Playoffs 2019

Le CSP dévisse en escaladant le Rocher

Illustration

A l'arrivée dans Beaublanc on était en droit d'avoir des doutes sur le soutien du public Limougeaud après la déroute Paloise. Le message des Ultras "BRANLÉE 3.0 RÉAGISSEZ" était on ne peut plus clair. Réaction il y a eu... problème, Monaco aussi a su réagir. Analyse d'un beau match inutile.

QT1 UN CSP AGRESSIF

Le CSP que l'on attendait contre Pau est arrivé. Ce soir, dès le coup d’envoi, c’est une équipe concernée et intense, défendant le plomb et parvenant à trouver des solutions même sous la pression défensive de la Roca Team, dans un Beaublanc plein comme un œuf. Après un premier round d’observation de deux minutes où les deux formations se sont montrées plutôt maladroites, Limoges faisait sentir par Wood (3 interceptions) aux Monégasques que ce ne serait pas une soirée facile. Pratiquement tout le premier quart-temps allait être du même acabit, avec un CSP adroit aux tirs (57%) qui parvenait toujours à trouver des solutions en attaque pour mener de 7 points (23-16) à l’issue des 10 premières minutes de jeu malgré un hachage très pénible par le trio arbitral.

QT2 Un Monaco sans saveur

Pendant la minute séparant les deux périodes, Zvezdan Mitrovic va passer une soufflante à ses joueurs pour qu'ils se mettent en ordre de bataille et qu'ils mettent la main sur le match. Ils provoquent d’entrée une 6e balle perdue pour Limoges et reviennent à 4 points (23-19, 11e), sur un trois-points de Sergiy Gladyr. Un des duel attendus est en train de se mettre en place entre l’Ukrainien et Klemen Prepelic (20 points à 57% aux tirs et 10 sur 12 aux lancers ce soir), les deux joueurs se rendant coups pour coups (au propre comme au figuré d’ailleurs), Gladyr enchaînant 9 points et Prepelic 8 plus une superbe assist pour un panier plus faute d’Ousmane Camara (35-27, 14e). Petit problème, c'est encore une fois que Prepelic est incapable de défendre derrière un écran adverse. Et sur la période, sa non-défense coûte une nouvelle fois au CSP au moins 10pts. Alors oui il met des paniers, mais qu'est ce qu'il prend comme vents !
Monaco a durci le match, mais le CSP tient le cap et fait rugir de plaisir Beaublanc en voyant deux joueurs au sol pour se battre sur un ballon qui traîne… Limoges allait ainsi tenir encore quelques minutes, provoquant l’agacement des Monégasques. Zack Wright prenait ainsi une technique suite à une faute provoquée. Le Slovèno-limougeaud ne se faisait pas prier pour aligner trois lancer-francs de suite et permettre au CSP de virer à la pause avec sept points d’avance (42-35). Encore une fois, à la vue des images télévisées, l'agacement monégasque est tout à fait légitime... les deux assesseurs d'Eddie Viator étant lamentables dans les prises de décision, c'est le vétéran qui se chargeait tant bien que mal de rétablir un peu d'ordre, prenant des fautes hors de sa zone et gérant la contestation d'à peu près tout le monde.

Monaco passe la seconde

Le CSP est surprenant, étonnant voire bouillant, Beaublanc aurait-il fait son oeuvre?
Monaco montait encore en pression défensive, Limoges allait parvenir à trouver encore et encore des solutions pour creuser le plus gros écart de la rencontre 58-47 avec 3’49 à jouer dans cette 3e période. Limoges va avoir trois shoots ouverts pour creuser l’écart et mettre le couvercle sur ce match, mais le CSP venait juste d’entrer dans une disette au tir qui allait lui être fatale…(59 à 57 à la fin du 3ème). Par cette volonté de tuer l'adversaire à 3pts sans personne au rebond, Limoges s'est tiré une balle dans le pied. En cas de réussite, on aurait crié au génie... Mais ce ne fut pas le cas : non contents d'empiler les gamelles, les Limougeauds n'ont pas su verrouiller un seul rebond offensif et ont vu toutes leurs tentatives se conclure en petite remontée patiente des joueurs de la principauté.

