Playoffs 2019

Le CSP fait encore exploser l'ASVEL et se qualifie en 1/2 finale

Illustration

Limoges a fait le taf à l'Astroballe avec la manière, malgré un grand numéro des hommes en gris avant la pause mais il ne fait pas bon énerver cette équipe... surtout depuis qu'elle joue en équipe ! Proprement injouables, les cerclistes on recreusé un écart version tractopelle pour envoyer les rhodaniens en vacances 96 à 74. Analyse

On avait promis un déplacement à l'Astroballe difficile pour les limougeauds et honnêtement nous ne voyions pas comment les hommes de Pierre Vincent pourraient ne pas réagir et subir une seconde estocade des verts et blancs sans réagir.

QT1 Limoges enchaîne

Et pourtant… Limoges emballa le premier quart-temps comme à la maison, s'offrant rapidement une dizaine de longueurs d'avance par le biais d'une belle adresse et d'un collectif chatoyant. De l'autre côté du terrain, le sérieux et l'application de tous rend les choses très compliquées et même le meilleur arroseur… euh "marqueur" de ProA ne trouvait pas la clé. 11-23 après 10min et une Astroballe très animée par les supporters limougeauds qui assuraient l'ambiance au milieu d'un public déçu.

QT2 : Un big 3 inattendu

Dans le second acte, ce n'est pas la maison verte qui s'est réveillée mais la maison grise : MM HOSSELET / ROSSO / CASTANO ont donc joué du sifflet pour faire basculer la rencontre. Comme trop souvent dans notre championnat, le corps arbitral a lourdement pesé sur le sort de cette rencontre qui semblait bouclée très tôt. En sifflant à sens unique, gobant des floppings risibles et ajoutant une petite technique pour la route les envoyés de la FFBB ont permis à une ASVEL apathique de relever la tête et même de repasser en tête sur des lancers-francs indus. Le problème est brulant ces derniers jours, les arbitres ayant offert un match à OKC en NBA, mais en France, l'attitude du corps arbitral de l'élite pose toujours problème et aucune mesure ne semble orienter l'avenir vers une nécessaire professionalisation de ce rôle. Refermons cette triste parenthèse, mais cela méritait d'être souligné tant la fête aurait pu être gâchée par ces coups de sifflets malvenus. Toujours est-il que les locaux n'en demandaient pas tant et que ce 46-46 au moment de regagner les vestiaires rappelait à tout le monde que le CSP menait simplement 1-0 dans cette série de playoffs.

QT3 Fallait pas les énerver !

L'ASVEL piétinée à l'aller et sous respiration artificielle au retour revenait donc sur le parquet avec la ferme intention de ne pas se refaire enfoncer. Seul problème : le CSP est certes imprévisible et capable d'exploser face à l'individualisme de certains mais il est pétri de talent. Et on n'énerve pas une équipe comme celle là sans en payer les conséquences. Nous remercierons peut-être une jour ces arbitres d'avoir agacé les joueurs, renforçant leur solidarité et les amenant à se sublimer pour prouver qu'ils méritaient l'écart établi en début de rencontre. D'interception en flèches à 3pts (un nouveau match de très haut niveau à 14/28 dans cette colonne statistique) le CSP renvoyait Jackson et les siens dans les cordes… et pas qu'un peu : 56-76. Volez 10pts à des gens qui se battent pour les avoir comme Moerman, NBC ou encore Acker qui a appris à défendre en playoffs… et ils vous en recollent 20 ! Envoyez Matteus pour les ½ à Beaublanc !

QT4 : Pierre Vincent va préparer le mondial, le CSP l'Europe !

Le dernier acte fut marqué par les tentatives désespérées des rhodaniens de recoller mais rapidement handicapés par les fautes et sanctionnés à la moindre erreur par des cerclistes euphoriques, les villeurbannais ne purent endiguer la vague limousine qui coula la maison verte avec l'aide de ses espoirs (Currier s'offrant même deux paniers à 3pts et un beau frottage d'épaules avec Sy au rebond). Victoire nette et sans bavure du Limoges CSP 96-74.
A noter le bon match de Johan Pétro, non pas du point de vue statistique (8pts 1rb 2pds) mais dans l'intensité et le poids qu'il a eu sur le secteur intérieur adverse. Les écrans donnés, la gêne occasionnée aux Sy, Joseph et consorts a pesé lourd dans la domination du CSP, libérant autant d'espaces pour les extérieurs limougeauds.
Le désormais DUO INTERNATIONAL A' du CSP Moerman/Boungou-Colo a une nouvelle fois été énorme avec des performances que l'on enregistre habituellement avec des américains (Schilb, Greer et Salyers par exemple pesaient autant sur les résultats de leurs teams). Avec 21pts 4rbs 3pds et 30 d'éval pour l'intérieur et 17pts 5rbds 6pds et 25 d'éval pour l'ailier, la défense s'avérait très compliquée tant la menace était répartie. Ajoutez à cela un Green retrouvé, un Reynolds en mode pickpocket et un JKE sobre et efficace comme à son habitude et vous comprendrez pourquoi le public de l'Astroballe a fini par siffler les siens... Evaluation finale 119 à 78. On n'a certes pas l'amplitude de l'aller mais le verdict est sans appel.

Clin d'oeil

14 ans après son dernier match en playoffs de ProA face à … l'ASVEL ! Limoges signe un retour fracassant dans le dernier carré de l'élite hexagonale et à priori en Eurocup au minimum (la C2), 15 ans après sa dernière apparition (victorieuse) en Korac (C3 aujourd'hui Eurochallenge) le CSP reprendra la route de Bellegarde pour aller écumer les parquets continentaux pour le plus grand bonheur de ses fidèles qui pourront désormais suivre deux rencontres par semaine.

Illustration


La suite du programme

Place donc aux demi-finales face à au vainqueur de Dijon-Le Mans, les bourguignons ont déjà créé la surprise dans la Sarthe et vont tenter demain de sweeper leurs adversaires à l'image du CSP ce soir. En cas de défaillance mancelle, limougeauds et dijonnais seraient sur un pied d'égalité en terme de repos, sinon les limougeauds pourraient bénéficier de quelques jours supplémentaires tout en sachant que sur les deux rencontres JM Dupraz a pu faire tourner tout son banc, gérant au mieux ses cadres.

  • Autour du match
  • Commentaires (61)