Playoffs 2019

Croire en sa bonne étoile... rouge

Illustration

Pas de répit pour les joueurs du CSP, après des agapes très raisonnables, direction la halle Pionir pour le début du TOP16 EuroCup chez l'un des gros contenders de la compétition : l'Etoile Rouge de Belgrade (ou le KK CRVENA ZVEZDA pour les puristes). Après 5 saisons en EuroLeague, les rouge et blanc reviennent en C2 toujours à la recherche d'un trophée continental pour étoffer leur vitrine riche d'une unique Coupe des coupes 1974. Si au plan national ils trustent les premières places avec les voisins du Partizan, ils peinent à aller au bout en Europe. Néanmoins, ce seront de sérieux clients pour un CSP toujours convalescent privé de la pépite Doumbouya. Présentation.

Sortie troisième d'un groupe équilibré, l'étoile rouge n'est plus au firmament qu'elle a connu ces dernières années. En références parlantes pour nous hexagonaux, nous prendrons les deux oppositions au triple détenteur de la Leaders Cup j'ai nommé l'AS MONACO (sorti 1er de ce groupe A). Les serbes se sont imposés 66-63 en principauté mais se sont inclinés 75-91 à domicile au match retour. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'Etoile Rouge ne brille pas par sa régularité (ayant enchaîné une série de 5 défaites toutes compétitions confondues en octobre) et est capable de belles prestations défensives laissant ses adversaires sous les 70 unités, tout comme de grandes soirées portes ouvertes où les scores frôlent les trois chiffres. Notons tout de même qu'ils ont terminé la phase régulière de l'EuroCup en écrabouillant les italiens de Brescia 103-67 (avec un vilain record de seulement 22pts encaissés à la mi-temps) et qu'ils ont validé leur billet pour le TOP16 en passant un petit 100-83 à Galatasaray sur son propre parquet. Méfiance donc, la dynamique est positive pour les stellistes.

L'équipe

Illustration

Les Meneurs

Joe RAGLAND est une vieille connaissance sous le maillot du LOKO qui nous avait martyrisé l'an dernier. A 29 ans, le meneur est une valeur sûre européenne qui a écumé l'Espagne, l'Italie, la Turquie, la Russie et donc la Serbie... pas des championnats de seconde zone ! Avec 15,7pts et 6,5pds pour 18 d'évaluation en "seulement" 27min par match nous savons déjà que quoi qu'il advienne il fera son match et ses stats. Si on pouvait toutefois le gêner pour mettre sur orbite ses coéquipiers ce serait un bon début.

Filip COVIC prend le relais de Ragland. Lui aussi expérimenté du haut de ses 29 ans, c'est un bon meneur serbe rien de flashy mais du propre dans tous les domaines : quelques points, quelques passes bref, du sérieux. Appelé en équipe nationale il a su rendre service dans le même style en relais de plus gros joueurs. Une menace moins acérée que son homologue américain mais pas un client à laisser se balader pour autant.

Les arrières

Nemanja NENADIC fêtera ses 25 ans face au CSP. Cet arrière serbe qui dépanne parfois à la mène aura donc à coeur de briller devant les bouillants supporters de la Pionir Arena (en espérant qu'ils se déplacent pour Limoges car la dernière sortie du CSP face au Partizan dans la salle mythique sonnait tristement creux !). Souvent blessé cette saison il n'a disputé que 3 rencontres d'EuroCup mais un peu plus en ABA Liga qui est plus condensée. Son rendement reste discret dans les 4pts/2rbds.

Billy BARON C'est là que les ennuis commencent véritablement. Le Billy c'est un bras : 54,4% à 3pts ça vous classe un homme. Oui, 54% en Eurocup avec de vraies défenses... ça picote (Hein Jean-Léo ?!) et il vaudra mieux défendre avec un pied dans ses baskets en permanence faute de quoi il fera pleuvoir la foudre sur la défense cercliste. Ajoutons à ce petit bouquet un pourcentage de 46,4 à 2pts et l'équation est simple : il faudra faire rentrer ce garçon sous les 6m75 pour manger moins de points et ce à un plus faible taux (stat non-sponsorisée par MiniTaux !). Attention, car Baron sait aussi servir ses coéquipiers avec près de 4pds par match. On sait que ce joueur nous fera mal, le tout sera de limiter son impact 14,6pts de moyenne avec seulement deux sorties sous la barre des 10pts où il ne s'est pas pour autant mué en grand distributeur... un shooteur ça shoote et le Billy quoi qu'il advienne il shootera. Une sorte de Josh Carter... l'adresse en plus mais à noter, la taille en moins. Avec seulement 1m88, ce petit gabarit pourrait être mis à mal par un Howard en mission défensive.

