Playoffs 2019

Chalon Saône Limoges 90-66

Illustration

Miel19 l'avait écrit dans sa preview, Chalon a un gros 5 majeur et à lui seul (aidé par Bouteille) il a sonné le CSP ! Fall, Roberson, Clark... tout le monde ou presque y a été de sa dizaine d'unités. Le départ d'Hammonds et de sa défense a fait bien mal ce soir et rappelle à tout le monde à quelle partie du tableau appartiendra le CSP cette saison à moins d'un rapide ajustement. Analyse.

Le match

Une première mi-temps où Chalon s'installe rapidement en tête avec un duo Clark/Roberson qui se balade dans les lignes intérieures et arrières limougeaudes complètement désorganisées avec le départ d'Hammonds qui amenait une consistance défensive sur les petits d'en face laissant plus d'air aux grands qui avaient "le temps" de voir arriver la balle. Nixon (qui n'était pas dans le 5) n'est pas un défenseur de cette trempe et sera plus flamboyant (à l'avenir) en attaque. 25-18 après 10 minutes... gérable mais loin des attentes.

Dès le QT2, Clark et Fall ont représenté un solide duo dans la peinture, complémentaires comme expliqué dans l'avant-match. C'est malheureux d'avoir raison à ce point... Clark a joué dos au panier et Fall a usé et abusé de ses longs bras avec une moisson de rebonds et de contres à des années luière du rendement du quatuor Camara (raisonnable mais dépassé), Fair, Zerbo et Scott. Quatre qui en font moins que deux... Sans commentaire.
46-32 à la pause. Pas de flamboyance, impossible de recoller, le match semble impossible à renverser.

QT3, une lueur d'espoir avec un retour très tardif en fin de période sous la barre des 10pts sur un 3pts de Prepelic mais l'effort sera une nouvelle fois vain. Chalon joue vite, fait circuler le ballon et le CSP ne vit qu'en réaction et est privé des commandes. Coach Choulet et son maître à penser Roberson, dictent le tempo alternant le jeu intérieur / extérieur aussi bien qu'ils forcent Limoges à déjouer en attaque, évitant avec soin les compas de Fall. Buford tremble sur le podium des scoreurs de ProA et n'est plus le roc qui a tenu le CSP sur quelques matches, tout comme Camara va forcément cesser d'être en double-double pratiquement à chaque rencontre (15-7 en Bourgogne).

La dernière période sera une purge déclenchée par l'éviction de Wood, qui récolte une disqualifiante pour contestation. Le retour à 4 possessions prend vite du plomb dans l'aile. Le score final 90-66 est certes sévère mais représente bien l'écart entre un Chalon qui visera le dernier carré des playoffs sans problème et un Limoges qui risque une nouvelle fois de ne pas y figurer ou de justesse.

Le bilan

Alors certes notre faible ProA est un championnat plein de surprises puisque n'importe qui a les moyens de battre n'importe qui (pour preuve la défaite de Monaco face à la lanterne rouge Nancy la semaine dernière). En revanche, il faut reconnaître une forme de hiérarchie entre des "playoffables" et le reste. Si personne n'est à l'abri d'un exploit, et si des coups de barre des à un calendrier européen compliqué peuvent aussi influencer les résultats, dans l'ensemble il faut reconnaître que Limoges appartient au deuxième wagon de ProA. On aura beau s'enflammer après avoir secoué Châlons-Reims ou Dijon, ce CSP version 2016-17 reste une équipe moyenne de ProA, capable de fulgurances mais qui sera inexorablement rappelée à son rang par des vraies formations mieux construites la plupart du temps. Chalon en fait partie et même si sa politique (enfin celle de Choulet) de vivre et mourir par ses américains n'est pas notre tasse de thé, il faut reconnaître qu'elle a le mérite d'être efficace. Strasbourg a su rapidement effectuer un retour vers le futur en rappelant Collet et maintenant Travis pour retrouver son standing dans les semaines à venir (y-compris contre Limoges rapidement) et les ajustement auront le temps de se faire.

Limoges annonce depuis des semaines chercher un 4 ou un 5... Mais le jour où il arrivera (s'il arrive) il y a fort à parier qu'il ne sera pas en forme (un peu comme Hammonds) et qu'en ajoutant le temps d'adaptation la rentabilité ne se fasse pas avant 2017. Le staff ne semble pas vouloir gaspiller d'argent sur ce groupe de transition... Peu importe que les abonnés voient du "très moyen" au fil des semaines, ce qui compte c'est visiblement de mettre le paquet l'an prochain. Les déconfitures à Chalon ou encore à Levallois continueront et on jouera le petit jeu de l'espoir avec des victoires sur des "comme-nous" entre temps.

L'honnêteté

Notre analyse tardive nous a permis de voir les commentaires s'accumuler et la recherche haineuse de coupables est risible. N'en veuillez pas à des Zerbo ou des Wojciekovski de faire ce dont ils sont capables. N'en veuillez pas à Scott d'être unidimensionnel, n'en veuillez pas à Camara de ne pas être Superman 24h/24... Aucun n'a arnaqué le CSP en promettant monts et merveilles, tous ont signé les contrats qui leur étaient proposés et transpirent à l'entraînement comme en match. L'équipe composée n'est tout simplement pas taillée pour survoler la ProA et ce n'est pas un hasard. La masse salariale passe ailleurs, et la transition est évidente. L'annoncer aux abonnés (tout en leur vendant les places au même tarif qu'une année d'Euroleague) eut été plus honnête...

  • Autour du match
  • Commentaires (64)