Playoffs 2019

Pour l'amour d'la mâââyôôôô....

Illustration

Le déplacement du CSP à Dijon pourrait bien avoir un goût piquant. La défaite face à l'ASVEL avec un coaching suspect, des joueurs qui commencent à dire dans la presse qu'ils ne comprennent rien au système Giannakis, une obligation de résultat pour Limoges et une revanche que se doivent les dijonnais après leur défaite à Poitiers : bien des éléments que les cerclistes vont devoir mettre de côté pour l'emporter et se rapprocher du maintien !

L'adversaire


Meneurs

Le poste 1 des bourguignons est très bien fourni, tant du point de vu quantitatif que qualitatif . TJ Campbell est dans la lignée des meneurs de petite taille qu'affectionne Jean Louis Borg. Il est précieux dans tous les compartiments du jeu. Pas facile de lui prendre le ballon car il est très rapide sur son premier pas, mais il a les défauts de tous les joueurs de petite taille : quand il pénètre, il est quasiment obligé de ressortir le ballon, sinon il prend des contres. A noter qu'il est aussi capable de mettre dedans à longue distance avec une fiabilité plus que correcte (44%), donc attention c'est un client.
Il partage le poste avec Malela Mutuale qui est plus grand, plus physique et beaucoup plus maladroit aux tirs primés (15%). Donc ce dernier adapte son jeu en shootant très peu et en pénétrant beaucoup plus. Son rôle principal est de faire souffler Campbell et de défendre sur le meneur adverse.

Arrières

David Melody squatte ce poste presque à lui tout seul (34min/match). C'est un des meilleurs défenseurs de ProA. Ses stats ne sont pas en adéquation avec son rendement sur l'équipe car il vaut beaucoup mieux que ses 7pts et 2pds par match. C'est le capitaine de l'équipe, relai préféré du coach dijonnais sur le terrain. Il sait donner de la voix quand il le faut pour que ses hommes se remettent dans le droit chemin. Lens Aboudou, le frère du chalonnais, le seconde habituellement, mais il est actuellement blessé.

Ailiers

Jérémy Leloup est un peu dans la même situation que Melody. Il est seul sur son poste. Très bon shooteur à 3pts (même si cette saison il est un peu en dedans), c'est un excellent finisseur qui sait aussi très bien défendre. Formé au Mans, il vaut 11pts, 3rbd et 2,5pds par match. Surtout ne pas le laisser prendre feu sinon on le payera cash.

Ailiers Forts

Andre Harris est un poste 3 athlétique, très fort sur le tir au poste haut. Sa puissance lui permet de jouer les yeux dans les yeux avec des joueurs plus grands que lui. Le duel avec Brockman devrait être de toute beauté. Comme il est très polyvalent, il peut jouer sur les postes 3, 4 voire 5.
Larry Owen arrivé en cours de saison est un peu l'inverse de Harris. Il est plus grand (2m01), moins puissant mais plus adroit aux tirs extérieurs. C'est un 4 moderne qui peut jouer dans la peinture et s'écarter quand il le faut.

Pivots

A l'instar des meneurs, les pivots dijonnais sont nombreux et de qualité. Zach Moss n'est plus à présenter. C'est un vieux routier de la ProA. Il suit Borg dans toutes les équipes qu'il coache. C'est un intérieur de petite taille (1m97), mais très tonique, et surtout rusé. Toujours bien placé au rebond offensif, c'est d'ailleurs sur ce genre de prise de balle qu'il marque la plupart du temps. La raquette est son royaume, le 2 plus 1 sur rebond offensif est sa marque de fabrique.
Ferdinand Prénom que l'on avait croisé la saison dernière en ProB du côté d'Antibes est revenu à Dijon. Il effectue une saison convenable. Moins dominateur qu'à l'étage inférieur, il vaut quand même 7pts et 4rbs par match. Ce pivot lourd est aussi un squatteur de raquette : il a un peu le même jeu que Moss mais avec moins de malice et d'expérience.
Le troisième poste 5 n'est autre que Paul Miller. Cet américain est en perte de vitesse à cause des blessures. Il ne devrait d'ailleurs pas jouer samedi soir pour cause de douleurs au dos.

Historique

Limoges 65-69 Dijon (ProA, 2012)

La forme des équipes

Dijon D V V D D
Limoges D V V D D

Analyse

Dijon reste sur une défaite à Poitiers. Harris et Campbell avaient été bon, Jéremy Leloup sur courant alternatif et Moss avait été bien pris par les poitevins. Pour battre cette équipe, il n'y a pas 50 solutions. Il n'y en a qu'une, qui consiste à remplir toutes les conditions suivantes. La première est de perdre un minimum de ballons sur leur défense très collective et efficace. La seconde est de jouer vite pour que leur défense n'ait pas le temps de se mettre en place. La troisième est de ne pas permettre aux pivots de servir de point de fixation, les dijonnais possédant trois tireurs d'élite très fiables sur les tirs primés. Enfin il faudra provoquer les pivots comme Moss et Prénom, pour que le secteur intérieur de la JDA se retrouve orphelin et pour contrôler au mieux les rebonds défensifs.

Le duel Harris-Brockman ne sera peut être pas décisif, mais le gagnant aura certainement bien aidé son équipe. Par contre Plaisted devra absolument maîtriser, aux franges de la raquette, Moss (ça m'éneeerve). Sinon, celui-ci va s'en donner à cœur joie et ça risque de faire pencher la balance. Contre les ailiers, il faudra aussi des défenseurs expérimentés qui ont déjà vu Leloup jouer pour trouver les moyens de contrôler les tirs longue distance...

S'il vous plait Monsieur PG, laissez courir vos joueurs car le jeu en transition aura une grosse importance dans ce match ! Sur les attaques placées, comme la défense dijonnaise est trop forte pour nos attaquants, laissez-les prendre des initiatives en contre-attaque ou en transition.

La victoire est impérative après la déroute du dernier quart temps contre l'ASVEL. Il faudra être mort de faim pendant 40min et surtout ne pas laisser aux bourguignons la moindre chance de prendre confiance, sinon la défaite est assurée.

  • Autour du match
  • Commentaires (72)