Playoffs 2019

Sortie de route au Mans 89-65

Illustration

Assommés par l'adresse insolente du Mans en première mi-temps (-33) les limougeauds n'ont pas su réagir défensivement pour enchaîner les stops en seconde période. Trop tendres, trop permissifs et trop maladroits, les cerclistes n'étaient pas à la hauteur ce soir. La menace Fall a cristallisé la fixation à l'intérieur et créé des espaces derrière l'arc. A l'inverse, quand les verts ont décidé de sortir, la tour de contrôle a sanctionné dessous. L'intérieur dominant souhaité par le staff devient une urgence... Analyse.

PREMIÈRE MI-TEMPS APOCALYPTIQUE

Non seulement le CSP a pris la foudre d'entrée mais ça ne s'est pas arrêté ! Les tentatives de zone sensées priver Fall de ballons ont ouvert des espaces derrière l'arc et les manceaux ont commencé un festival qui ne s'arrêtera (provisoirement) que dans le 3e QT. Impossible de sortir un joueur du lot tant ils ont TOUS contribué à assommer les limougeauds par des flèches longue-distance. Ajoutez à ça une bonne grosse domination de Fall une fois servi ou aux rares rebonds face à un duo Jaiteh-Conklin tellement dépassé que coach Milling a même envoyé Tim Bazille faire quelques fautes pour "user" le géant manceau... mais rien n'y a fait. 33-16 au bout de 10min puis 55-33 à la pause, le bombardement en règle ne semble pas pourvoir s'arrêter.

QT3 UN SURSAUT

Avec une douzaine de points remontés en quelques minutes par des paniers à 3pts bien sentis de Joyce et Howard et des stops défensifs importants, le CSP se redonne un peu d'air alors que les joueurs de la Sarthe semblent se relever un peu trop tôt et enfin d'avoir un peu moins d'adresse. Jaiteh enfile quelques points pendant qu'Hayes marque dans des situations difficiles.

QT4 Retour au fond du seau

Mais l'embellie fut de courte durée, si l'écart avait fini par fondre à 12 petits points en début de QT4 (69-57 à la 32e) Stephens Fall et Tarpey ont sonné la charge et repoussé le CSP à 20 unités rapidement... écart dont les limougeauds ne se remettront jamais enchaînant en fin de rencontre les pertes de balles idiotes et donnant des occasions aux showmen en orange de régaler le public et les huiles de la LNB venues présenter le partenariat "Jip" à la TV avec le président de Jeep et une grosse voiture en décoration.

Analyse

Incapables de juguler une équipe euphorique et d'apporter la dureté à même de renverser la vapeur les limougeauds ont re-montré leur visage Mr Hyde. Alors que le Dr Jekyll avait su rassurer après un mois de janvier exécrable, cette sortie certes après un long périple russe et face au nouveau leader de ProA...pardon de "Jipélit" (à la faveur de la défaite monégasque contre le BCM) rappelle toutefois qu'une saison est longue et composée de hauts et de bas. Le déplacement au Mans est définitivement un bas mais le club a maintenant 15 jours pour trouver un pivot dominant et l'intégrer afin de reprendre la marche en avant avec les playoffs en ligne de mire. La Mickey Cup est là... Fred Forte ne cachait pas son souhait d'y envoyer les espoirs afin de ne pas fatiguer les pros et de ne pas favoriser l'autosatisfaction de la LNB... nous saurons rapidement si l'élimination européenne ou la nécessité d'intégrer un joueur changeront la donne mais en attendant, le CSP devra se concentrer sur SON jeu et préparer son désormais unique rendez-vous hebdomadaire plus efficacement.

On a aimé

- Le spectacle... si on aime le basket, Le Mans a régalé il faut bien le reconnaître
- Drew Joyce III qui a pris ses responsabilités
- Tim Bazille qui prend encore des minutes (et va au fritage !)
- Les 13pts 9rbds 18 d'éval de Mam Jaiteh
- L'arbitrage (pas trop remarqué par rapport à d'habitude... savourons)
- La réaction mythique d'Olivier Bourgain au micro de Matthieu Marot façon Clint Eastwood dans "Le Bon La Brute et Le Truand"


On n'a pas aimé

- Se faire défoncer comme des premiers communiants
- Le manque de réaction d'orgueil pendant 30min
- Les passages à vide Mam Jaiteh, les ballons non captés, les paniers proches du cercle ratés (parfois de beaucoup !)
- Le truc qui sert de président à la LNB... même pas foutu de prononcer le nom du sponsor de son championnat en carton correctement ! Jeep... DJIP BORDEL ! Quelle sorte de gros plouc pas dégrossi de son Béarn faut-il être pour dire "Jip" devant le PDG de la boîte qui te file 1,3M€ par saison pendant 3 ans et demi ??? On salue le port de la chemise blanche qui change de la chemisette Celio à carreaux, bon la cravate pour 1,3M€... c'est pas obligatoire visiblement, mais ça n'aurait pas été superflu.
- "Jip"... et ça bosse pour KFC ! #Tocard
- Rater l'occasion de briller devant Béral... ça l'aurait bien fait ch...

  • Autour du match
  • Commentaires (37)