Playoffs 2019

Limoges domine Châlons

Illustration

Après avoir calé à l'extérieur la semaine dernière, Limoges a su redresser le tir ce soir en s'imposant à domicile face à Châlons, et a montré qu'il faudrait vraiment en vouloir pour bousculer le CSP dans son antre cet année. Alternant le bon et le moins bon, Limoges bien emmené par ses deux meneurs domine finalement son hôte sur le score de 77-63.

Avant le début de la rencontre, le public de Beaublanc a pu découvrir de nouveaux visages, celui de Deron Hayes d'abord, et celui de... August, la nouvelle mascotte (un bœuf, comme l'on pouvait s'y attendre), arborant un maillot blanc flanqué du numéro 2. De ces deux nouveaux, seul Hayes aura toutefois le privilège de faire partie du 5 de départ, aux côtés de Niakaté, Larrouquis, Almonte et Gouez. Limoges met quelques instants à trouver ses marques. Niakate défend d'un peu trop près au gout des arbitres, et offre deux lancers (concrétisés) à McCrommon. Comme un symbole, c'est Hayes qui inscrit les 3 premiers points Limougeauds. Niakate et Almonte montrent une belle complicité, et ramènent Limoges aux avant-postes. Gouez offre une défense correcte, mais se montre inefficace en attaque à plus de 50cm du cercle. À la 5° minute, le match connait un premier tournant : Almonte quitte déjà le terrain, touché à la cuisse. Il ne rejouera pas de la partie. Pour l'instant, c'est Hayes qui emmène le match ; le pigiste fait la différence avec un beau 3/3 à 3 points qui donne 9 points d'avance à Limoges (19-10, 7° min). Quand il ne tire pas, il attire toute la zone Châlonnaise à lui pour mieux offrir 3 autres points à Niakate. Châlons étouffe, et un genou à terre, prend un premier temps mort. Cette minute de répit s'avère animée, avec un August piquant des sprints dans toutes les directions sur le terrain tandis que chacun des deux kops y va de son tifo. Salmon et Roberts montrent à leur tour une belle complémentarité dans la raquette, soldée par deux points de l'Américain. Après une dernière interception, Hayes rejoint le banc, et Beaublanc lui montre qu'il l'a dores et déjà adopté. Le premier quart-temps s'achève sur une domination Limougeaude sans partage (27-14, QT1).

Limoges manque toutefois l'occasion de tuer le match dans le deuxième quart-temps. Toti fait son possible en attaque (3 points) comme en défense (tenant plutôt bien Patiejunas), mais semble bien seul... Storozynski et Roberts forment une bien piètre raquette, Salmon manque de chance au tir et sort après déjà trois fautes, et Châlons se refait une santé. Chacun des visiteur apporte sa pierre à l'édifice, et tout est à refaire après un 11-1 encaissé par Limoges en 3 minutes (31-29, 16°min). Gouez alterne le bon (dunk qui met fin à la série noire) et le mauvais (pied en touche au rebond, ou incapacité loin du cercle, et avec lui c'est toute l'équipe qui semble déboussolée. Toti provoque la faute de Zahoui en fin de période, et convertit ses lancers pour garder une courte avance à Limoges (37-32, MT). Après une bonne entame avec Hayes aux commandes, seul le jeune meneur Limougeaud surnage encore, et ce qui s'annonçait comme une promenade de santé pour le CSP semble désormais plus compromis.

