Présaison CSP 2018/19

Les nouveaux riches à l'assaut

Illustration

Mega Leks, Monaco, Cedevita, Dogüs... des quasi inconnus de la balle orange il y a encore 5 ans : les néo-argentés sont en passe de prendre le pouvoir face aux historiques lors des coupes nationales dans la plupart des ligues influentes d'Europe. Les clubs nouvellement financés par des mécènes de grosse envergure ont fait passer à la trappe les grosses cylindrées d'Euroleague. Quelques "vieilles dames" sauvent l'honneur mais de justesse et souvent face à un nouveau riche... Bilan des coupes.

France (Leaders Cup) : Monaco (vs Chalon s/Saône)

Illustration

L'Elan a fait Pschitt alors que beaucoup (dont nous soyons honnêtes) les voyaient soulever la Mickey Cup, les joueurs de JD Choulet ont joué petit-bras, il s'en est d'ailleurs plaint dans la presse les soupçonnant de briller pour les caméras mais pas pour l'équipe. Monaco avec Shuler intenable soulève donc le tout premier trophée national majeur de son histoire.

Espagne (Copa del Rey) : Real Madrid (vs Gran Canaria)

Illustration

Qu'ils ont eu chaud les madrilènes, en face d'eux les piou-pious de Gran Canaria qui disputaient leur première finale de Copa del Rey avaient faim de victoire. Si les champions d'Europe établissent un Three-Peat dans cette compétition, leurs challengers en ressortent gonflés à bloc pour leur 8e d'Eurocup à Beaublanc. Méfiance.

Italie (Coppa Italia) : EA7 Milano (vs Avellino)

Illustration

20 ans que les milanais attendaient une nouvelle Coppa. Giorgio Armani était ravi, il a pu montrer son bronzage au carotène devant toute les caméras italiennes et son équipe qui a passé un automne difficile en Euroleague voit enfin un peu de lumière. En plus, avec l'éviction de Bargnani en NBA, son retour au bercail à l'EA7 est plus que jamais d'actualité.

Serbie (Coupe Korac) : Mega Leks (vs. Partizan)

Illustration

Phénomène unique, le KK Mega Leks, équipe montée de toute pièce par l'agence BeoBasket comme une vitrine permanente de joueurs sans contrat, s'est imposé devant le Partizan si cher à Dule pour glâner sa première coupe Korac (coupe nationale Serbe, et plus la C3 européenne). L'agent Pedrag "Peja" Materic (ancien espoir du CSP) peut jubiler, son agence -dont le CSP est un "bon" client, a réalisé un coup de maître avec son marketing hors normes (maillots hideux rose-vert-fluo) et un début de palmarès remarqué !

Croatie (Kresimir Cosic Cup) : Cedevita Zagreb (vs KK Zadar)

Illustration

Encore un "nouveau riche", le Cedevita (marque de jus de fruits) a surclassé l'historique Zadar mais surtout, il est maintenant la référence dans sa ville en ayant supplanté le KK Zagreb qui était encore champion en 2011. C'est la 3e coupe nationale consécutive pour le Cedevita.

Allemagne (Beko BBL-Pokalsieger) : Alba Berin (vs Bayern)

Illustration

Duel de nouveaux riches. Oubliez les grands clubs du passé tels que le Bayer Leverkusen ou Brose Basket. Depuis la fin des années 90 l'Alba Berlin a posé sa patte sur l'Allemagne et ne cède que rarement le sommet du podium. Même le tout jeune Bayern et ses moyens colossaux issus du club omnisports passe à la trappe... et quelque part c'est rassurant !

Turquie (FIAT Türkiye Kupası'nda) : Fenerbahce Istanbul (vs Darussafaka Dogüs)

Illustration

Parlons d'abord du vaincu. Darussafaka (à vos souhaits) personne ne sait où c'est et personne n'en a entendu parler en basket avant que Dogüs (ultra-puissant groupe financier turc) ne décide d'en faire son nouveau caprice. Généreux sponsor de l'Euroleague, le groupe Dogüs voit d'ailleurs son équipe faire partie des plans de Bertomeu pour les années à venir. Là encore, l'honneur est sauf car c'est le Fener qui a fait céder les nouveaux riches mais les Efes, Besiktas et autres Banvit (coucou Adrien !) sont passés à la trappe !

