Playoffs 2019

L'ange Gabriel aurait-il déjà frappé ?

Illustration

Alors que les choses s'activent en coulisse, c'est sur le terrain que Limoges prolonge sa série dans la course aux play-offs en s'imposant face au Portel (89-67). En hommage à nos amis ouarriors, et pour les remercier de nous faire autant rire sur les réseaux sociaux, ce soir, c'est deux analyses pour le prix d’une !

L’analyse du bisounours Dalton-Ouarrior

C’est dans un Beaublanc annoncé SOLD-OUT que le Limoges CSP s’est imposé sur le score fleuve de 89 à 67. Pas moins de vingt-deux points d’avance qui démontrent une énorme différence de niveau entre les deux équipes. Notons que Le Portel est en Jeep Elite, la première division nationale, dont le niveau n'est plus à prouver en comparaison avec les divisions inférieures (à savoir ProB, NM1, NM2, NM3, Pré-Nat, Région, et enfin Départ'). C'est dire le nombre d'équipes moins talentueuses.

Le CSP nous a offert un véritable spectacle dès les premières minutes : une inébranlable volonté de faire tourner le ballon (sur jeu placé comme en contre-attaque), une défense de fer, des prises à deux en ligne de fond, des interceptions, du jeu rapide, une domination au rebond… La relation Hardy-Boutsiele est un bel exemple de ce qui nous a été proposé ce soir.
Pour autant, la vaillante équipe nordiste s’accroche (37-34 à la mi-temps) alors que le retour d’August sur le parquet et dans les tribunes ravit petits et grands.

Bien emmenés par un Jordan Taylor qui confirme ses dernières prestations de haut vol (17pts 9 passes, 23 d'éval), les Limougeauds se sont rendu la tâche facile au retour des vestiaires grâce notamment à quelques flèches bien senties à 3pts.
Alors que Beaublanc était littéralement aussi chaud qu’un soir de finale, le CSP a su maintenir son adversaire à distance sans avoir à forcer son talent, et montrer à toute la Jeep Elite qu’il était prêt à accrocher les playoffs et créer l’exploit au mois de juin.

Au rang des satisfactions, on retiendra que Pascal François Peronnet aura réussi à plier le match, jusqu’à faire entrer en jeu le jeune Timothée Bazille déjà auteur d’une grosse performance avec les Espoirs en lever de rideau (23pts, 12 rebonds) malgré une défaite encourageante (57-72 : après les branlées des dernières semaines, à -15 on est sur du mieux. Travail travail travail !).

Au rang des regrets cette fois, nous avons appris avec tristesse qu’Olivier Bourgain s’est retiré de Twitter, scène de ses plus belles frasques de la saison, probablement lassé par les nombreuses notifications élogieuses envoyées par les digital warriors.

L'analyse lucide

La soirée a commencé sur les chapeaux de roue, dès l’entrée du Palais des Sports. David Laurent, longtemps bénévole du club et ex-directeur du Centre de formation, s’est vu refuser l’accès à la salle : « carte désactivée sur décision du club ». La classe JUSQU’AU BOUT !

Bref, Beaublanc annoncé complet par le CSP sur les réseaux sociaux, le sera beaucoup moins en réalité. Même en pleine période de vacances, les sièges vides sont nombreux, les travées sont dégarnies et l’ambiance est une nouvelle fois tiédasse… Ce n’est pas le retour d’August après plusieurs mois d’absence qui y changera quelque chose. On notera d’ailleurs son nouveau costume aux proportions hasardeuses et discutables… Mais peut-être le renouvellement de l'apparence de la mascotte était-il LA priorité marketing n°1 à l'heure où les partenaires fuient vers le LH ?!

Toujours est-il qu’on s’est déplacé avant tout pour voir du basket. Mais malheureusement, pour faire un beau match, il faut deux équipes ! Le Panathinaïkos du Portel, à la lutte pour le maintien (17e et donc premier relégable), n’était clairement pas à la hauteur pour ça. Malgré quelques actions bien senties côté limougeaud, l’écart ne décolle pas, avec en point d’orgue du premier quart-temps une action qu’on ne renierait pas dans un Shaq’tin a fool !
Le 2e quart-temps ne sera que bouillie, Le Portel en profitera même pour passer devant. Une erreur d’arbitrage aura au moins eu le mérite de sortir Beaublanc de sa léthargie quelques instants, mais il aura fallu attendre le retour des vestiaires pour voir le CSP se constituer un matelas d’avance, sans jamais enflammer la salle (l'ambiance n'était clairement pas à l'origine de la température insupportable en travées hautes !)

François Peronnet, refusant de croire que son équipe a plié le match alors que ça ne l’intéresse pas, attendra 39 minutes et 42 secondes pour lancer Timothée Bazille en jeu. 18 malheureuses secondes (une possession pas jouée !) comme drôle de façon de récompenser une grosse perf individuelle avec les Espoirs (23pts, 12 rebonds).

Sur les performances individuelles, Jordan Taylor, encore une fois en mode MVP, continue de se révéler (17pts, 9 passes, 23 d’éval), bien secondé offensivement par Dwight Hardy et Axel Bouteille (17 et 15pts) .
On attribuera aux Limougeauds une défense bien plus volontaire et solide que celle proposée depuis le début de saison. En espérant qu’elle devienne une constante sur laquelle s’appuyer en vue d’éventuels play-offs. Cela passera par Boulazac, dès lundi prochain !

Mais avouons-le, nos plus grandes satisfactions de la semaine se trouvent en dehors du terrain. La nomination d’Alexandre Gabriel à la tête de l’association est un virage importantissime pour le club, et l’AG de la SASP qui se tiendra dans les prochaines semaines amènera son lot de bonnes nouvelles (une fois passées les mauvaises surprises laissées sous le tapis par Youri et sa clique…).

Amis Limougeauds, les heures les plus sombres du club sont derrière nous, quoi qu'en dise "le supporter historique anonyme" !

  • Autour du match
  • Commentaires (49)