Playoffs 2019

Le CSP se fait peur pour HalloWIN

Illustration

Dans un match qu'il a remporté sur un faux rythme, jamais dominant, jamais dominé, Limoges a, grâce au dernier QT, équilibré son bilan européen, engrangeant son deuxième succès continental de la saison et surtout mettant fin à sa série de défaites. Emmené par un trident Bouteille Howard Jaiteh décisif, le CSP fait à moitié pardonner son désastreux clasico et se remet en ordre de marche pour le TOP16. Analyse.

QT1 22-18 Des défenses perméables

Dès les premières minutes, les choses sentent bon car les joueurs français du CSP sont au charbon. Contrairement à dimanche face à Pau où ils se sont littéralement effacés derrière les américains, le big3 frenchy a de suite donné le ton, Howard décochant par deux fois derrière l'arc et Jaiteh imposant sa domination au rebond. Quand le CSP commence ses matchs comme ça, les choses sentent bon en général. En face, le Partizan privé de son pivot jamaïcain pour causes de visa non délivré (enfin demandé, surtout) à temps ne peut que subir la loi limougeaude au rebond (ça fait bizarre d'écrire ça). Par contre les lutins Williams-Goss et Miller mettent tous leurs tirs proprement sans chichis.

QT2 47-41 Coup pour coup

La pépite Marinkovic vient en soutien des US Williams-Goss et Miller et alimente la marque par des actions d'une grande maturité pour son jeune âge. Les deux équipes se rendent coup pour coup et si le Partizan revient parfois à la hauteur du CSP, il ne parvient pas à le dépasser. Ce dernier recrée systématiquement de petits écarts, en particulier grâce à Hayes, sans toutefois se mettre à l'abri. Les pertes de balles ruinent les belles séquences et les joueurs de Belgrade tremblent rarement avec de telles offrandes.

QT3 71-68 Garbage… comme souvent

Au retour des vestiaires, Captain Conklin ajoute au discours du coach (qui réclame une défense plus agressive) l'objectif d'encaisser moins de 70pts dans le match. Au vu de la prestation défensive du soir, on commence à sourire et ce n'est pas le QT3 qui rassurera. Conklin lui-même sera catastrophique sur cette période, accumulant fautes, paniers simples ratés et pertes de balles… Dans cette période désastreuse, le Partizan parvient à dépasser son hôte pour la première fois de la soirée prenant jusqu'à 2pts d'avance, mais c'est Morency qui sera le facteur X et remettra le CSP sur les rails fragiles de l'avantage. Malgré tout, c'est à portée de tir que Limoges concluera ce QT : 71 à 68.

QT4 92-83 Décisifs dans le money-Time

Alors que le Partizan est revenu souffler sur la nuque du CSP, personne n'a paniqué côté limougeaud. Howard entame le QT par un shoot du parking qui met le CSP sur orbite. Par la suite, à la faveur d'un enchainement de bonnes actions emmenées par un Conklin ressuscité (passant de 3 à 10 d'éval en quelques minutes) mais aussi de bourdes serbes, le CSP s'est reconstruit un petit pécule qu'il a préservé jusqu'au buzzer final sans toutefois arriver à le maintenir au dessus des 10 unités alors qu'il a culminé à 13. Bouteille et Gibson (relancé dans les dernières minutes pour stabiliser la mène) ont été très précieux. Il faut souligner la performance parfaite des Limougeauds ce soir sur la ligne des lancers, ce qui leur a grandement facilité la tâche : 18/18 ! Combien de matchs auraient été remportés avec cette simple ligne de stats parfaite ?! En attendant, le Partizan a cédé à Beaublanc et permet au CSP de continuer à espérer sur la scène européenne.

