Playoffs 2019

ON A UNE ÉQUIPE !

Illustration

Adieu les Barbie Princesses trop précieuses pour se fatiguer à l'entraînement et bienvenue aux guerriers. Pas de stars, du danger -certes irrégulier- qui peut venir de n'importe où et de l'envie à revendre. Voilà le CSP 2016-17 s'il poursuit sur cette lancée. Ne nous méprenons pas : on va prendre quelques jolies roustes contre Monaco et consorts mais on va aussi voir de la sueur, et ça, fait du bien ! Analyse.

Monsieur Murphy

Comme pour le Dac en son temps, Ed Murphy a eu droit à l'honneur suprême à Beaublanc : voir son maillot retiré et s'offrir une bordée d'acclamations 30 ans après ses exploits sur ce parquet mythique (enfin celui caché sous le nouveau revêtement). Mr Ed qui ne ressemble plus autant à Magnum a remercié le public et son émotion était palpable quand ses anciens coéquipiers Dacoury, Sénégal, Butter, Faye, Billet, son coach Pierre Dao et le président Popelier lui ont apporté la tunique symbolique qui a été hissée sous la voute de Beaublanc. Ce grand monsieur, toujours aussi sec, qui a affolé les compteurs en tournant à près de 30pts de moyenne à une époque ou la ligne à 3pts n'existait pas appartient maintenant à l'Histoire du CSP.

Illustration

On passera rapidement sur le fait que contrairement au 7 de Dacoury, d'autres illustres champions ont depuis porté le #8 (feu Mike Brooks ou Michael Young pour ne citer qu'eux -et même Marbue Dennis !-) et mériteraient tout autant les honneurs du public limougeaud.
On se souviendra aussi que cette belle opération de comm' rondement menée a permis de faire oublier quelques instants le "flottement" sur le recrutement estival et a assuré un remplissage copieux de Beaublanc pour l'ouverture de la saison après la polémique sur les tarifs d'abonnement. Alors certes, nous avons pris plaisir à revoir Ed, mais il ne faudra pas nous dégainer une légende du passé à chaque période de remous. À bon entendeur...

QT1 un drôle d'hommage à Ed la Gâchette

Etait-ce le stress de la première à Beaublanc, le manque d'assurance du fait des absences de Nixon et Duport, l'échauffement "perturbé" par la cérémonie ou encore la moiteur de Beaublanc qui a rendu les cerclistes nerveux ? Toujours est-il que l'entame de cette saison fut bien laborieuse et que Limoges laissa à Dijon le soin de déflorer les filets de Beaublanc par deux fois (Passave-Ducteil puis Keaton au dunk !) avant d'enfin réveiller le compteur via Camara qui posait là la première d'un édifice aussi impressionnant qu'inattendu. Les deux formations qui se cherchent encore en ce début de saison multiplient les maladresses pour se retrouver dos à dos après 10min : 14 à 15 pour les visiteurs avec déjà 5 balles perdues pour le CSP et un vilain 0% à 3pts. Point positif, les limougeauds ont visiblement suivi à la lettre le plan de bataille de Dule consistant à provoquer des fautes sur les deux seuls intérieurs de métier de la JDA (Jo Passave et Junior M'Bida), fait qui aura son importance au QT4.

QT2 Pas d'adresse et des inquiétudes

N'y allons pas par quatre chemins, ce second quart-temps a suscité bien des doutes chez les observateurs. Que ce soit l'excellent Fred Weis sur SFR SPORT 2 ou votre serviteur (et quelques Twittos/membres BBcom), personne n'était rassuré par le visage de cette équipe ultra dépendante d'un WOOD au four et au moulin et dont l'adresse famélique (0/12 à 3pts) inquiétait au plus haut point. On a cru qu'il allait falloir décrocher le maillot de Murphy et le remettre sur les épaules du sexagénaire pour enfin avoir droit à un shoot lointain (qu'il aurait sûrement mis ^^). Le salut est finalement venu de Buford qui a mis en avant son physique pour impacter la défense bourguignons et répondre aux assauts de Keaton et Judith. 28-31 à la pause sur un dernier effort de Wojcie alors que le CSP pointait à -8 quelques minutes avant la sonnerie. Un moindre mal tant la balle semblait circulait péniblement contrairement aux dijonnais très bien drivés par un Holston redoutable malgré sa taille de décoration de bûche de Noël.