Branko LAZIC encore un arrière serbe de 30 ans, lui aussi avec une influence mesurée (4pts 2rbds moins de 3 d'éval) pas de quoi se relever la nuit, mais méfions-nous de l'eau qui dort, il a fait un 4/4 à 3pts contre Brescia... comme quoi tout est possible !

Les ailiers

Ognjen DOBRIC comme Lazic un joueur discret capable d'être le facteur X comme il l'a montré aux allemands d'ULM en leur calant un petit 5/8 à 3pts pour finir avec 21pts et 26 d'évaluation. Comme quoi un joueur qui tourne à 6,4pts de moyenne ça ne veut pas toujours dire qu'il marquera 3 paniers et basta. Même profil en ABA Liga où il émarge un poil plus haut mais où il cartonne parfois comme avec ses 17pts (à 100% à 2pts) face au Cedevita. Pur produit de l'école Etoile Rouge. Parti se développer au FMP (une "filiale" de l'Etoile Rouge) il est de retour chez les "grands" et s'il ne fournit pas une contribution hors normes, il pose quand même 6,9 d'évaluation en EuroCup ce qui assez honnête au vu des 19 minutes qui lui sont allouées et du peu de tickets shoot dont il bénéficie à côté des ricains.

Stratos PERPEROGLOU comme son nom l'indique est grec. Il arrive tout droit... d'Israël après deux saison au Barça et en étant passé par l'Efes, L'Olympicos et le Pana... Rien que ça ! Trois EuroLeagues, des titres grecs et espagnols plein la besace le Stratos est une vraie mascotte : quand vous l'avez vous gagnez un truc ! En une vingtaine de minutes l'international grec émarge entre 8 et 10pts selon la compétition auxquels il ajoute 2-3rbds et presque 2pds... un bon joueur complet et solide pas loin des 40% à 3pts capable de vous grequifier comme il l'a fait au Partizan (25pts 100% à 2pts 5/8 à 3pts) avec 30 d'évaluation SVP ! Ne pas laisser Stratos se mettre sur Orbite sinon l'Etoile Rouge va se transformer en comète !

Marko KESELJ une vieille connaissance passée par Le Mans et l'ASVEL de retour au bercail serbe après une belle carrière auréolée d'une Euroleague (2012 avec l'Oly). A 31 ans il s'est décalé sur le poste 3 ayant été plus 2 dans ses années "vertes". Blessé en début de saison il a retrouvé le chemin des parquets en cette fin d'année civile pour des sorties modestes de moins de 10min pour un rendement tout aussi modeste autour des 6 d'évaluation. Encore récemment sur le flanc, le fragile Marko ne prendra sans doute pas de risques démesurés.

Les Ailiers-forts

Mouhammad FAYE sénégalais formé aux States à Georgia Tech et rapidement passé par la DLeague, l'intérieur a écumé les championnats européens de seconde zone (dont la France en 2011-12 chez feu le HTV) et n'a laissé de souvenir intarissable nulle part si ce n'est en sélection nationale. A 33 ans, l'Etoile Rouge est sa plus belle équipe et il y fait une de ses plus belles saisons (quand on vous dit qu'un intérieur mature lentement !... Jaiteh toussa toussa...) avec un temps de jeu conséquent au delà des 20min, Faye délivre 8,9pts en EuroCup et 8,9pts en ABA Liga (régulier ?) le tout saupoudré de 7,7rbds (EC) et 5,5rbds (ABA) pour 13 d'évaluation dans les deux compétitions. Pas un gros shooteur à 3pts mais un 4 à l'ancienne qui pose des écran et va se battre au rebond.

Borisa SIMANIC 20 ans, 10min, 5pts, 2rbs 5,7 d'évaluation ça résume (un peu vite certes) ce jeune joueur qui sort tout de même de deux prestations en Eurocup à 17 et 12 pts (respectivement face à Brescia et Galatasaray). Il bénéficie de plus de confiance de son coach en ABA Liga avec un temps de jeu doublé mais des stats du même tonneau même s'il semble en progression en cette fin 2018. A surveiller.

Les Pivots

Michael OJO Américano-Nigerian de 2m16... avant même de se coltiner des poètes serbes on est déjà dans le gros babar avec ce format Zerboesque qui pose tranquillement un peu plus de 7pts / 5-6 rebonds avec ses bras qui ressemblent à des jambes de gens normaux... Je ne résiste pas au plaisir de vous mettre une petite photo pour vous laisser imaginer la goutte de sueur qui va perler le long des tempes de Boutsiele ou BigSam qui ne sont pourtant pas des enfants de choeur. Formé à Florida State mais non drafté il est couveuse en Serbie depuis l'an dernier, espérons qu'il ne choisisse pas d'éclore contre nous.