Lithuanie : Lietuvos Rytas (vs Zalgiris Kaunas)

Illustration

4ème trophée pour Rytas après 1998, 2009 et 2010. En s'imposant face à Kaunas (club de l'immense Sabonis une vieille connaissance du CSP), les ex-vice-champions en titre (oui ils sont un peu leur SIG à eux) accrochent enfin une bannière au plafond de la Siemens Arena. Pensionnaires réguliers de l'Euroleague ou de l'Eurocup depuis une décennie, ils n'en sont pas moins les "new kids on the block" puisque fondés seulement depuis 1997 à Vilnius. Belle success story !

Israël : Maccabi Tel Aviv (vs Maccabi Ashdod)

Illustration

Pas de surprise du côté de Tel Aviv, le club nation n'a fait qu'une bouchée de la concurrence et s'assure sa 43ème coupe nationale... oui vous avez bien lu, 43 ! Autrement dit, le Maccabi est propriétaire du trophée et se le fait rarement squatter. Un peu à l'image de Larry Bird au concours à 3pts NBA, ils peuvent largement arriver et demander "Alors, qui fait second cette année ?!".

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

10 commentaires

avatar

# 10 - Swaggerfit

26/02 - 3h48

La LitHuanie ne prends pas de H il me semble .

Très bon Article , à noter 2 Jeunes Français dans l'équipe du Mega Leks

avatar

# 9 - FF

23/02 - 22h07

Momo, Don collins a la solution lui ....

avatar

# 8 - Don Collins

23/02 - 21h55

Merci Pointguard, très bon article, analyse intéressante, comme d'habitude.

avatar

# 7 - Momo88

23/02 - 21h13

Il est encore plus dur de débattre de sujet que l'on ne maîtrise pas.

avatar

# 6 - Cyr87

23/02 - 17h42

Ces clubs "nouveaux riches" personnellement ne me font pas rêver, sans grand passé je les trouve sans âme... Mais je ne range pas Monaco dans le même panier ;-) ! Dans les années 80 Monaco était un adversaire régulier et parfois coriace de notre cher CSP ! N'oublions pas qu'un ancien joueur comme George Brosterhous a évolué d'abord à Monaco avant de rejoindre ensuite le CSP (bon ça remonte à vieux, mais qu'en même !!!)... Donc pour moi Monaco retrouve sa juste place parmi les grands clubs du championnat Français. Monaco a un vrai passé derrière lui.
---------------------------------------
NDLR : Pour être honnête jusqu'au bout j'aurais dû dire "la Roca Team" et pas Monaco, ce n'est qu'un support sans âme et même si l'AS Monaco a par le passé côtoyé l'élite elle n'y a jamais rien gagné (une finale de coupe en 83 de mémoire) donc niveau glorieux passé y'a mieux ! C'est clairement un nouveau riche, la preuve : ils ont passé 4 niveaux en 4 ans avec des effectifs renouvelés tous les ans et surdimensionnés pour la division (ça rappelle le CSP des années 2008- 2010 sans les performances). Nanterre par exemple est une success story familiale et populaire fruit d'un travail sur le long terme... Monaco c'est des dollars russes et une (petite) salle vide !
---------------------------------------

avatar

# 5 - pat17260

23/02 - 17h04

oui d'accord avec FF,il va être très difficile pour les clubs formateur et les clubs Français d'existé dans le futur, au pire ils auront un rôle de sparring partner....
Et( hors popos) on attend tous de savoir quel sera la suite de la commission de discipline de la Ligue National Béral concernant le cas de DULE...C'est trop long.

avatar

# 4 - FF

23/02 - 14h22

Godzip, la seule chose que l'on puisse dire c'est que la France n'attire pas le gros sous (Monaco étant hors territoire fiscalement, mais Français sportivement).
Et pour moi c'est bien dommage ... pour le rayonnement du basket en France, imaginez la ferveur Limougeaude associée aux moyens du troisième ou quatrième club turque. ...

avatar

# 3 - DrMahouse

23/02 - 11h24

Superbe article de synthèse comme souvent sur Beaublanc.com.
BRAVO!

avatar

# 2 - Jimanji87

23/02 - 11h20

Bravo pour cette comparaison. Pointguard incollable. Money continues to be the law in sport. Dommage.

avatar

# 1 - Godzip

23/02 - 10h37

C'est drôle comme les articles qui ne parlent pas directement du CSP ne suscitent jamais (ou peu) de commentaires. Beau travail de recherche tout de même copain !