QT3 La purge

Si l'inquiétude se lisait sur les visages des supporters, le retour des vestiaires ne fut pas de nature à les rassurer. En multipliant les pertes de balles, et en ne parvenant pas à maîtriser un Passave-Ducteil très en jambes ou un Miles adroit depuis son shoot haut perché, Limoges se compliquait la tâche et le premier 3pts de la saison signé Scott ne suffisait pas à stopper l'hémorragie qui enfla jusqu'à -12 (41-53 à la 28e min). Au courage par l'impeccable capitaine Camara secondé par Buford, puis au talent via Wood, le CSP revint dans les jupons de la Jeanne d'Arc mais sana rassurer son public qui n'avait que trop goûté de ces QT4 empreints d'impuissance voire d'abandon l'an passé. 52-56 à l'aube de la dernière période mais l'inquiétude était à son comble.

QT4 La révolte

Un an qu'on attendait qu'elle repointe le bout de son nez à Beaublanc. Confiée aux "mains en or" ou au "talent brut" de certains autres elle avait fait pschit... Déléguée presque par défaut à des "sans nom" ou des "seconds couteaux" elle n'en fut que plus belle. Si un Prepelic a "merdé" sa première partie de rencontre, il s'est jeté partout et a amené deux paniers cruciaux (dont un 3pts salvateur). Si Fair a été aussi soft qu'une cadette peureuse dans les contacts il a su sortir 2 contres magistraux et taper une claquette fort utile au bon moment. Si Scott a été transparent deux quart-temps, il a envoyé un missile de très loin au meilleur moment. Si Camara... euh non, Ousmane il a joué comme un Dieu (17pts à 100% 9rbds 2pds 24 d'éval). Si Munanga n'a eu que quelques minutes pour s'exprimer il les a saisies de la plus belle des manières s'offrant une ovation de Beaublanc pour sa sortie. Tout le monde y a été de son petit effort, de sa petite erreur aussi à un moment ou à un autre, mais néanmoins on n'a pas eu ces envies irrépressibles de descendre leur botter le cul sur terrain pour qu'ils courent ou se jettent sur les ballons... PARCE QU'ILS L'ONT FAIT ! Avec plus ou moins de succès, mais ils ont mouillé ce maillot et que St Pierre m'en soit témoin : CA FAIT DU BIEN ! Dijon criblé de fautes (on y reviendra) a dû composer sans "vrais" intérieurs, ouvrant des boulevards à Camara et les siens et c'est finalement après quelques frayeurs dues aux succès à 3pts pleins de panache de Brooks et Miles que Prepelic a tué le match, comme un symbole, sur un tir longue distance idéalement décalé par Camara 75-70. Le CSP balbutiant du QT1 a su faire vivre la balle et les guerriers du QT4 n'avaient plus rien à voir avec les timides "nouveaux" qui foulaient le parquet de Beaublanc au QT1. Une équipe est née ce soir, elle semble avoir une âme et Dieu sait que dans la Cathédrale du basket français, ce genre de valeurs vaut tout le talent du monde.

Illustration

On a aimé

Buford. On vous l'a déjà dit mais c'est LUI la bonne surprise du recrutement. Pas spécialement talentueux mais présent dans les moments chauds, et décisif. On en reparlera...
Camara. Si la responsabilité du capitanat lui fait sortir un match comme ça ne serait-ce qu'une semaine sur deux, je vote pour qu'on le nomme colonel immédiatement !
Munanga. 18 ans du talent qui déborde de partout, Dule avait prévenu, mais un statut de JNFL qui le pénalise. Franchement, vu son potentiel... il vaut largement un spot d'US quand on voit qu'on a laissé ça à des Gatens ou autres Southerland ces dernières années, autant filer sa chance à ce jeune en espérant qu'il ne prenne pas le melon et qu'il soit bosseur. Ce soir il vient poser une claquette avec moins de 2min à jouer et un CSP à peine à +2... il en a dans le short le garçon !
Le coaching. On aurait tendance à l'oublier mais le plan de bataille a fonctionné à merveille. La discipline semble en place (même si la réalisation laisse grossièrement à désirer) et surtout l'implication de Munanga et Fair dans le money time tient du génie... Ils auraient pu se foirer (un espoir et un rookie sorti de NCAA tout de même !) mais non. Le général est de retour.
L'état d'esprit. Parce que Traoré, parce que Boungou-Colo, parce que Daniels, parce que Diawara, parce que Culpepper... enfin vous avez l'idée quoi.
Fred Weis. Quoi ?! Il rejoue ? Mais non, il commente... sur SFR SPORT 2. Après le recrutement de David Cozette, la chaine au carré rouge se donne enfin les moyens de couvrir le basket avec des commentaires de qualité. Parce que la doublette pipo et molo (Vandeweghe / Bergeaud) ça va 5 minutes mais là c'est carrément autre chose. Bravo BigFred en espérant que les dirigeants de la chaîne aient compris que tu étais l'homme de la situation.
Beaublanc. Parce que c'était long sans playoffs (message subliminal...)
Murphy. Parce que MONSIEUR Murphy quand même...