Au retour des vestiaires, les Limougeauds semblent avoir abusé de Lexomil. Hayes commence à caler face à la zone Châlonnaise, Larrouquis trop lent en contre attaque se fait contrer, Niakate voit Patiejunas lui voler le ballon dans les mains, Storozynski subit le même affront de Dia, et répond par une antisportive... On se demande vraiment comment Limoges parvient à rester en tête avec tout ça ! Pourtant Châlons ne marque pas ou presque, revenant au mieux à deux longueurs de Limoges (41-39, 26°min). Hayes retrouve la mire à trois points, et Limoges souffle un peu ; erreur, car par deux tirs primés de Dia et Williams, Châlons prend l'avantage (44-45, 28°min). Roberts force beaucoup trop son jeu, et tente des exploits individuels à la manière de ceux de Robinson la saison dernière, sauf qu'il ne joue pas tout à fait au même niveau. Il se rattrape heureusement ensuite avec une valeur sure, le dunk. Patiejunas fait encore des dégâts de loin, mais Niakate parvient à réveiller le jeu Limougeaud, et amène les siens à la fin du quart-temps avec encore trois longueurs d'avance (51-48, QT3).

Ayant compris la leçon, Limoges s'appuie sur ses fondamentaux dans les dix dernières minutes, pour contrôler la rencontre. Les deux meneurs cerclistes jouent remarquablement ensemble, distribuant mieux le jeu Limougeaud, ou soumettant la défense Châlonnaise à un pilonnage en règle au delà des 6m25. Les visiteurs encaissent un 10-0 avant d'avoir compris ce qui leur arrive, et Beaublanc respire enfin, en voyant s'éloigner la perspective d'un money-time au couteau (61-48, 34°min). Limoges n'a plus alors qu'à assurer pour emporter son premier succès de la saison. Patiejunas et Dia font bien encore un peu de résistance, mais Toti et Salmon les tiennent en respect. Un nouveau tir lointain, inscrit en fin de possession par Niakate, assomme les Châlonnais à l'avant-dernière minute, et l'ex-Roannais peut enfin clore la rencontre sur une nette victoire Limougeaude, 77-63.

Si la victoire de ce soir ne laisse aucune place à la contestation, on a bien vu un CSP a deux vitesses ce soir. Tantôt étincelant, comme dans le premier ou le dernier quart-temps, tantôt amorphe pendant les 20 minutes restantes, ne survivant que péniblement sur ses individualités.
Hayes a su se montrer très convaincant pour un pigiste (particulièrement en début de rencontre), permettant à Limoges d'acquérir sa première avance. C'est ensuite Niakate et Toti, qui ont profité de l'absence de Lukovski pour se rendre indispensables. Aussi efficaces l'un que l'autre en se relayant, mais également très complémentaires lorsqu'ils évoluaient simultanément sur le terrain. Quasiment tous les points Limougeauds du dernier quart-temps sont passés par eux, à la passe ou à la conclusion. Il faut dire que Hayes était probablement fatigué en fin de rencontre, et qu'à part lui... Larrouquis et dans une moindre mesure Salmon sont bien passés au travers de leur match. En l'absence de Tucker et après la blessure d'Almonte (5° minute), la raquette Limougeaude s'est montré très pauvre ! On peut se demander si Storozynski n'avait pas plus apporté la semaine dernière (depuis le banc), Roberts est encore loin de faire oublier le Latimore qu'on avait pu voir l'année dernière (même sur une jambe), et Gouez a joué comme à son habitude, avec une défense correcte et de bons dunks, mais une attaque très pauvre à plus de 50cm du cercle.
On ne va pas faire la fine bouche, la victoire est là, mais au vu de ce qu'a montré Limoges dans les 1° et 4° QT, il est anormal que Châlons ait pu prendre un instant l'avantage dans le troisième quart, et l'addition aurait pu (du ?) être beaucoup plus salée pour les Champenois.
Espérons que la blessure d'Almonte ne soit pas trop grave, car Limoges a pu mesurer son importance ce soir tant il a fait défaut dans la raquette. Samedi prochain, Limoges se rend à Nanterre, affichant fièrement deux victoires en deux matches. Limoges devra éviter de reproduire ses errements des 2° et 3° QT, sans quoi le déplacement se soldera sur le même résultat qu'à Bourg, une défaite.

--
Pour conclure cette analyse, je vous rappelle que la place d'analyste (et d'autres) de Beaublanc.com est à pourvoir, alors avis aux amateurs !

  • Autour du match
  • Commentaires (0)