Playoffs 2019

C'était trop calme...

Illustration

Limoges boucle une saison délicate aux objectifs atteints malgré un évènement tragique à mi-parcours. Le club, reparti de zéro sur les rails du "Projet 3.0" a renouvelé à 100% l'équipe, a été amené à redistribuer les responsabilités à sa tête et a poursuivi sa politique de formation. La qualification au TOP16 EuroCup acquise, la Leaders Cup atteinte sans grand intérêt et la qualification en Playoffs avec en prime la 4e place viennent clôturer une saison régulière riche. Alors que la seule échéance qui restait était le 1/4 contre Dijon, voilà que des anciens avancent plus ou moins masqués via l'Equipe et coach Boja en pantin pour tenter de s'emparer du club avec une belle manoeuvre populiste à souhait. Décryptage

Les faits

C'est indéniable, on le sait depuis plus d'une décennie, Fred Forte avait un contrôle absolu sur le CSP. Dans ces mêmes colonnes nous l'avions avons taxé d'Omniprésident et la gestion du club était plus que contestable. Deux titres sont venus couronner ce fonctionnement atypique mais il est notoire que tout cela était fragile (sauf financièrement où Limoges avait appris ses leçons et rangeait tout bien dans les bons tiroirs). Les désastres des campagnes d'EuroLeague (cf les remarques de Boja) avaient pourtant montré les limites de ce management à la hussarde et à notre grande surprise, Fred Forte avait changé son fusil d'épaule l'an dernier (peut être lassé d'épuiser le réservoir européen de coaches et les réservoirs d'américains en carton des agents de joueurs ?) et confié le sportif à son meilleur ami : Olivier Bourgain. Le président allait maintenant se consacrer à l'administratif et à la construction (dans tous les sens du terme). Le centre de formation va bientôt avoir des locaux d'hébergement qui vont sortir de terre à proximité du palais des sports. Les projets d'hôtel-restaurant-musée à côté de Beaublanc et l'arlésienne de la nouvelle arena ou de l'agrandissement de la salle faisaient leur petit chemin. N'en déplaise aux anti-FF "par religion" ou aux jaloux, ces projets sont bel et bien inscrits dans le 3.0 avec un développement digital et des ambitions économiques ne se bornant pas à l'horizon du plateau de Millevaches.

Le sportif vient de parler, c'est un succès. Pas aisé mais c'est un succès.
La formation marche bien, les espoirs ont échoué aux portes du trophée du futur après une belle 2e place la saison passée et les U18 sont en Elite poule haute.
Bref, les choses avancent et l'architecte technique et juridique du 3.0 s'est retrouvé propulsé sur le devant de la scène - devenant cible idéale des fielleux pour son jeune âge, son inexpérience et sa non légitimité basket (comme si les autres présidents de clubs -à part TP- pouvaient vous faire un pick'n roll propre !!!). Le fait est que la personne à la tête est compétente. Pas médiatique et donc sans doute pas (encore) assez bon communiquant mais néanmoins compétent... A vous en faire regretter un vague notaire ou agent immobilier limougeaud sur la soixantaine qui serait tellement mieux placé, non ?!

L'attaque

Appelons un chat un chat. On pourra m'expliquer des heures durant que le très grand et très respectable Bozidar MALJKOVIC était par pure coïncidence à Paris pour la soirée des trophées LNB (habilement synchronisée avec une finale de coupe d'Europe de foot (pas de bol la LNB !) et qu'il avait envie de parler un peu (en mal) du CSP parce qu'il avait mangé un peu de boeuf limousin qui lui était resté sur l'estomac... et que COMME PAR HASARD un journaliste de l'équipe avait son dictaphone pile poil à ce moment là !!! Et bien j'aurai du mal à y croire. Les propos de Boja dans L'Equipe au cas où vous les auriez ratés :

Et là ça devient rigolo. Non pas que l'idée de manquer de respect au sorcier serbe nous effleure, c'est plutôt l'idée que certains lui farcissent le cerveau pour l'envoyer défricher les premières lignes histoire de continuer à avancer masqués qui nous titille.

