Playoffs 2019

Un petit peu de Champagne...

Illustration

Après Chalon, Châlons-Reims ! La ProA recèle donc des homonymes mais les similitudes s'arrêtent là. Les champenois invités en ProA par Wildcard pointent à la 14e place avec un bilans de 4v pour 7d. Comme souvent avec les petits budgets, le groupe de Nikola Antic est emmené par 4 américains qui trustent les minutes et les points. 3 français et un dernier US se partagent les miettes restantes pendant que deux jeunes coupent les citrons. Présentation du Chalôns-en-Champagne-Reims-Basket.

L'Euroleague terminée ou presque, il faut maintenant ne pas perdre de points dans le championnat de France et continuer à tenir la dragée haute à Strasbourg. Les alsaciens viennent de s'imposer très difficilement à Chalon sur Saône avec une Gelabale hyper mauvais et une réussite globale de l'équipe catastrophique. Ce qui montre le niveau de jeu que propose Chalon mais qui illustre encore une fois le réalisme des équipes d'Euroleague.

Côté CSP, beaucoup de monde s'inquiète du fait que nos joueurs semblent cramés, lessivés, fatigués et que certains jouent même blessés. Il serait peut être temps de jouer les matches de Pro A avec une certaine qualité de jeu pour se mettre à l'abri rapidement dans la rencontre et faire tourner l'effectif à plus de 8 joueurs.

L'Effectif :

Illustration

Les meneurs :


Lionel Chalmers est un vieux routard, il a été drafté par les Clippers en 2004 ou il a joué 1 saison puis après il a découvert la Grêce, l'Italie, l'Espagne, la Russie, la Turquie, la Bulgarie et enfin la France. C'est un meneur comme on les déteste : soliste, il peut shooter de loin avec un petit 33%, il est surtout connu pour ses tirs en pénétrations ou il force très souvent sa chance. Son équipe tourne très mal quand il est sur le terrain mais comme c'est un pur scoreur et que la rotation est faible, son coach lui donne quand même 29min de jeu.

Remi Lesca a été formé et arrive de Pau où il ne jouait quasiment pas. Connu pour être le Fautoux des années 2010, il a un shoot longue distance correct, son jeu en pénétration n'est possible que dans des systèmes de jeu où ses coéquipiers lui ouvrent les portes de la raquette. Incapable de se créer son shoot, c'est un meneur organisateur, piètre défenseur et pas très rapide. Surtout connu pour son "Je déteste Limoges" dans le journal Sud-Ouest, il sera bon de lui faire passer une soirée désagréable.

Les extérieurs :


Da'Sean Butler est le plus gros salaire de l'équipe, mais pas le plus rentable. Il n'a connu que la NCAA, il est champion de d-League 2012 et après il est parti en Lettonie puis en Belgique. C'est un scoreur né, mais il tarde à trouver la mire depuis le début de saison, il est à 28% à 3pts et 40% à 2pts pour 8pts par match. Et comme passer le ballon ne fait pas partie de ses habitudes, il est un peu sur la sellette. Mais comme Châlons-Reims n'a pas les moyens de changer d'américain en cours de saison, il devrait pouvoir continuer à être moyen.

Michel Morandais est un mystère en tant que joueur. Il a été bon en NCAA, après il a connu le sommet de sa carrière statistique à Naple pour arriver comme une star à Barcelone. Et depuis son arrivée en Espagne il est devenu un joueur quelconque. Il a été transféré à l'Estudiantes où il a été nul, puis à Nancy, Varèse, Paris pour finir à Châlons-Reims. Plus le temps passe et plus il est inconstant, maladroit et toujours pitoyable en défense.

Mark Payne est LA bonne pioche de Châlons. 95000 € par an pour avoir un joueur à 14pts 5,5rbd et 3pds par match c'est hyper rentable. Même à Limoges on n'a pas de poste 3 avec de telles stats. Grand (2m03), Payne est un Adrien Moerman à la sauce Américaine. Une énergie à revendre, un don pour le rebond offensif, un shoot longue distance soyeux et une envie de gagner sans faille. Une vraie bonne pioche et un client à surveiller comme le lait sur le feu.

Guy Landry Edi est un jeune joueur Français qui a fait toute sa formation en Université Américaine. Il a depuis migré en Champagne où le coach lui donne 10min par match pour faire souffler les titulaires. Il lui manque encore beaucoup de choses pour en faire un bon joueur de Pro A, un potentiel sans aucun doute.

Les intérieurs :


Darryl Watkins est le titulaire du poste 5, il a joué en NBA aux Sacramento Kings, Cleveland Cavaliers et New Orleans Hornets. Il n'a jamais brillé c'est certainement pour cela qu'il a choisi l'Europe pour exprimer son talent. Il arrive de Belgique, c'est un joueur complet adroit de près il ne shoote jamais à 3pts sauf sous la torture. C'est un fort rebondeur surtout sur le plan offensif, il est aussi un gros provocateur de fautes. Lui aussi est une bonne pioche et une vraie menace pour le secteur intérieur "hybride" limougeaud.

Tasmin Mitchell est un poste 4 moderne, il est très adroit de loin (41%), possède un jeu dos au panier et il a le sens du rebond. Il sait aussi défendre fort sur son adversaire direct. Adrien ne sera pas à la fête avec lui. Lui aussi est à 95000€ la saison et à ce tarif ses 11pts et 5,6rbd et 2,4pds par match en font un bon rapport qualité/prix.

Gary Florimont a gouté à la Pro A avec Cholet puis après il n'a connu que la Pro B (croisé à Poitiers d'ailleurs) où il s'est affirmé comme une valeur sure. Ce pivot arrive à maturité, du haut de ses 27 ans il n'a jamais eu des stats aussi élevées. Il tourne à 5pts et 4rbds par match mais cela en seulement 12min de jeu. Le jour où son coach lui donnera plus de temps sur le terrain il pourrait être agréablement surpris. Un potentiel pour les années à venir.

L'analyse :


Si on ne prend que les chiffres, cette rencontre ne devrait être qu'une formalité pour le CSP. Châlons-Reims n'a pas un 5 majeur exceptionnel, un banc très peu fourni, pas d'expérience à ce niveau et le 15 ème budget du championnat.

Mais à ce stade de la saison, les champenois ont joué deux fois moins que les limougeauds, se sont déplacés beaucoup moins aussi. L'Euroleague laisse des traces, les joueurs sont cuits, blessés voire démoralisés pour certains. JMD va devoir taper dans son banc pour gagner ce match, donner du temps de repos à son 7 majeur parce que sinon il va finir par avoir des mauvaises surprises dans les jours à venir. Camara, Batista et autres Southerland devraient donc faire valoir leurs arguments face à ce modeste adversaire.

Il faut absolument que les joueurs du banc se mettent dans la peau des leaders, et donnent de grosses minutes à leur équipe. Sur un match comme celui là, le 5 majeur ne devrait avoir à jouer que 20min maximum et on devrait quand même gagner.

Alors un peu de courage, de volonté et surtout d'abnégation pour vaincre le CCRB et pouvoir faire péter une bonne bouteille de Champagne.

  • Autour du match
  • Commentaires (19)