Playoffs 2019

Berlin solide, Limoges en Eurocup

Illustration

Limoges s'est incliné ce soir dans un match très dense mais avec beaucoup de déchets. Les cerclistes ont donné de l'intensité dès le départ mais leur trop grande maladresse n'a pas permis de sanctionner les nombreuses pertes de balles allemandes. Vaillants en défense mais un peu softs en attaque, les limougeauds ont craqué au QT4 pour voir l'ALBA s'imposer 71-65 à Beaublanc alors qu'il y avait la place. Analyse.

MATCH CRISPE

Pas besoin de vous narrer le match minute par minute, les deux équipes très cripsées ont livré une prestation très dure défensivement et ce stress s'est traduit par des pourcentages très limités en attaque. Au bout de 7 minutes, le score était de 6 à 6 ! Limoges a particulièrement réussi son début de match fournissant une intensité très satisfaisante qui a amené Berlin à perdre 8 ballons au QT1 mais le CSP n'a pas converti ces prises de guerre en points, ratant tir ouvert sur tir ouvert. Léo WESTERMANN a été particulièrement maladroit mais largement excusé par sa gastro-entérite malgré laquelle il a tenu à jouer (le pauvre était blanc comme un linge et finit à -6 d'éval... attitude courageuse mais plutôt vaine). Le CSP s'est une nouvelle fois appuyé sur Batista pour marquer quelques points (au prix des habituels errements défensifs même si on peut noter un véritable effort sur les step-out.

Si le CSP ne parvenait pas à creuser l'écart, l'ALBA ne s'en est pas privé dès que l'adresse repointa le bout de son nez. Hammonds et McLean ont fait le job alors que le CSP connut une période de mutisme. Chaque erreur défensive était sanctionnée et Stojanovski ne manqua pas ses tirs ouverts laissant le CSP naviguer 10 unités en dessous de ses visiteurs du soir. La révolte sonna au QT3 (nouveau progrès d'un CSP qui ratait quasi systématiquement cette période il y a encore quelques semaines). Jamar SMITH sortit des shoots improbables dont il a secret, Curry aligna à 3pts et Moerman lança la charge avec le dunk en conclusion. Une nouvelle fois, Limoges faisait un comme-back incroyable poussé par son public et prit même la tête 37-35... Mais ce fut la seule fois.

Les vieux démons revinrent, la fragilité au poste 1 se fit sentir plus que jamais (Léo cloué sur le banc, Curry bon mais limité et Tchicamboud... tout simplement mauvais) et chaque erreur de marquage étant sanctionnée par des berlinois qui se sont remis au niveau Euroleague où les tirs ouverts font switch. Le CSP tenta de batailler en vain, multipliant les pertes de balles et bafouillages sous le cercle. Zerbo alterna le bon et le moins bon mais la messe était dite. Stojanovski s'assura de bien refermer le couvercle sur une rencontre frustrante où on se dit que quelques tirs du QT1 aurait pû orienter différemment.

ALORS ON PEND QUI ?

Eliminé le CSP peut commencer à regarder dans le rétroviseur, même si comme le dit JM Dupraz, il reste un match et c'est après le dernier match qu'on tire les bilans. Certes mais convenons que l'excursion moscovite n'aura que peu d'intérêt si ce n'est engranger encore plus d'expérience... il s'agira tout de même de ne "péter" personne au CSKA, les échéances héxagonales étant nombreuses dans les semaines qui arrivent.

Honnêtement, sur la rencontre d'hier il n'y a pas un ou deux joueurs à pointer du doigt comme cela a pu être le cas dans certains matches. Limoges s'est collectivement incliné face à plus fort que lui et pourtant Berlin n'est pas une grosse écurie d'Europe, le TOP 16 sera sans doute leur terminus mais cette équipe est solide et rugueuse. Elle ne pue pas le talent mais transpire les efforts et le basket intelligent. C'est précisément ce qui manque au CSP, Limoges ne possède pas la faculté de travailler patiemment sur 40 minutes, de chercher les tirs ouverts, d'user ses adversaires. Au contraire, Limoges s'appuie sur les talents individuels (Moerman, Smith, Westermann) pour sauver des situations où il n'aurait pas dû se mettre.

BILANS

N'ayons pas peur... si le vrai bilan pourra être dressé dans une semaine, il y a déjà quelques enseignements qui crèvent les yeux aujourd'hui :
- Limoges a "appris" l'Euroleague. On ne le dira jamais assez, et le bilan chiffré donne raison aux haters du CSP plaçant Limoges derrière plusieurs équipes françaises ces dernières saisons, mais le CSP qui rentre sur le parquet sur ces dernières journées d'Euroleague n'aurait sans doute pas perdu des rencontres comme Tel-Aviv ou Malaga en phase aller. Comme décrit plus haut, le CSP sait maintenant donner de l'intensité sans avoir besoin d'un QT de chauffe et ne se fait palus rentrer dedans. Limoges a aussi progressé sur le QT3. Si on conjugue cela une capacité à remonter des éclats qui pourrait être convertie en capacité à créer des éclats... ça commencerait à ressembler à quelque chose.

