Playoffs 2019

Exploit en Turquie

Illustration

Le CSP a réussi à déjouer les pronostics et s’est imposé 92 à 98 sur le parquet de Tofas Bursa. Encore maître de son destin, le CSP n’est plus qu’à une victoire du TOP16 et jouera sa qualification à Beaublanc contre les derniers de la poule chez qui ils avaient chuté à l’aller. Emmenés par un Taylor précieux (21pts) bien secondé par un BigTwo Howard (19) et Bouteille (16) les limougeauds ont su s’arracher au QT4 pour créer la surprise. Deuxième victoire en deux matches pour coach Peronnet. Analyse.

Ah ce fameux choc psychologique ! Aussi incompréhensible qu'impénétrable, il n'empêche que cela fait plaisir de revoir les limougeauds jouer au basket. Alors on a bien toutes les déclarations sur les regrets pour Kyle Milling et le sens de la responsabilité mais on voit tout de même autre chose. Si les différences tactiques ne sont pas flagrantes, la gestion des rotations et des temps morts est toute autre. Pour le reste, ça demeure du basket : quand on se donne en défense et qu'on mouille le maillot ça facilite les choses !

Le match

Ainsi, dès l'entame, les ceclistes se présentent sur le parquet (avec Axel Bouteille) et ne sont plus les paillassons de leurs adversaires. Quand on est rugueux, bizarrement, on ne prend pas un éclat en cinq minutes et on a le temps de mettre en place son jeu sans courir après le score. Limoges a posé sa patte sur la rencontre dès le QT1 en menant au score, de quelques unités, mais laissant à Bursa le rôle de trainard. Soulignons l'apport énorme de Jordan TAYLOR qui s'est déjà imposé comme patron de la mène mais aussi du scoring. Le meneur US a surclassé ses opposants et insufflé de la confiance dans les rangs limougeauds. Fort de ce point d'appui, les autres joueurs ont pu développer leur jeu sereinement a-t-on envie de dire (et après les mois que nous venons de passer ce n'est pas rien !). Howard a repris confiance et a allumé deux fois au buzzer dont cet incroyable tir à 8 dixièmes de secondes de la mi-temps depuis la ligne de LF... défensive ! De quoi bien casser le moral des turcs qui étaient péniblement revenu à hauteur du CSP.

Les intérieurs aussi bénéficient de cet équilibre retrouvé. Plus besoin d'aller faire des écrans à des kilomètres de l'arc de cercle pour un meneur en difficulté, la répartition des menaces leur permet entre autres de mieux jouer le rebond même si les écrans retard méritent encore de la coordination. Inglis n'étant plus le seul energizer défensif, la prestation globale en zone arrière a vraiment une autre tête même si elle permet aux turcs de dépasser les 20 unités à chaque QT. Heureusement les gros runs offensifs du QT1 et du QT4 permettent de gagner la rencontre, mais plus d'ambition passera par moins de largesses défensives en particulier à 45 degrés côté faible où les 3/4 des ballons adverses sont ressortis sans aucune opposition. Il faut certes faire des choix défensifs mais à ce niveau, il faut les varier pour que la recette ne soit pas trop évident pour le cuisinier adverse.

Un TOP16 inespéré

Alors ne vendons pas la peau de l'ours, mais avec un Beaublanc bien chauffé par une bonne bronca pour des dirigeants sur le point de se faire expulser aussi dignement qu'ils ont traité leurs supporters (les Ultras, une petite banderole pour organiser le pot de départ de la Team Picot-Diaz-Youri-Bourgain ?) et un tonnerre d'applaudissement pour des joueurs et un coach qui revivent, marcher sur la lanterne rouge de la poule et au passage laver l'affront de l'aller, ne devrait pas être inenvisageable. Comme l'an passé, une telle qualification viendrait de nulle part mais assurerait un petit tour de plus sur la scène européenne en 2019 histoire de remplir les caisses grâce à la billetterie, de justifier un peu plus notre statut à ce niveau et les invitations futures dans cette ligue... et pourquoi pas aller chercher quelques victoires supplémentaires histoire de frissonner un peu ?

ON A AIMé

- Gagner 2 matches de suite (on avait peur de ne plus réécrire ça de la saison)
- la DE-FENSE ! Il reste du taf, mais quel changement
- L'intensité... en fait c'est plus ça que la défense honnêtement
- Ne rien lâcher même quand on se fait remonter
- Les pralines au buzzer de l'ami William
- Le coaching serein / les rotations logiques et pas mécaniques
- Avoir une retransmission sur France Bleu Limousin (qui n'a pas couvert tous les matches à l'extérieur)

On n'a pas aimé

- Certaines phases défensives
- Se faire peur même si en face on connaissait les scorers
- Stephen Brun... pour l'ensemble de son oeuvre
- Les diverses sorties des futurs-ex-dirigeants dans la semaine (mais on aura l'occasion d'y revenir).

___________________
Merci à Epiphanie ESTEVES, Photographe limougeaude pour sa photo d'illustration, retrouvez son travail et ses coordonnées
sur sa page Facebook.

  • Autour du match
  • Commentaires (68)