Un CSP supérieur lamine Paris en fin de partie

Illustration

Le CSP l'emporte (85-70) dans la fournaise de la Halle Le Carpentier face à des parisiens batailleurs avant qu'ils ne cèdent en fin de partie. Top 6 verrouillé, Harper décisif, Pinkins précieux... Limoges a les playoffs en ligne de mireAnalyse

Le combat fut âpre, difficile mais la défense individuelle limougeaude et le génie de Harper, avec la réussite de Hugo, Nicolas et consorts retrouvée en deuxième mi-temps a fait la différence.
Nos adversaires pour la quatrième place ont gagné eux aussi ce soir. Mention très bien aux supporters du CSP, les habituels Ultras "voyageurs" mais aussi la délégation francilienne, qui se sont fait entendre comme il se doit.

Les cerclistes disputeront les play-offs. Ouf ! Ça yest. La victoire à la Halleau hangar Georges Carpentier permet même au CSP d'envisager une quatrième, une cinquième ou une sixième place. Le nom Carpentier évoque aussi pour les plus anciens d'entre nous les samedis soirs qui ont nimbé notre jeunesse avec Marie et Gilbert autour de chanteurs en chemises à jabot dans des décors kitchs. L'époque des Moltimore, Faye et consorts.

La réalité de la Halle Carpentier est moins glamour que les exploits de cet immense champion ou que les émissions à paillettes des années 70. L'équipe de Paris n'est pas la plus sexy du championnat. Surcotée en début du championnat, elle dispose toutefois avec Begarin et Kamagaté deux jeunes joueurs de haut niveau.
Elle dispute ce soir un match pour le maintien. Elle sort de deux insuccès, l'un après deux prolongations face à Orléans, l'autre face à la lanterne rouge où elle s'est liquéfiée. A lire la presse de la capitale et l'équipe du jour, le club parisien jouait la peur au ventre. Comment jouer le maintien avec un effectif pareil ?

Le CSP voulait l'emporter, d'abord pour se trouver dans une dynamique de victoire et ensuite pour protéger notre quatrième place, convoitée par Dijon. Les cerclistes avaient l'appui d'une forte colonie de supporters placés derrière le banc des visiteurs.

Le CSP S'IMPOSE EN COSTAUD (85-70)

PARIS DONNE DU FIL à RETORDRE AUX LIMOUGEAUDS

Les cerclistes démarrent avec Crusol, Harper, Lang, Invernizzi et Paumier.
Le CSP en parité avec des locaux accrocheurs (19_19)Les cerclistes, une fois n'est pas coutume, démarrent bien la rencontre, menant 10 - 4 , avec un Harper déjà en jambes.
Décidément, les parisiens ne lâcheront pas le match. Le CSP est dominé par des locaux agressifs au bon sens du terme. Seul Harper alimente la marque pour les cerclistes qui ont du mal à se défaire de la défense parisienne. Kyle Allman assurant le scoring des locaux. Un mano à mano s'engage. Lang donne quatre points d'avance (15-11). Paris passe devant, en défendant bien. Les deux équipes terminent à parité.

Limoges est dominé par un Paris agressif en défense(34-41)
Le CSP défend en zone. Les parisiens s'accrochent. Harper assure la marque. A moins de cinq minutes du deuxième quart-temps, le CSP est en difficulté. Déjà dans la pénalité. Ryan Boatright donne quatre points d'avance à Paris (28-32). L'équipe souffre, les limougeauds présents dans la salle aussi. Je ne rigole pas du tout. Le public local pousse son équipe. Harper puis Paumier permettent aux visiteurs de rester au contact. Limoges est dominé, perd des balles (34-39). La rupture est proche. Le débit de 7 points est conforme à la physionomie de la rencontre, avec une intensité défensive de nos couleurs ne permettant pas de trouver une assise offensive pouvant faire douter les locaux.

La loi du plus fort

Le CSP monte en intensité défensive et mène de 4 points (59 - 54).
Le CSP défend mieux, tente de couper les lignes adverses. Paumier change de dimension. Invernizzi permet aux visiteurs de revenir à deux points (41-43). Paris reprend cinq points d'avance. Le CSP recolle au score avant que Toupane ne montre ce qu'il sait faire (très bien d'ailleurs). Le CSP défend vraiment très bien. Harper, en verve, va permettre aux visiteurs de prendre quatre points d'avance à la fin du troisième quart-temps.

