Playoffs 2019

Ce CSP est solide (Limoges 92-88 Chalon)

Illustration

Après son non-match en Alsace, le Limoges CSP avait à cœur de se remettre en selle devant son public avant d'entamer le marathon des fêtes. C'est chose faite avec cette victoire 92-88 sur un Élan qui restait sur 4 victoires consécutives en championnat. Une très belle perf qui permet au Cercle de renvoyer la pression du classement sur Orléans.

Après le déplacement au Mans, France 3 ne s'était encore pas trompé en diffusant ce match - l'une des rares rencontres limougeaudes laissées de côté par le groupe Canal. Pour le retour à la compétition de Joseph Gomis et le passage éclair de l'ancien Jon Brockman, l'occasion était belle pour voir du beau basket.
Car Chalon restait effectivement sur 4 victoires en autant de matchs de ProA, là où Limoges s'est un peu égaré du côté de Strasbourg. Entre bonne dynamique et réaction d'orgueil, chacun avait ainsi sa bonne raison d'y croire.

QT 1 : Du beau jeu et des arbitres (19-20)

Le premier quart-temps ne nous a pas déçus, et nous a même confortés dans cette idée. Les 8 premières minutes, très offensives et très fluides grâce au peu de fautes commises, d'un côté comme de l'autre. Le contexte idéal pour faire rentrer un JoGo trépignant d'impatience, mais manquant encore de rythme (seulement 2min de jeu).

Mais c'est surtout l'entrée d'Eric Williams qui changea les choses puisqu'elle coïncida avec les premières sanctions arbitrales. Le moindre contact de BigE avec un adversaire se retrouvait ainsi sifflé, le pivot limougeaud retournant rapidement s'asseoir sur le banc avec 3 fautes dans l'escarcelle... Pas de l'avis de Beaublanc, qui refuse de comprendre la différence de traitement infligée à JBAM qui, lui, peut faire voltiger Gomis avec un écart de pieds d'1m50 sans être inquiété.
Bref, vous l'aurez compris : les arbitres, non contents de se faire oublier en début de partie, ont mis leur grain de sable pour nous pourrir la vie. Un peu comme ces gens qui, au cinéma, se mettent au rang devant vous et se lèvent en plein milieu du film en dérangeant tout le monde, vous savez ? Bah les arbitres, aujourd'hui, c'était un peu eux.
Le quart-temps se terminera donc sur une bonne bronca comme on les aime, renforcée par ce panier à 16 mètres "Shuler style" d'un Aboudou pas malheureux (19-20)...

QT2 : La réponse se trouve sur le terrain (29-17, 48-37)

Loin loin loin loin loin de l'énervement vu au Rhénus, les joueurs limougeauds ont su aujourd'hui canaliser leurs nerfs (alors qu'il y avait de quoi les perdre !) pour faire ce qu'ils savent faire de mieux : jouer au basket.
Alors que l'entente Moerman-Edwards n'a plus à être démontrée dans la raquette, c'est comme souvent la réussite extérieure qui fait lever les foules : JR Reynolds, auteur d'un 6/8 à 3pts digne des grands soirs de KMac, marque la partie de son empreinte, et Alex Acker lui emboîte le pas avec des pénétrations dont il a le secret. Et quand il se rate, c'est JK Edwards qui surgit de nulle part pour écraser une claquette-dunk qui aura sûrement sa place dans un futur Top10. A moins qu'elle ne soit devancée par la dernière possession de la mi-temps, ponctuée par une passe ligne de fond de Green vers Reynolds... qui plante à 3 pts !

Les deux équipes rentrent donc aux vestiaires sur le score de 48 à 37 pour les locaux qui sauront apprécier ce matelas de 11 points pour tenir les vingt dernières minutes et éviter les frayeurs.

QT3 : Un problème ? Des solutions !

Jean-Denys Choulet a bien compris que les 48 points encaissés par son équipe en une mi-temps étaient de trop, et qu'il fallait changer quelque chose. Il met alors en place une défense de zone qui fait son effet, puisqu'on croirait le Limoges Handball Club rentré quelques minutes sur le parquet en lieu et place du CSP...
Les conséquences sont immédiates : Limoges encaisse un 11-4, et le pécule de 11pts est presque réduit à néant.

Au tour de Dupraz de prendre un temps-mort pour changer les choses. Bien lui en prit ! Moerman est remonté comme une pendule et enfile à lui tout seul un 8-0 à Chalon, remettant les choses à leur place (60-48). Quelques belles actions du trio Reynolds /Moerman / Edwards plus tard, le CSP tient toujours son matelas douillet (71-58).

QT4 : Une gestion difficile... mais une gestion quand même

A l'entame des 10 derniers tours de trotteuse, Limoges gère le timing de ses possessions... mais sans marquer. Le temps peine de plus en plus à passer, et Chalon revient à 80-76 à 2 minutes de la fin du match.
Heureusement, Acker rembourse ses nombreuses errances défensives du soir en marquant au buzzer des 24 secondes (83-76), donnant là une belle tarte à l'Élan sans le mettre K.O. pour autant.

Dans la précipitation, les Bourguignons sont inefficaces, et si Brockman a toujours la même hargne (les partenaires auront su en profiter en l'accueillant en loge sur une interception sans retenue ^^), c'est le verrouillage de Moerman au rebond défensif qui aura raison des espoirs de hold-up chalonnais.
La partie s'est alors terminée en flopée de lancers-francs, permettant à nos invités de réduire une note qui aurait pu être un peu plus salée (92-88)... mais qui aurait aussi pu être inversée !

En résumé

> La victoire est bonne à prendre, et permet à Limoges de recoller à la tête du championnat en attendant Orléans - Roanne.

> La défense limougeaude a quand même encaissé 88 points ! Après les 92 de Strasbourg, ça fait beaucoup en une semaine... il va falloir resserrer quelques boulons, parce que la réussite extérieure n'est pas toujours celle de ce soir (46%, contre 20% mardi). D'autant plus qu'à la mi-temps, le compteur n'indique que 3 fautes collectives (!) : celles de Williams. Un peu plus d'agressivité ne ferait pas de mal pour couper les offensives adverses !

> Au poste 5, Fréjus Zerbo a donné de bonnes minutes et continue de confirmer ses progrès. Pourquoi ne joue-t-il pas plus en fin de match quand Edwards doit sortir ? A contrario, Williams n'a toujours pas convaincu...

> Même s'il n'a joué que 2 minutes, on est sacrément contents de voir JoGo réintégrer cette équipe ! Quand il aura retrouvé le rythme de la compétition, il pourra s'avérer très très précieux...

> Quand la triplette US extérieure Green-Reynolds-Acker va, tout va ! A 10/14 en cumulé à 3pts (44 pts au total), ils ont largement contribué à la victoire d'aujourd'hui.

> Nobel Boungou Colo a aussi fait le taf, même moins en réussite, il est toujours régulier dans l'effort et n'a pas à rougir de son match. Omniprésent, un autre Français s'est montré : Adrien Moerman, qui a retrouvé un peu de sa vista offensive en deuxième période, sort MVP avec 24 d'éval (19 pts, 8 rebonds) avec JKE (23 d'éval, 18 pts et 7 rebonds).

> Il est beau, ce début de saison, non ? ;-)

  • Autour du match
  • Commentaires (43)