Playoffs 2019

On a un fauteuil à récupérer !

Illustration

Alors que Limoges ne jouera que mardi en Alsace, ses concurrents vont pouvoir profiter du weekend pour se rapprocher, à l'instar d'Orléans (vainqueur vendredi soir à Gravelines) qui prend les rênes de la ProA. Après 10 journées de championnat, le CSP doit continuer à faire preuve de régularité au plus haut niveau...

Limoges en tête du classement général de la ProA, ça le fait non ?! On n'avait plus l'habitude d'avoir de tels honneurs depuis bien longtemps... Depuis 13 ans, pour être exact !
Alors quitte à être premier, autant faire tomber tous les gros du championnat pour faire les choses bien, et les supporters limougeauds seront encore plus rassurés sur la valeur de cette équipe qui s'embellit de semaine en semaine.
Et de toute façon, pour garder le trône de leader, le CSP doit l'emporter mardi soir : Orléans ayant gagné à Gravelines en match avancé (après avoir été mené de 20 points, et grâce notamment aux 25 pts d'un certain KMac...), la pression est désormais sur les épaules limougeaudes.

Strasbourg, qui nous reçoit pour cette 10e journée, vient de terminer une semaine de folie, avec une victoire au Havre dans la douleur (+2 dans les dernières secondes de la partie) et une deuxième, à domicile contre Kaunas en Euroleague sur un buzzer-beater de Louis Campbell.
Le message est clair : cette équipe ne doit pas coller au score en fin de rencontre, sinon elle a les capacité pour finir fort et faire un hold-up dans le money time.

Meneurs

Louis Campbell est un joueur complet, il sait driver cette équipe à la perfection. Bon shooteur de loin (39% à 3pts), il peut pénétrer, fixer les défenses et il participe grandement au rebond du haut de ses 1m90. Il aime les tirs à responsabilité, ne force que très rarement en attaque, et défend fort sur son joueur. C'est un peu le baromètre de de l'équipe et le relais parfait du coach Vincent Collet sur le terrain.

Antoine Diot revient bien cette saison. Les blessures semblent derrière lui et son impact sur le jeu de son équipe est évident. Son championnat d'Europe lui aura donné confiance et son expérience à ce niveau l'aide en Euroleague comme en ProA. Ses stats ne sont pas ronflantes, mais il est toujours capable de sortir un gros match pour faire gagner son équipe. C'est aussi un meneur de grand taille (1m93), donc nos 2 meneurs vont se sentir tout petits !

Paul Lacombe est encore un joueur de 1m95 au poste 1. Il peut aussi jouer au poste 2. Adroit de loin (41%), il ne force jamais ses shoots et défend très fort. Il est surtout là pour faire souffler Campbell, son jeu est plus sur la relance qu'Antoine Diot ; il aime faire courir son équipe.

Extérieurs

Jérémy Leloup est arrivé de Dijon avec un statut de leader, mais à la SIG il se retrouve dans la peau d'un joueur du banc. Même s'il a gagné de grosses minutes et fait quelques belles performances ses derniers matchs, il n'est toujours pas la première option offensive. Son shoot longue distance est un peu enrayé (28%), il compense par sa défense (n'oublions pas qu'il a été formé par Jean-Louis Borg), et sa capacité à ne pas gâcher.

Axel Toupane est le "stoppeur" de l'équipe. C'est à lui que revient d'arrêter l'arme offensive adverse. Bon finisseur sur contre attaque, il peut mettre dedans de loin et surtout il va apporter un dynamisme défensif à ses coéquipiers. Il possède un bon physique : très athlétique, il est encore jeune mais progresse de saison en saison.

Intérieurs

Le poste 4 est la propriété de Ricardo Greer. Il est en perte de vitesse depuis le début de saison, mais comme il possède un jeu très complet, il ne fait quasiment jamais de mauvais matchs. Présent dans tous les compartiments statistiques, il sera toujours là pour poser un écran, prendre un rebond, faire une passe ou marquer. Il est très maladroit depuis septembre, mais il forme un duo très complet avec Alexis.