LImoges atomise les locaux (85-70).
Possession Paris. Les locaux s'accrochent, défendant dur. Le match est indécis. Paumier permet au CSP de prendre cinq points d'avance (58-63). Invernizzi artille à ,trois points. Le CSP est en confiance. Prat hésite à prendre son temps-mort. Lorsqu'il est pris à 6 minutes de la fin du match, il est trop tard (61-71). le mal est fait. Le CSP a le match en main. Les supporters limougeauds se font entendre. Harper fait le show (65-77). Une perte de balle causée par Paumier peut redonner espoir aux locaux. Toupane commet sa cinquième faute. Harper écoeure les parisiens. Les supporters limougeauds exultent et se dirigent derrière le banc limougeaud exprimer leur joie. Harper est aux anges. On n'entend que la liesse limougeaude s'exprimer.
Belle victoire !

L'ANALYSE

Le CSP a montré ce soir que sa place de quatrième n'était ni un accident, ni un faisceau de circonstances favorables. Il a souffert en première période, subissant la défense appliquée des parisiens, et ne trouvant pas la mire à distance.

La seconde période s'est caractérisée par une montée en puissance de nos couleurs, qui a intensifié sa défense, faisant déjouer les locaux. Qui dit bonne défense, dit plus de shoots ouverts, avec le facteur X que fut la réussite insolente de Demonte Harper.

Massimo : "Il Maestro" était attendu sur sa manière de remobiliser ses troupes. La zone mise en place contre Dijon, a moyennement fonctionné en première période. Il a rétabli une défense individuelle, bien exécutée, en seconde période, les joueurs ayant les cannes pour bien défendre.

Les joueurs

Demonte Harper a réalisé son match le plus abouti. Il est monté en puissance ce soir avec un jeu impressionnant, planant sur la rencontre. Ses statistiques illustrent son énorme prestation : 31 points avec un 10/17, 6 points, 2 passes décisives et 2 interceptions. "He was on fire", comme l'a chanté à tue tête de l'autre côté de la Seine, Kele Okereke au même moment.
CJ Massinburg a réalisé une petite prestation en 21 minutes. Connaissant le bougre, samedi peut être le moment d'être plus visible.

Timothé Crusol a été bon en vingt minutes de temps passé sur le terrain, réussissant un tir primé à un moment où la messe était loin d'être dite.

Nicolas Lang et Hugo Invernizzi, ont eux aussi réussi une grosse partie, complétant la marque limougeaude. L'impact de ces deux joueurs sur le jeu à été décisif.

Le chantier des intérieurs : le trio Paumier - Spencer- Pinkins
Grismay Paumier, après avoir disparu au match précédent, est revenu à son niveau, en réalisant une grosse prestation. Il a bien tenu la raquette, secondé par un non moins excellent Spencer et un très bon Kruize Pinkins. La raquette a été bien cadenassée, le CSP ayant gagné la bataille du rebond. Assane N'Doye a aussi pris part à la moisson avec trois rebonds en 13 minutes jouées.

CHIFFRES DU SOIR

- Evaluation : 105 - 72 pour le CSP Clair, net et précis.

- Rebonds : 41 - 30 pour le CSP Tout est écrit.

- Adresse à trois points : 13/27 soit 48,1 %. pour les cerclistes.

DISPUTE à TROIS POUR LA QUATRIÈME PLACE


Dijon, Strasbourg et le CSP briguent la quatrième place, synonyme de première partie du tableau et de l'avantage du parquet. Après, il est difficile de déterminer quel serait le classement le plus avantageux. Difficile d'y voir clair..

Cette saison a été ponctuée par une succession de sentiments tels que la crainte (largement exprimée sur le site), le doute, puis l'étonnement, l'espoir et enfin la satisfaction.
La satisfaction d'avoir gagné 20 matches à deux journées de la fin, dans un championnat dense et hyper relevé, avec devant nous, pardonnez du peu, Lyon (version Parker-Aulas dont le modèle bat de l'aile), Monaco (armada financée par un oligarche russe, club bénéficiant d'une fiscalité opaque au taux zéro) et les métros (au budget significatif, équipe talentueuse et bien équilibrée mais au devenir incertain avec le désengagement de Levallois).

Belle performance des cerclistes, avec un budget de milieu de tableau, des CV peu ronflants et un coach atypique. Le manager général et le coach ont conçu une équipe avec une véritable identité de jeu, jouant un basket le plus souvent juste tant en défense qu'en attaque avec la révélation de véritables pépites sur le parquet.

Enfin, le CSP a retrouvé un Beaublanc acquis à sa cause, qui a joué un rôle qu'on ne lui connaissait plus. Les "expats", forts de ces excellents résultats, étaient nombreux et bruyants ce soir, installés derrière leur équipe.

Cette performance se lit au passé composé. À l'équipe de dessiner un futur immédiat tout aussi attractif que ce qui a été réalisé depuis octobre dernier. Qu'elle continue à nous faire vibrer.
On est prêt à croire à une fin de saison pleine de (bonnes) surprises !
Jouons les deux derniers matches sans pression au sein d'un Beaublanc plein jusqu'aux cintres.
A samedi, pour la réception de Monaco.

  • Autour du match
  • Commentaires (33)