BILAN

Nous vous avions annoncé ce Partizan comme une des équipes les plus faibles de la poule et un candidat parfait pour le CSP à laisser derrière lui, nous ne nous étions pas trompés. Le club est en phase de reconstruction et ses jeunes talents n'ont pas la maturité de leurs glorieux aînés. Par contre, il faut leur reconnaître des qualités énormes, n'évoluant qu'avec deux US. L'école serbe a encore de beaux jours devant elle mais peut-être pas cette année. Côté CSP, ce soir c'est une identité qui s'est confirmée. Ce Limoges là ne pourra être séduisant qu'avec des Français au TOP NIVEAU ! Aussi talentueux soient-ils par séquences, nos étrangers n'ont pas les épaules d'autres glorieux prédécesseurs, et sans un Jaiteh dominateur, sans un Bouteille scoreur et sans un Howard créateur, notre CSP n'est qu'une vulgaire équipe de ProA (et vous savez quelle est notre estime pour notre pauvre "él!te" française).
En terme d'ambition, le TOP 16 est plus que jamais à portée de main et une victoire à Vilnius constituerait un grand pas vers un graal boudé depuis bien trop longtemps par les clubs français dans une compétion majeure européenne (non, la FEC n'est pas une vraie coupe d'Europe, et non, la BCL ne vaut pas l'EuroCup, n'en déplaise aux dirigeants du basket français). Sans tirer de plans sur la comète (mais un peu quand même), Vilnius étant la seconde équipe la plus abordable de la poule, on est en droit d'espérer un petit exploit de plus, histoire de nous remettre à vibrer.

Collectivement, la pauvreté du jeu est évidente, le benching d'English répond à toutes les interrogations qui pouvaient subsiter. Si Joyce ne sera pas un messie en quelques jours, il permettra au moins d'apporter un peu de fraicheur au CSP et vu la complexité (attention ironie) des systèmes actuels, il devrait déjà les avoir compris ce soir. Croisons donc les doigts pour que la mayonnaise prenne -
et si d'aventure Olivier Bourgain avait un intérieur gros rebondeur (ou même son cousin) caché derrière un fagot, qu'il n'hésite pas !

On a aimé

- Revoir les Frenchies prendre leurs responsabilités
- Conklin au QT4
- Voir Gibson et Hayes gérer la mène, et même annoncer des systèmes (si si !)
- Hayes à 9 passes décisives !
- Le scoring de Bouteille (21pts !) qui va au cercle sans chichis
- L'activité de Morency très utile sur ses passages
- Gagner un match de prestige
- Gagner un match à Beaublanc
- Gagner
- Les corps sensuels des supporters serbes ondulant en tribune
- Voir Jaiteh casser du cercle… pas besoin de réfléchir comme ça !
- La défense de Carter
- Voir Dru Joyce III filmer Beaublanc et saliver d'envie !
- L'arbitrage… putain !
- Le talent de Marinkovic. Après Okobo, ça en fait, des jeunes prometteurs
- L'ambiance dans Beaublanc… enfin à la hauteur de sa réputation !

ON N'A PAS AIMé

- Les 1639 paniers ratés dessous à 30cm du cercle en ayant fait le plus dur
- Conklin aux QT1-2 et 3
- L'attaque de Carter dans un soir sans
- Galérer 20 secondes pour rater un tir plus ou moins bien construit et regarder les serbes mettre 4 secondes à réussir un shoot propre
- Voir des séquences offensives statiques avec un meneur qui tricote seul dans l'axe avant de shooter salement à 3pts
- Voir la domination statistique 110-83 non traduite sur le terrain, la faute à des bévues ou des imprudences
- Ne pas TUER ce match beaucoup plus tôt, c'était plus que jouable
- Encaisser 83pts alors que le profil de l'équipe est annoncé comme "défensif", cette base n'est pas fiable et dans les soirs sans adresse, le CSP n'a plus rien sur quoi s'appuyer. Il faut soit revoir les objectifs défensifs et se dire qu'on sera une équipe offensive, soit resserrer un paquet de boulons

La suite ?

Cholet samedi pour découvrir l'apport de Dru JOYCE III que nos "experts" des commentaires ont déjà crucifié préventivement (il sera toujours temps de retourner sa veste le cas échéant...) et puis mardi avec la grande première : DEUX matches dans la même journée, un à Vilnius pour mettre 4 orteils au top 16 et un à Poitiers pour mettre les deux pieds hors de la Coupe de France à la grande joie de la FFBB qui a su se montrer à la fois pro et compréhensive, refusant l'accord trouvé par le CSP et le HTV pour reporter cette rencontre. Nous aurons l'occasion de réparer de tout ça... en attendant, savourons cette victoire en EuroCup, ce n'est pas tous les jours qu'on peut écrire ça !

  • Autour du match
  • Commentaires (31)