Playoffs 2019

Le CSP a du Malagarder le rythme

Illustration

Limoges s'incline ce soir à Malaga à cause d'un énorme troud'air subi dans le QT3 dont le CSP n'a pu se relever. La performance très médiocre dans la gestion de la balle de Curry et l'absence récurrente de Plaisted au profit d'un Batista très contestable ne cessera d'interroger. Coach Dupraz voit-il en ces joueurs des capacités que le terrain ne confirme pas ? Toujours est il que Limoges rate le coche en Espagne 75-69 et devra aller s'imposer à Berlin pour toujours parler de TOP16 faute de quoi le prochain déplacement à Strasbourg pourrait avoir lieu en Eurocup. Analyse

Pour être totalement honnête, un compte-rendu QT par QT ne reflèterait pas bien le sentiment au sortir de ce match. On peut compter les paniers de Pierre Paul ou Jacques ou s'émerveiller des dunks de Nobel, des rebonds d'Adrien ou des shoots à reculons de J.P. mais le basket ce n'est pas que ça…

Malgré une bonne première mi-temps (38-36 pour Malaga) en perdant chaque période d'un petit point, et une entame de QT3 euphorique (8-0), le CSP s'est effondré dans la pénultième période face à une équipe ibérique qui a accéléré, mis plus d'intensité en défense et retrouvé de l'adresse. Jean Marc DUPRAZ s'est entêté à laisser sur le parquet un Curry faisandé qui a traîné comme un boulet un Batista stérile et TOTALEMENT ABSENT en défense. Un véritable carnage sur cette rencontre, ce joueur est un véritable écran de fumée qui cache derrière des stats décentes (8pts 5rbds –encore une fois tous def- et 4pds) une inactivité coupable qui arrive même à berner coach Monclar (et Dupraz visiblement) qui a déclaré en pleine déconfiture sur une énième briquette fuyante "Oh ben pourtant il n'avait presque rien raté". Mais si mon Jacques ! Plein de choses. Tout d'abord il ne défend pas et les points marqués par ses vis-à-vis sont légion (24 rien que pour Vasquez et Golubovic et je ne compte pas les aides non-données) , ensuite il n'attaque pas le cercle et prend la plupart de ses tirs à 4m, mais il est pivot ! Alors oui il sort des démonstrations en ProA, dans un championnat référencé faible et incapable de se qualifier pour le TOP16 depuis 8 ans, le tout face à des "grands" pivots de 2m. Mais là on est chez les vrais grands et les tours de samba brésilienne font doucement rigoler les Vasquez et consorts. Alors ce soir je boue car pendant que NBC se vrillait le dos pour dunker dans tous les sens, l'écart ne se creusait pas parce que Môssieur Batista tenait la porte à son vis-à-vis. Curry n'a pas eu un seul écran propre à exploiter vu que Môssieur Batista se barre systématiquement avant le passage du porteur de balle et enfin trop peu de ses tirs ouverts ont été convertis. 4/5 me direz vous ? Certes mais combien de tirs refusés ? Combien de tentatives hasardeuses transformées en lancer de patate chaude à un partenaire ? Je dirais environ le même nombre d'où les 4pds… en "jetant" des ballons à des coéquipiers qui EUX prennent leurs responsabilités. Le CSP possède un autre pivot dur-au-mal qui ne rechigne pas à aller au contact sous le cercle mais il n'a été utilisé que 3'35 ! Alors s'il est blessé, ok… sinon pitié qu'on cesse cette mascarade en collant sur le banc un Plaisted de devoir pour garder sur le parquet un mec qui fait flancher l'équipe. Le 3e pivot théoriquement, pourtant celui qui débute les matches, Fréjus ZERBO, sort lui une prestation impressionnante d'activité avec une véritable volonté d'attaquer le cercle et n'hésitant pas à défendre dur et à se livrer sur des fautes nécessaires. Encore une fois ses stats ne reflètent pas le dixième de son engagement mais les images ne trompent personne. En pleine débacle, JMD lança dans le grand bain sa recrue de DLeague : James SOUTHERLAND qui malgré une bonne volonté évidente n'a pas encore la compréhension du jeu et l'expérience nécessaires pour sortir une équipe de la mouise en QT3 d'Euroleague. Des choix hallucinants (Curry-Batista-Southerland-Plaisted) sans parler de l'efficacité des temps-morts. Difficile de plaider en faveur du coach même s'il nous a déjà surpris agréablement par le passé.

-13 et 10min à jouer

On pensait la messe dite à 63-50 à 10min du terme mais Limoges s'est redonné le droit d'y croire avec un 12-4 emmené par un Léo impérial de retour bien secondé par Amagou et Smith de loin et Camara qui allait au charbon dessous vu que le terrain était en friche depuis le (non) passage de qui vous savez. Malgré tout, il était écrit que le CSP ne s'imposerait pas à Malaga et Thomas Granger et Vasquez ont scellé le sort de la rencontre en muselant les dernières ardeurs cerclistes.

Tout ceci n'est donc pas un simple compte-rendu mais bel et bien un ressenti tout autant sujet à discussion que subjectif, alors dites-nous ce que vous avez vu hier soir... Du grand Batista (je taquine) ou du super Curry ?

POSITIVONS

On notera tout de même du positif avec plus de fautes tactiques données (mais pas encore assez toutefois), un cinq majeur (Léo, Adrien, Fréjus, Jamar, Nobel) plus que crédible dans ce groupe d'Euroleague, un meneur génial, une circulation de balle très intéressante (même avec Curry par séquences) et surtout une capacité à s'accrocher et à ne pas baisser les bras malgré un trou d'air en forme de gouffre).
L'avenir ?
Il faudra marcher sur Berlin telle l'armée rouge en son temps si nous voulons conserver un espoir d'accrocher le TOP16. Les allemands sont la dernière formation Fanny de cette poule et il serait de bon ton qu'ils le restent. L'avenir proche se situe également à l'Est mais de l'autre côté du Rhin avec une visite chez chez le double dauphin au doux parfum d'équipe de France. Nul doute que coach Collet aura visionné cette rencontre en Andalousie et se fera un malin plaisir d'essayer d'envoyer les cadres limougeauds sur le banc pour affronter Batista et consorts.

  • Autour du match
  • Commentaires (90)