BONUS : l'humour de SFR SPORT 2 avec sa bande annonce pour SLUC-CSP "13 titres de champion de France à eux deux"... oui enfin surtout 11 pour Limoges quoi ! ^^ Mais bon c'est toujours sympa de rigoler un peu.

On n'a pas aimé

"Ah ! Ca y est, ils commencent chez Beaublanc.com... on gagne et ils râlent quand même"... Ben oui, on ne se refait pas !
Prepelic. On nous l'a vendu comme le prometteur international slovène, seul vestige du vague projet-jeunes, et on a eu ce soir (pendant trois QT) un croqueur qui part tout seul au cercle ou qui tire de loin. On attend clairement plus de l'ami Klemen qui semble quand même avoir beaucoup mieux en stock. Vite la suite...
Fair. On vous l'avait déjà dit en présaison : il est soft le garçon ! Il saute haut et tente des trucs, mais dès qu'il va au contact il prend un caramel parce qu'il est taillé comme un crayon HB2 et qu'il tolère autant les bumps qu'une Xsara tunée hyper-surbaissée. On a aimé ses contres et sa verticalité mais il faisait peine à ne pas savoir quoi faire à 3pts après avoir lâché une passe. On a envie de lui dire : va faire un écran, prends une position poste bas, bouge, va faire de la muscu... mais il reste là et gène les lignes de passe. Bref, il est "brut", il a énormément à apprendre et en fait il rentre bien dans le projet-jeunes !
Wood. Oui on est un peu chiés parce qu'il a quand même tenu la baraque tout seul, alors disons plutôt que c'est sa sur-utilisation qu'on n'a pas aimée et qu'il nous a paru cramé (Wood... ahah) aux QT3/4. Heureusement le backup Hammonds est déjà là et la situation ne devrait pas perdurer.
L'arbitrage. "Oh non ils recommencent BBcom !" Et oui ! Alors cette fois-ci c'est la JDA qui s'est faite enfler 26 fautes à 14 mais pourra-t-on avoir un jour une ligue capable de fournir des arbitres (et là on avait la crème de la FFBB avec Canet et Maestre) qui ne pèsent pas autant sur un match et QUI LAISSENT JOUER LES INTÉRIEURS ???!!! Si nous semblons cracher dans la soupe ce soir, coach Legname a des raisons d'avoir les boules parce que les fautes de Passave n'y sont pas toutes... Alors oui ça va vite mais ce sont des pros, ou du moins des pointures dans leur domaine. Si ça va trop vite, il faut laisser la place à d'autres.
Les nouveaux maillots. Parce que jaune sur blanc c'est pas lisible. Parce que la grosse ceinture verte c'est moche. Parce que le jaune c'était pour l'Europe... bref, pas une réussite.
Les nouveaux ballons LNB. Beurk... ils sont dû être conçus par le gars qui a fait les maillots de cette année...

Conclusions

Élémentaire mon cher Watson ! On a gagné un match donc chez quelques irréductibles pas trop occupés à réfléchir, on va être champions d'Europe... ou alors, on peut se dire que ce qu'on a vu ce soir, c'est ce qui nous attendra toute la saison, disons pour les équipes qui vont jouer les spots de 3 à 15. Autrement dit, il n'y aura rien de facile (même contre Toulon ou Gravelines) et il y aura même quelques fessées prévisibles (Monaco & ASVEL) à moins que la fierté et la combativité ne fassent pousser des ailes aux nôtres, et qui sait... que la suffisance ne "traorise" nos adversaires ?!
Malgré tout, je le maintiens : UNE ÉQUIPE EST NÉE ce soir et elle m'a donné envie de la soutenir, et ça aussi... ça faisait longtemps !

  • Autour du match
  • Commentaires (31)