Playoffs 2019

Se déchaîner pour enchaîner

Illustration

Comment gagner un match après une telle débauche d'énergie et surtout un suspens à couper le souffle ? Le derby contre Poitiers aura-t-il comme conséquence une prise de confiance des joueurs du CSP ou bien un stress supplémentaire parce qu'ils sont passés très très près de la défaite ? Restons optimistes et soyons sûrs que les limougeauds vont encore se battre jusqu'à la dernière seconde du match pour maintenir leurs distances au classement avec les tout derniers.

L'adversaire

Concentrons nous sur l'adversaire du jour. Cette équipe a été complètement remaniée cette saison après l'échec de l'année dernière. Le coach Lucas Pavicevic voulait choisir ses joueurs. Cela implique un début de saison est assez compliqué, parce qu'il faut trouver les bons réglages de ce nouveau collectif.

Les meneurs

Roanne possède 2 joueurs capables de mener le jeu. Yohann Sangare est souvent associé à Pape Phillipe Amagou. Cela a pour effet direct que le jeu peut être très vite relancé vers l'avant car les deux joueurs sont des mobylettes.
Pape est plus un meneur qui provoque des fautes, il possède un tir extérieur correct (39% à 3pts), mais c'est surtout un défenseur hors pair. Son duel avec Jo Go va valoir son pesant d'or. De son côté, Yohann est plus gestionnaire, très efficace sur le jeu de transition, et il sait aussi mettre en place son équipe sur jeu placé.

Les arrières

On prend les mêmes et on y ajoute Alan Voskuil. Attention, c'est un client à 3pts (42%) et Kmac va avoir fort à faire avec lui. Il n'a pas beaucoup d'autres qualités à noter : faible rebondeur et passeur, il sait défendre mais sans être un tueur non plus. Si le match se joue sur un tir, attention à bien le prendre car sinon la sanction sera terrible.

Les ailiers

William Gradit revient d'un entorse de la cheville. Il a commencé la saison à fond (12,8pts à 47% à 2pts et surtout 42% à 3pts). Voici donc un second shooteur fiable à longue distance. Il est présent aux rebonds, passes décisives, interceptions. Certainement une de ses meilleures saisons professionnelles.
Dusan Kecman est un joueur avec beaucoup d'expérience, pas acquise en ProA, mais dans de grands clubs européens. Il est notamment vainqueur de l'Euroleague en 2009 avec le Panathinaikos. Est ce que Kecman va subir la loi de notre "Cake Man Walker" s'il s'aventure un peu trop dans la raquette ?

Les ailiers forts

Le poste est partagé à parts égales entre Victor Samnick et Matt Howard. Le premier est une valeur sûre du championnat. Il a toujours été bon dans tous les clubs ou il est passé. Je me suis toujours demandé pourquoi il n'a jamais été international. Il sait presque tout faire, marquer (6pts/match), prendre des rebonds (6,5 prises par match), et il est surtout un excellent défenseur avec de très bonnes facultés au contre.
Matt Howard est plus un 4 besogneux, avec quasiment les mêmes stats que Samnick (7,6pts, 5,6rbs). Les deux joueurs sont des 4 de raquette qui tirent très peu à 3pts, et au vu de leurs pourcentages, c'est mieux qu'ils restent près du panier.

Les pivots

Roanne n'a pas cherché à prendre des pivots de grande taille. Pavicevic a vite identifié qu'en ProA, il faut des centres de 2m06 mais surtout très physiques et bondissants. Coleman Collins en en est le parfait exemple. Il vaut 10,4pts et 8rbds par match. Il ne sort quasiment jamais de la raquette, présent au rebond des 2 côtés du terrain... Collins : une montagne pour nos intérieurs ?
Ryan Reid, le suppléant de Collins est exactement le même type de joueur. Ses stats sont moitié moins de celles de Coleman mais il joue aussi un peu moins. La raquette roannaise est complète et dense. Espérons que la nouvelle recrue du CSP, Jon Brockman qui remplace donc Bavcic (bonne continuation, Edin !) dans l'effectif, pourra (déjà) donner un gros coup de main car sinon, Limoges devra s'attendre à souffrir.

Le duel du match

Il y en aura plusieurs. Jo Go contre Amagou, ça risque d'être LE duel de cette rencontre. Les deux joueurs sont des gagneurs et de gros défenseurs. Mais attention, la victoire ne sera pas dépendante que d'eux. Les duels des postes 5 seront tout aussi importants et si on perd ceux là, la défaite ne sera certainement pas très loin.
Et là, l'interrogation se trouve côté limougeaud : avec l'absence de Traore (à peine revenu et de nouveau blessé... reviens-nous vite Sambou !), où en est Opa Evtimov ? Jon Brockman sera-t-il déjà en mesure de donner un coup de patte pour nous montrer un peu how it's done ?

La forme des équipes

Roanne V D D V V
Limoges V D D D V

Les dernières confrontations

Limoges 77-94 Roanne (2011, ProA)
Limoges 90-73 Roanne (2011, Coupe de France)
Roanne 78-66 Limoges (2010, ProA)
Roanne 111-104 Limoges (2004, ProA)
Limoges 72-77 Roanne (2003, ProA)
Limoges 77-87 Roanne (2003, ProA)
Roanne 89-83 Limoges (2002, ProA)

L'analyse

Cette rencontre arrive après une très grosse victoire du CSP, pas en terme de jeu, mais parce qu'elle est importante pour le moral. De leur côté, nos adversaires ont aussi gagné sur le fil la semaine dernière, à Strasbourg. Au niveau de la confiance, les deux équipes sont donc à égalité - et au classement aussi !
Nous devons intégrer un nouveau joueur, nous avons perdu le genou de Sambou (si quelqu'un l'a retrouvé, contactez-nous vite !), Vasco n'est pas à 100% et Mipoka revient de blessure. Côté roannais, c'est Gradit qui revient de l'infirmerie.

Sur le plan physique, la Chorale est plus au point que nous.
Au niveau du collectif, si notre axe 1-5 est enfin opérationnel avec Brockman, l'équipe carburera certainement mieux offensivement. Nous avons besoin de marquer plus en perdant moins de ballons.
Roanne a très mal commencé sa saison, mais depuis 2 matchs, elle est en pleine bourre, 2 victoires de suite et surtout avec la manière au niveau du jeu.

Pour gagner ce match, il faudra un Limoges mort de faim, accrocheur en défense, jouant l'alternance interieur/exterieur sur le jeu placé et surtout ne laissant pas le jeu de transition à Roanne. Sinon, on peut s'attendre à revenir avec un résultat négatif et la confiance serait de nouveau entamée. Après s'être donné tant de peine pour vaincre Poitiers, voilà qui serait dommage !

Allez Limoges !

PS : vous noterez - et c'est génial, n'est-ce-pas !- que ça commence à être le bordel dans le classement de ProA. Limoges et Roanne, en milieu de tableau, sont à 43% de victoires, à l'affût d'écuries à 58%, mais talonnées par d'autres à 29%... donc à ce stade, une victoire vaut environ 15%. Elle en vaudra un peu moins après ce match. Rassurez vous, ça ne fait commencer et ça sera bien pire en fin de saison ! ;-)
Merci encore à la ligue pour ce système ingénieux qui nous bouzille les neurones !

  • Autour du match
  • Commentaires (53)