Tim Abromaitis essaye de glaner les quelques minutes que lui laisse Ricardo. Ce poste 4 moderne est un bon shooteur de loin (39%), capable de séries qui font très mal. Son impact n'est pas aussi clinquant qu'à l'ASVEL, mais il est toujours précieux et fiable.

Alexis Ajinca sort d'un championnat d'Europe avec l'équipe de France de toute beauté. Il a enchainé avec la ProA et l'Euroleague sur les mêmes intensions. Meilleur marqueur en Euroleague, il est la pièce maitresse de la SIG. Énorme au contre, très fort au rebond, il possède de très bonnes mains ce qui lui permet d'avoir un panel de mouvements dos au panier très large. On n'oubliera pas ses 2m15 : son envergure et avec la confiance qu'il a emmagasinée depuis le début de la saison, il n'est pas injouable, mais pas loin. Il faut absolument le sortir du match très tôt dans la partie en lui faisant faire des fautes, sinon il va dominer dans la raquette et après ça va être compliqué pour nos intérieurs.

Romain Duport est "l'autre 2m15" de Strasbourg. Moins de talent qu'Alexis, mais attention quand même. S'entrainer contre un 2m15 tous les jours, ça fait progresser, et lui, il passe un cap tous les ans. Il a un peu les mêmes qualité qu'Ajinca, moins adroit mais avec encore plus d'envie. Il doit gagner ses minutes sur le terrain, alors dès qu'il rentre c'est pour se défoncer.

Dernières confrontations

Strasbourg 71 - 77 Limoges (ProA, 2013)
Limoges 62-70 Strasbourg (2012, ProA)
Strasbourg 95-80 Limoges (2011, ProA)
Limoges 61-66 Strasbourg (2010, ProA)
Limoges 94-101 Strasbourg (2004, ProA)
Strasbourg 80-66 Limoges (2003, ProA)
Limoges 64-92 Strasbourg(2003, ProA)
Strasbourg 82-68 Limoges (2003, ProA)
Strasbourg 105-85 Limoges (2002, ProA)

Lors de la dernière confrontation directe entre les deux équipes, Limoges a enfin bousculé l'ordre établi en venant à bout de plus de 10 ans de saucisses mal digérées... Espérons que ce tournant ne fera que se confirmer cette saison !

Forme des équipes

Strasbourg (en ProA) V D D V V
Les Strasbourgeois doivent composer avec de gros matchs d'Euroleague et répondent présents. Dans les temps pour accrocher la queue du Mickey, ils peuvent compter sur leur gestion des dernières minutes pour glaner de précieuses victoires.

Limoges V V D V V
Pour Limoges, tout roule ! Le succès face à Nanterre a été confirmé en déplacement au Mans, et le CSP s'est haussé du rang de surprise à celui de challenger...

Analyse

Strasbourg est une équipe composée d'excellents joueurs, avec une raquette solide, digne d'une équipe d'Euroleague. Maintenant, les Alsaciens jouent beaucoup, des gros matchs et il faut gérer la fatigue des joueurs. Le match ayant lieu mardi, ce paramètre perd peut-être de son importance, même si la SIG doit jouer en Euroleague 2 jours plus tard.

A l'intérieur, Ajinca est un avantage non négligeable et ce sera très compliqué pour notre gang de gros shorts si on ne le met pas sur le banc rapidement dans la partie. Il va falloir l'attaquer, le provoquer sans cesse, jusqu'à ce qu'il fasse des fautes.

A la mène, vu l'état de forme de Green et Reynolds en ce moment, on ne doit pas trop s'inquiéter : malgré son déficit de taille, notre paire US n'a rien à envier aux Strasbourgeois.

Sur le poste 3, Acker est, sur le papier, supérieur à Leloup : à lui de faire un gros match et d'être le leader offensif de notre équipe.

Mais il ne faut surtout pas oublier un paramètre important. La défense de Limoges doit être la rampe de lancement de notre jeu rapide, comme au Mans. On est capable de faire déjouer n'importe quelle équipe lorsque l'on joue collectivement.
Devant les caméras de Sport+ (décidément !), le CSP se doit de remporter cette rencontre, rester invaincu à l'extérieur, et prouver à tout le monde que son classement actuel n'est plus une surprise.

  • Autour du match
  • Commentaires (22)