisée à un pourcentage assez réduit ou alors très mal) et le CSP 11ème au championnat dans un énième match sans saveur particulière. Sauf à s'éloigner de la zone de relégation située à 1 seule victoire alors qu'il y a 2 ans, le CSP affrontait le CSKA et le Maccabi et encore Vitoria la saison dernière, témoin d'une chute impressionnante.

Et là, j'ai eu droit à Ernest Scott à l'échauffement. Fin brutale du rêve !

Le match

1ère mi-temps

Le 5 du CSP a difficilement tenu tête au BCM pour se retrouver à égalité après 5 minutes de jeu. Mais ça c'était avant ... avant que la magnifique équipe construite avec beaucoup d'argent en dehors du parquet fasse tourner ses joueurs. Et là d'un coup ou presque Scott, Nixon, Wojcie, Zerbo et un survivant du 5 (Buford) en même temps sur le terrain. Et à votre avis, on est passé devant ? Ah ben non, - 10 ou presque. Retour du 5 pour essayer de combler l'écart creusé et retour de la salle pour pousser juste ce qu'il fallait et permettre au CSP de mener de 6 points à la mi temps 43 – 37.

2ème mi-temps

Le début du 3ème quart temps n'est lui pas forcément bien réussi. Le BCM grignote progressivement son retard, les 3 points refusent le cercle pour Limoges et le BCM passe devant. Bizarrement, c'est le moment que choisi le CSP pour durcir énormément sa défense, poser des bons écrans et ce sont les backups et notamment Scott (si si j'ai bien dit Scott) qui permettent même de repasser devant au score 63 – 57 avant la fin de ce quart temps.
Le 4ème débute lui par un 3 points alleluia du BCM et un tir enfin un lancer de balle de Zerbo à 1m50 du cercle, raté. Le CSP se retrouve directement sous la pression du BCM. Mais Messieurs Buford et Camara, que dis-je MESSIEURS Buford ET CAMARA passent par là, et remettent le jeu, les joueurs, les arbitres et la salle dans le bon sens. Une gestion très correcte de la fin du match permet de profiter de l'ambiance des 5 dernières minutes de ce match. L'essentiel avait été fait. Une victoire 88 à 79.

On a aimé

- La victoire. Elle était presque obligatoire pour ne pas jouer avec la ligne rouge dès la reprise. Et elle est là. Alors savourons là !

- Le dernier match d'Ernest Scott. Enfin, d'après les rumeurs. On avait pu voir Travarus Bennet (2 matchs et 1 d'éval en 8mn) en 2010/2011. On a pu découvrir Ernest Scott (3,4 d'éval en 13,7mn) . La différence ? Pas le niveau mais la longueur de la blague. Alors que la blague avait duré 2 journées pour Travarus, là .... 15 ! Pas de doutes, un vrai GM détenant également le vrai budget joueur est nécessaire. Pourtant ce soir, il ne faut pas se leurrer et l'avouer : sans lui notamment dans le 3ème quart temps (des 3 points et une défense intéressante par séquence)... le CSP ne gagne pas (c'est dire !)

- La progression constante de CJ Fair. Perso, j'adore le joueur même avec ses défauts actuels. Mais avec cette courbe de progression, si elle va avec un poil de muscle, on entendra parler de ce joueur très longtemps.

- La confirmation de Buford et Camara. De vrais pros dans tous les sens du terme. Respect messieurs.

On n'a pas aimé

- On va le dire et le redire, il n'est pas possible de faire une saison à 5 joueurs, voire 6. A quand du basket, physique, intense et sur plusieurs semaines voire plusieurs mois ?Si la société américaine, conseil du CSP, avait la bonne idée de proposer un abonnement pour les 4 premiers mois de la saison et un autre les 6 derniers, ça permettrait aux abonnés de faire des économies. Ah oui mais c'est le but opposé en fait …. oubliez donc mon idée.

- Le temps pour changer Nixon pour ...... JR Bremer. Oui, on va encore critiquer. Mais il a fallu 3 mois pour changer Scott. Et là, on le voit, Nixon n'est pas forcément le joueur qu'il faut au CSP avec des grosses lacunes même si du mieux ce soir. Mais le remplacer par un joueur de 36 ans, JR Bremer d'après Stephen Brun sur SFR Sport 2, qui tournait il y a 2 ans en Eurocup à 6 points par matchs, 3 passes et 27% à 3 points (qui est en fait sa moyenne en carrière ou pas loin), vous ne pensez pas qu'il y a anguille sous roche ?
Certes Nixon n'apportait pas grand chose mais s'il doit partir, autant prendre meilleur non ? Et meilleur en 2017 pas en 2004 ! Mais bon, si c'est lui, au moins, il coûtera encore moins cher que Nixon. Et ça, c'est parfait pour les poches du club qui pourra investir dans des galettes poires chocolats pour le 9 Janvier. Et croyez en mon expérience (oui, à Beaublanc.com, on va devoir se mettre à l'extra sportif comme au CSP), la poire chocolat est meilleure que la frangipane, plus chère mais meilleure.

- L'attitude de Prepelic. On attend avec impatience le préparateur mental du projet 3.0. Car il y a un sacré travail avec ce joueur. Des gagneurs, on en a connu au CSP, des mentalités dures aussi mais là …. c'est du rarement vu. Un conseil, qu'il se taise sur un terrain et apprenne des 2 grands messieurs qui sont ses coéquipiers.

Et maintenant, Bremer et ?

Déjà, il faut le dire, le plus important du soir, c'était la victoire. Elle est là, elle fait du bien, et elle confirme tout ce qui a été vu, dit et redit depuis le début de la saison. Donc ça on aime et qu'on ne dise pas le contraire. Mais, il n'y a pas que ce match dans une saison et dans la vie d'un club. Bremer sera-t-il confirmé par le club, quel intérieur arrivera dans les jours à venir ?

Le CSP a également présenté un projet 3.0 (un dossier est en préparation de notre côté) et il y a de bien belles idées (dont certaines ont déjà été émises sur notre site). Mais il manque un gros détail. C'est que, à ce rythme sportif, ces idées ne serviront à rien. Beaucoup de joueurs ne veulent pas venir à Limoges à cause de plusieurs critères : un environnement administratif pas très simple, une stabilité vraiment pas acquise et cette année, on a rajouté l'absence d'Europe qui nous a couté plusieurs refus. Et bien, je vous conseille de bien penser à ça, car la saison prochaine, à ce rythme, ce sera bis repetita, mais bon, entre temps, certains auront profité d'une bonne galette (poire choco ? ;-) )avec les joueurs, ce qui finalement est surement le plus important en cette période de fête.
Excellentes fêtes de fin d'années à tous et oui j'aime le CSP et je ne souhaite qu'une chose, qu'il revienne au plus haut niveau et vite (même si vous l'avez compris, pour le moment, on est, pour nous, sur le plan sportif, dans la direction opposée).

  • Autour du match
  • Commentaires (48)