Playoffs 2019

é-PAU-rpillés façon puzzle

Illustration

Une défense limougeaude intraitable, un nouveau BigTrois avec un Boutsiele intenable, un Howard on fire, un Bouteille clutch et (comble de tout) un Mickey à la dérive, envoient gaiement le CSP chez... Mickey mais la vraie nouvelle de la soirée C'EST QU'ON A EPARPILLES LES GLANDS BEARNIAIS FACON PUZZLE ! 81-68 (et encore c'est gentil) net, sans bavure. La mascotte Peronnet est toujours invaincue en Jeep Elite. Analyse.

Le match

Alors on nous avait expliqué que Léo CAVALIERE (aka moustache au dessus des yeux) avait motivé les troupes en leur inculquant l'importance d'un Clasico quand on est palois... et ça a eu l'effet d'un speech de Vincent Collet avant une finale ! Résultat : des béarniais liquéfiés, totalement perdus au delà des 6m75 et courant comme un poulet sans tête... sans doute un clin d'oeil à la Moutète ancien marché aux poules de son état que les plus jeunes n'ont pas connu -et tant mieux pour eux ça sentait très mauvais- bien mal emmenés par un meneur plus Mickey que McConnell.

N'enlevons pas le mérite des limougeauds qui ont su défendre le fer (ça fait tout bizarre d'écrire ça cette saison, après un automne portes-ouvertes) en particulier sur les postes clés des adversaires. Alors nul besoin de vous refaire le film des quart-temps et du score, Limoges a très vite pris la tête alors que l'élan béarniais SE prenait la tête à balancer parpaing sur parpaing de loin. Dessous, BOUTSIELE a fait un chantier de dingue (en même temps avec des adversaires qui fournissent les matériaux ce serait bête de se priver !) réduisant au silence Chikoko et punissant de son tir extérieur les options défensives de Laurent Vila un peu dépassé par la longueur de banc limougeaude. Ajoutez quelques banderilles à 3pts d'Howard sur le dos de la Vachette et l'opportunisme de Bouteille et vous obtenez un match tout en maîtrise très correctement emmené par les deux meneurs limougeauds. Pau n'a jamais inquiété le CSP et cela ressemblait à un remake des rencontres européennes du CSP mais avec Pau dans le rôle du labrador. On regrettera toutefois le relâchement des titulaires dans les deux dernières minutes qui ont permis à Pau d'effacer les 20pts d'écart pourtant bien mérités.

Analyse

Ces palois sont certes deuxièmes de Jeep Elite, mais ça en dit long sur la singularité de notre championnat où une équipe aux moyens plutôt limités comme Pau peut tout miser sur un 5 majeur performant mais n'avoir pas grand chose en relais et quand même truster le podium face à des cylindrées plus importantes... mais pas encore assez importantes pour gérer sereinement les rendez-vous européens de milieu de semaine.

Spécificité hexagonale où des Bourg, Dijon et bientôt Pau viennent jouer les trouble-fête en championnat mais ne tiennent pas le choc l'année suivante une fois la qualification européenne méritée mais les moyens toujours aussi étriqués. A l'inverse la démarche de l'EuroCup qui a privilégié Limoges et sa capacité à évoluer à ce niveau même les années "moins biens" montre le développement possible sur les clubs à fort potentiel de public et de dynamique économique.

Mickey en poche

On l'avait crié sur tous les toits avant le match : ON S'EN FOUT DE LA LEADERS CUP !... et on le maintient !
Cette compétition née d'une souris et d'un marchand de poulet, ou plutôt tournoi express en 3 matches qui offrent un titre en bois (comprenez sans rien à la clé) le tout sous une tente en plein mois de février à Marne La Vallée n'intéresse que la LNB qui y fait son autopromo. Tant mieux si le basket français en retire quelque chose mais sportivement parlant disons que ce n'est pas exaltant. Fred Forte rêvait d'y envoyer les espoirs l'an passé en représailles des obstacles de calendriers fomentés par la LNB pour bloquer Limoges en EuroCup... il n'est pas trop tard pour exaucer son voeu et préserver nos joueurs d'éventuelle blessures sur le parquet de la Disney Events Arena.

On a aimé

- Gagner le Clasico AVEC LA MANIERE !
- Jeeeeeerryyyyyyy BOUUUUUUTSIELE !!!
- L'arbitrage (qui s'est fait oublier... en étant donc très bon !)
- Damien Inglis qui met des points
- L'exigence de Peronnet qui a convoqué ses joueurs aux bons moments
- L'humilité de Peronnet en conférence de presse
- Fermer sa gu... à Cavalière
- La grinta de McConnell... un Cedrick Banks de la grande époque de relégation limougeaude

On n'a pas aimé

- Les deux dernières minutes qui ont allégé la valise de Pau
- SamSam et Miles blessés (respectivement béquille et entorse de la cheville)
- Ne pas avoir Mam Jaiteh en voyant les intérieurs défiler à l'infirmerie
- Devoir se fader Mickey...

La suite

La suite c'est re-Malaga en EuroCup et honnêtement avec Doumbouya, Samuels et Miles sur le flanc... ça sent la mission impossible, d'autant plus qu'avec un bilan vierge au TOP16 Limoges ne peut plus vraiment nourrir d'ambition de passer en 1/4. Alors pourquoi ne pas jouer ça pépère sans pression mais en ayant surtout Antibes dans le viseur, parce que c'est clairement en championnat que le CSP peut se mettre à rêver (et faire rêver son public) cette saison. Seule l'ASVEL parait surdimensionnée mais elle semble bien partie pour faire durer l'aventure EuroCup... et pourrait en payer le prix plus tard !

___________________
Merci à Epiphanie ESTEVES, Photographe limougeaude pour sa photo d'illustration, retrouvez son travail et ses coordonnées
sur sa page Facebook.

  • Autour du match
  • Commentaires (34)