Un chat étant un chat depuis le début, n'y allons pas par quatre chemins (contrairement à d'autres qui la jouent camouflage).
Fred Forte (et son charisme) rayé de la carte... l'occasion semble belle pour prendre les rênes du club. Si la gestion que nous avons critiquée était suffisamment opaque pour qu'on ne sache qu'une chose : le patron c'était FF, une fois l'intéressé disparu, qui allait "hériter" de la poule aux oeufs d'or ? Et là, il faut avouer que c'est un joli bordel. Mais pour faire simple, Céline Forte (sa veuve dont il était séparé) et Jean-Leonard Picot semblent majoritaires dans ce fatras. Après tout, le CSP est une entreprise, une SASP, et elle a une valeur - point barre.

Maintenant tombons les masques et demandons-nous comment un vieux coach serbe, sélectionneur de la Slovénie et responsable du comité olympique serbe, a pour idée de réunir un marathonien amateur parisien qu'il a coaché il y a une bonne vingtaine d'année (j'ai nommé Richard DACOURY) et un opticien franchisé qu'il n'a pas coaché à Limoges pour en faire les repreneurs d'un club qui n'en cherche pas en se basant sur des résultats et des pratiques sportives récemment abandonnés ? Ah ben ma bonne dame... ça ressemblerait à de la manipulation qu'on ne ferait pas mieux.

Les rumeurs

Alors entrons dans l'hypothétique (et je peux vous dire que c'est à contre coeur) et voyons comment ces idées ont bien pu germer chez Boja...

Richard Dacoury "aurait" présenté en janvier dernier (vous suivez le timing ?) un projet de rachat du CSP avec Coca-Cola France (chez qui il fut longtemps... et encore ? employé) en investisseur principal, et un équipementier. Il fut longtemps proche de Nike alors imaginons que le géant du soda et la marque à la virgule contredisent toutes les deux leurs politiques internationales pour se lancer dans le basket hexagonal... pourquoi ? On est à Limoges et l'existence même de cet article prouve que le triangle des Bermudes c'est 3 playmobils dans un lavabo en comparaison ! (copyright B. Poolevorde). On entend ci ou là des budgets de 10 à 12M€ et des histoires de naming et d'investisseurs parisiens poussés par M. Béral. WHAAAAAAAT ???!!!! Tonton Alain serait dans la place ???? Et personne ne sent que ça pue le poulet périmé cette histoire ???

Yann Bonato, notoirement en froid avec Fred Forte serait aussi de cette aventure là ? Pourquoi pas, il nous manque juste Xavier Dupont de Ligonnès et les reptiliens francs-maçons pour crédibiliser un peu plus l'histoire. Notre opticien préféré (après Antoine peut-être ?) cité par Boja serait donc de la fête avec le Dac pour faire sa fête à l'équipe dirigeante actuelle. L'hypo-médiatique Youri s'est donc fendu d'un communiqué ce matin finissant de rendre la situation glauque :

Et voilà comment en 24h, Limoges est redevenu Dallas s/Vienne pour le plus grand bonheur d'à peu près tout le monde. Les grands noms impliqués inspirant nostalgie et respect, faisant d'ores et déjà vaciller l'unité populaire derrière cette équipe en surfant sur une aura (méritée) et comptant sur le manque de background de ces salades de la part du grand public qui ne comprend pas pourquoi cette direction floue (c'est vrai... une clarification sur l'organigramme du CSP Elite -pas SASP- M. Picot ?) et inexpérimentée refuse l'aide généreuse de ces anciens qui volent au secours du club comme Fred Forte en son temps ?!


De l'aide pour le CSP ?