Illustration


Maik ZIRBES outre de parents dyslexiques, est issu d'Allemagne. Plus "petit" du haut de ses 207 centimètres il est à presque 29 ans en pleine fleur de l'âge pour un pivot. Lui aussi véritable mascotte, l'international allemand possède un beau palmarès entre son pays d'origine (champion avec Bamberg et Munich) il est déjà passé par l'Etoile Rouge entre 2014 et 2016 ce qui lui a permis de goûter à l'EuroLeague. 7ps 3rbds 7 d'évaluation en 20 minutes en EC, Maik fait le métier, 9pts 5rbds et presque 12 d'évaluation en moins de temps (17min) en ABA... un bon joueur qui ne sera pas une menace au delà des 3pts (zéro tir pris depuis le début de la saison). Peu de chance de le voir s'enflammer au-delà des 15pts non plus. Un bon pivot... sans plus.

Dusan RISTIC est issu de l'école serbe mais a tenté l'expérience américaine dans la prestigieuse fac d'Arizona (non vous ne faites pas la vanne de Mc Solar stp !) où il émargeait à 12pts 7rbds dans son année senior. De retour à la maison après ne pas avoir été drafté, il fait son apprentissage du monde professionnel serbe et malgré une sortie à 14pts en ABA, il ne bénéficie que de 5 petites minutes en EuroCup où ses 2m15 vont pourtant faire des ravages dans quelques années... né en 1995 (un an après Jaiteh... c'est pour parler) il a encore besoin de maturer mais méfiance, trop ignoré il peut sanctionner.

Le coach

Milan TOMIC joueur serbe qui a effectué la plupart de sa riche carrière en Grèce, il a tout gagné avec l'Oly et c'est naturellement là-bas qu'il a embrassé une carrière sur le banc. Assistant, entre-autres, d'un certain Panagiotis Giannakis, il a remporté deux EuroLeagues 2012 et 2013 et 3 titres hellènes. De retour dans son pays d'origine il dirige l'Etoile Rouge depuis cet été et nourrit de l'ambition pour le club de Belgrade qui veut rebondir après son exclusion de la grande ligue continentale. Histoire d'agacer les chauvins que nous sommes, sachez qu'il a déclaré dans la presse serbe qu'il était "très concentré sur le TOP16 EuroCup et les gros matches qui l'attendent avec Valence et Malaga". Charge aux cerclistes de l'aider à replacer Limoges sur la carte de l'Europe.

A quoi s'attendre ?

C'est le TOP16 EuroCup, on n'est pas là pour enfiler des perles ! On risque donc d'assister à un show du duo Ragland-Baron qui aiment bien quand ça sent un peu la poudre. Alors poussés par les fanatiques serbes et dans une compétition courte où les victoires à domicile sont impératives pour espérer atteindre les 1/4 de finale nul doute que le duo américain voudra faire ce pour quoi il a été recruté et grassement payé : scorer ! Par chance, les lignes arrières ne sont pas les plus mal loties en défense au CSP alors si Taylor et Howard pouvaient limiter le rendement des deux US on pourrait tenter un coup. Big Sam et Jerry peuvent jouer leur carte face à des clients costauds mais pas forcément infaillibles. Hardy et Miles peuvent faire tomber la foudre pendant que tout le monde sera concentré sur Ragland et Baron... alors pourquoi pas un upset à l'extérieur pour entamer 2019 ? Belgrade est probablement le plus prenable des trois adversaires de la poule mais surtout personne ne nous y attend... un peu comme à Athènes.

Le Duel

Ragland-Taylor. On en salive d'avance. Tout le monde s'accorde à dire que Taylor a apporté de la sérénité à la mène du CSP et une défense jusque là inexistante. Il aura fort à faire à Belgrade. Néanmoins, l'opposition Howard-Baron peut valoir son pesant de cacahuètes.

One more thing...

Un petit mot. Cela fait un an. Un an qui nous a permis de prendre du recul. Un an qui nous a permis de faire un bilan plus apaisé. Loin d'oublier tous les griefs qui nous ont fait nous opposer à Fred Forte au long des années, disons simplement que son aura sort encore grandie depuis sa disparition par l'oeuvre désastreuse de ses successeurs qui nous montrent à quel point ce qu'il faisait relevait à la fois de l'hyperactivité et de l'exploit. Tenir ensemble tous ces électrons qui composent le CSP et assurer une présence médiatique impactante dans tout le basket français. On a cherché le gros plan sur Fred avec un ancien international ou un copain légende du basket français pendant le All Star Game, mais il n'est jamais venu. Il y était tous les ans, et tous les ans on mentionnait Limoges... Une autre époque. En attendant, nous avons une pensée pour lui qui serait fier dans son tunnel à se ronger les ongles pour que son CSP brille une nouvelle fois au TOP16 et puisse croire en sa bonne étoile... Un petit mot... pas plus.

  • Autour du match
  • Commentaires (12)