Playoffs 2019

Mickaël Toti le faux frère !

Illustration revient sur la performance d'un joueur formé au club de Reims, Mickaël TOTI, dans article paru Dimanche 2 Mars.

Illustration

Devinez qui a été le meilleur joueur du match RCB - CSP ? Bell, Bradford, Lukovski ? Que nenni. Le plus fort vendredi, cela a été un gamin d'Ivry, Mickaël Toti, formé à Reims et aujourd'hui indispensable rotation de Limoges. En 26 minutes, ce jeune homme de 20 ans, a mis au supplice son ancien club : 18 d'évaluation, 11 points (3 sur 5 derrière l'arc de cercle, 5 rebonds, 2 interceptions, aucune balle perdue).
Et surtout, il a marqué des paniers importants. Son bonus de fin de premier quart, son deuxième au début du deuxième ont permis aux Haut-Viennois d'effacer leur retard (17-12, 9e) puis de passer devant. Définitivement ( 17-18 ).
« Nous n'avions pas imaginé de plan anti-Bell », avoue Olivier Cousin, le technicien limougeaud. « Mais, un plan anti-Reims. Le RCB est une équipe qui joue de manière offensive. Nous avions remarqué que lors de leurs victoires à domicile, ils avaient toujours inscrit plus de 20 points dans le premier quart ».
Affirmer que la messe était dite après dix minutes (17-15) serait méconnaître la réalité du basket. « Nous avons dû cravacher de la première à la dernière minute », poursuit Cousin.
Comme on pouvait le penser, la défense a été l'atout n° 1 des Limougeauds.
L'homme à homme à géométrie variable du CSP a cassé le rythme rcébiste. «Nous n'avons pas pu nous exprimer dans la course», reconnaît Rodrigue M'Baye. «Ils nous ont obligés à travailler sur demi-terrain ce qui n'est pas notre plus grande force».
Cela s'est traduit au plus mauvais moment par une certaine stérilité rémoise. Distancé de 14 points (39-53, 29e), le RCB était revenu à 5 longueurs cinq minutes plus tard (49-54). «A cet instant, on défend bien», lâche le technicien du cru. «Mais, on est en manque de solutions. Collectivement, on n'avait plus de réserve. Il aurait fallu que nos individualités prennent le relais et fassent le boulot».
Hormis Bell, qui venait de sortir de sa léthargie 9 de ses 13 points dans le dernier quart), les autres cadres n'ont pas pesé sur le money time.
Les jeunes non plus qui auraient été bien inspirés de suivre l'exemple de Mickaël Toti, l'ancien meneur des espoirs du RCB !

Merci à Yves Dogué et à l'UNION
l'UNION Illustration

  • Autour du match
  • Commentaires (0)