Alors, petit détail qui échappe à pas mal de monde : le CSP n'est pas en perdition. Certains aimeraient le faire croire mais encore une fois, pour la première fois en 12 ans, il y a un projet et une direction tracée que le club suit.
Pourquoi ces gens apportent-ils si généreusement leur aide aujourd'hui ? En 2004, on aurait bien aimé avoir Coca-Cola ou même Orangina pour sauver le club promis à la NM3... ah ben non, M. Dacoury avait à l'époque déclaré "Je préfère voir mourir le CSP que de le voir en NM3"... Merci du coup de main !

Pour les rêveurs qui voudraient faire travailler ces équipes en synergie (CSP actuel + Bonato + Dacoury) sachez quand même qu'ils ne peuvent pas se blairer et que si les seconds prennent les manettes, ils vireront les premiers... et ce n'est pas pour rien que les nouveaux venus ont reçu un "On n'a besoin de personne" (très maladroit et insolent au demeurant mais c'est du Picot... ça pique ! En communication on fera difficilement pire... sous entendu Verieras est meilleur !).

Non, CSPnation, (sans N majuscule... on est le CSP, pas le CSPN !) cela n'arrivera pas même en leur faisant fumer la moitié du vestiaire de N'Dudi Ebi ! Cessez de rêver à cela : C'EST IDIOT.

Quel avenir ?

A part Dijon mercredi ?

Au choix : on continue comme c'était prévu avec Intermarché et l'EuroCup pour construire patiemment un club solide en attendant un vrai projet de salle.

Ou alors, on se re-brûle les ailes en voulant se jeter sur le premier projet alléchant (un peu comme les investisseurs chinois de 1999-2000 ?!) qui nous vendra de l'EuroLeague en barre. Tony Parker galère depuis presque 10 ans à Villeurbanne à faire construire une salle alors qu'il amène tout : les fonds, les investisseurs, le réseau etc... et on pense que Dacoury et Bonato vont nous faire la totale en 6 mois avec un robinet Coca-Cola dans tous les points d'eau de Beaublanc ?

UTOPIE

Honnêtement, l'investissement (humain comme financier) d'anciens, d'autant plus glorieux anciens, ne PEUT pas être négatif pour le CSP. Ce club a une ÂME. Sa salle a une ÂME. On ne s'appelle pas le Cercle Saint Pierre sans que quelque part quelque chose de mystique ne résonne à un moment ou à un autre. Mais que diable... (ils me font citer St Pierre et le diable dans la même phrase !) avancez à découvert, messieurs. Ce club, si vous l'aimez et le respectez autant que vous le dites, ne mérite pas vos petites magouilles en coulisses, vos manipulations de bas étage mettant en porte-à-faux l'entraineur le plus légendaire que nous avons eu la chance d'applaudir.

Le CSP est aujourd'hui une société anonyme de sport professionnel (SASP) si vous voulez en prendre le contrôle, affichez clairement votre projet et faites une offres aux propriétaires actuels. Sortez du bois avec vos partenaires, Coca, Nike, Chaussée aux Moines ou même Playmobil, expliquez ce que vous envisagez, ce que vous comptez faire du 3.0 (parce que TOUT ne peut pas être mauvais là-dedans, quoi que vous en pensiez) et jouez FRANC-JEU. Si vous voulez acheter le club mettez une somme sur la table... et quand on aime, on ne compte pas ! Si M. Picot et Mme Forte sont vendeurs, vous aurez gain de cause, sinon, on ne peut pas les forcer, sauf à les déstabiliser par une petite entreprise de démolition médiatique... mais comme vous aimez le CSP, vous n'oseriez pas lui nuire pour mieux en prendre le contrôle, quand même ?!

Nous sommes tout à fait disposés à faire écho à votre projet pour communiquer directement avec la CSPnation et pas simplement avec la mairie et la chambre de commerce ou la LNB. Vous faites critiquer par un vieux sage critiquez la gestion passée de Fred FORTE ? Alors n'agissez pas de la sorte pour prendre le contrôle du club ! Vous réclamez de la TRANSPARENCE ? Ça tombe bien, on en veut... MONTREZ L'EXEMPLE.

Assez des rumeurs. Place aux faits messieurs !

  • Autour du match
  • Commentaires (24)