- L'effectif est déséquilibré, ce n'est pas un scoop, mais après 9 journées d'Euroleague on voit qu'on a pris très cher au poste 5 et aux postes 1 et 3 quand les titulaires Léo et Nobel étaient sur le banc. Encore une fois si certains joueurs sont des gros noms de ProA, ce sont des trompettes en Euroleague ! Nos pivots sont parfaits pour être des relais derrière un 5 mastoc, nos 1 sont une blague (même si Pape a élevé son niveau de jeu... mais Steed pitié !) et nos 3 ont tout de l'erreur de casting (Kante / Southerland). Le roster à 12 joueur est une excellente idée pour gérer les deux compétitions (voire 3 ou 4 avec la coupe et la Mickey-Cup) mais un Kante n'a RIEN à faire à Limoges cette saison. Comme l'a dit le président Forte au micro de Jacques Monclar sur BEinSport, le temps passé cet été et en présaison à se concentrer sur le cahier des charges de l'Euroleague et les problèmes matériels est autant de temps non consacré au sportif et au scouting... en même temps on a envie de répondre au président que si chacun avait son rôle ce genre de problèmes n'existerait pas ! Si le coach choisissait ses joueurs et si le président s'occupait de l'administratif on pourrait peut-être être efficace dans les deux domaines au lieu de bricoler des deux côtés (cf l'épisode parquet/lumière à Beaublanc et le bricolage de l'effectif dans les dernières semaines de septembre).

- Ce "beau" parcours aura été inutile si on renouvelle (encore) 70% de l'effectif. Alors on sait que Léo Westermann était une occasion tombée du ciel et qu'il sera catalan l'an prochain mais c'est CE groupe qui a appris l'Euroleague. C'est CE groupe qui sait maintenant comment aborder une rencontre d'élite européenne. Repartir avec un effectif totalement chamboulé serait stupide. Certes certains ajustements seront nécessaires : deux vrais meneurs, UN pivot mais il sera ESSENTIEL de conserver à minima Moerman, Smith, Boungou-Colo, Zerbo, Curry, Plaisted et Amagou. Un renfort au poste 3 sera également souhaitable même s'il devrait arriver dans les semaines à venir toujours selon Fred Forte sur BEin.

- Ne pas être champion de France serait un drame dans la mesure où on ne retenterait pas notre chance en Euroleague ! Ce groupe devra donc dépasser l'élimination et ne pas s'effondrer en championnat où il n'est pas passée loin de la correctionnelle récemment. Comme je l'ai écris il y a peu : Limoges inflige à ses adversaires de ProA ce qu'il subit en Euroleague. Du réalisme et une longueur de banc qui fait gagner des matches mal embarqués et où l'adversaire se bat comme un beau diable. Mais si Limoges a su apprendre en Euroleague, les équipes françaises apprennent aussi au contact du CSP ou de Strasbourg et nul doute qu'ils seront encore plus coriaces en phase retour. Le CSP devra donc consolider les choses acquises en Euroleague et s'imposer en France de façon à s'offrir la chance d'être la première équipe hexagonale à tenter sa chance deux fois de suite en Euroleague depuis très longtemps (Pau et sa licence de 3 ans... qui si elle nous faisait rager à l'époque prend tout son sens quand on voit comment a évolué l'Euroleague).

- Il faut une nouvelle salle, on ne peut une nouvelle fois qu'adhérer aux propos de Fred Forte, Beaublanc c'est beau, ça a une histoire, ça vibre... mais c'est trop petit ! Le CSP refuse des gens (et leur argent) deux fois par semaine. Il ne peut pas non plus développer des offres pour des groupes larges (type entreprise avec des partenaires pourtant intéressés) faute de capacité de faire asseoir tout ce beau monde ensemble dans Beaublanc. La mairie est pourtant consciente de la situation mais criblée de dettes. Le club n'a pas les ressources propres pour mener à bien un tel projet malgré la présence d'Eiffage sur son maillot. Un partenariat public/privé pourrait être la solution mais on a vu au Mans à quel point cela pouvait mal tourner... En attendant, si Limoge veut exister en Euroleague et continuer à dominer en France, on ne pourra pas faire l'économie d'un tel outil et le palmarès des années 80/90 n'aurait pas été possible sans Beaublanc qui était déjà annoncé comme "surdimensionné" à son époque ! Encore une fois... Si c'est UNE SEULE et même personne qui mène de front ce projet, les mises aux normes et le recrutement (et le remplissage des bouteilles et le repassage des chaussettes) on fera du très moyen partout... il va falloir DELEGUER !

  • Autour du match
  • Commentaires (41)