La panne sèche

Et tout d'un coup, on a pu se rendre compte de la capacité de Monaco à détruire son adversaire sur la longueur. Les joueurs du CSP à l'image de son capitaine Camara qui a livré un combat homérique sont complètement cramés, plus aucun shoot ne rentre, des tirs pourtant ouverts, la Roca Team domine le rebond des deux côtés du terrain et avale tout sur son passage. On va prendre un 11 à 30 sur les 13:49 de la fin du match avec 9 MINUTES de disette offensive en cumulé sur les QT3 et 4. C'était prévisible, quand on possède une équipe avec 10 joueurs de top niveau et qui ne jouent pas plus de 20min chacun, c'est plus facile d'être lucide en fin de rencontre et de mettre des paniers ouverts. Le score final n'est pas flatteur tellement les joueurs ont mis d'intensité sur cette rencontre.

L'analyse :

Avant toute chose, n'oublions pas certains points essentiels :

• Le premier est qu'aucun supporter n'oubliera la déculottée de Pau alors qu'avec l'intensité de ce soir, on aurait pu rivaliser avec les Béarnais.
Le second est que nos deux recrues sont... comment dire... suspectes. Bremer est déconcertant dans le jeu, il peut faire des choses, c'est certain, mais par contre on a pu voir des attitudes qui vont vite le gonfler. Il faut dire que jouer 1min30 puis ressortir, puis rentrer 2min et ressortir, ce n'est pas simple pour rentrer dans une rencontre.
James est tout simplement un fantôme. Ce soir ses stats sont : 1 rebond... et puis c'est tout. Pour un mec qui a joué en NBA, c'est faible. On a l'impression qu'il dort, ou qu'il vient de se lever. Ça sent le flop à plein nez, même si on va nous expliquer qu'il s'est blessé au dos et ne s'est pas entraîné, on s'en fout un peu, c'est un renfort de milieu de saison à un tarif qu'on ne peut paraît-il pas se payer sur l'année alors si c'est pour prendre un mec hors de forme qu'on appelle Petro ! (enfin non, par pitié M.Forte, ne nous prenez pas au mot !)
• Le troisième est que l'on peut voir qu'avec une vraie cellule de recrutement Monaco est capable d'avoir 3 Américains au passeport Cotonou, avec un très bon niveau basket.
• Le quatrième, s'il n'est pas nouveau, reste une évidence - sauf pour le staff. Comment un coach qui ne parle pas anglais peut transmettre via un traducteur, ses émotions, ses consignes, l'intensité de son discours ? Bref, il serait temps qu'il apprenne la langue de Shakespeare.

• On notera malgré tout dans les points positifs que Dule a ENFIN fait quelque chose sur la défense sur les picks. La prise à deux du porteur qui se retrouve isolé, presque trappé s'est montrée rudement efficace et si l'aide de l'aide avait géré encore mieux les passes hourra-basket qui en résultaient, Limoges aurait pu augmenter son avance et ne pas plafonner à 12pts.
• Bremer a du ballon et sait fixer mais qu'est ce qu'il galère pour gérer des meneurs de petite taille très rapides... heureusement qu'il n'y en a pas beaucoup en ProA (de l'ironie s'est glissée dans cette phrase... sauras-tu la déceler ?).
• La LNB doit VÉRITABLEMENT engager une réflexion sur l'arbitrage de haut niveau et cesser de faire confiance à la FFBB pour envoyer des chefs de gare. Pour siffler un mini contact sur une remontée de balle, un taquet que un écran de Zerbo ou un petit marcher sur le dunk de Fair, on a du monde ! Par contre pour voir que Gladyr commet 4 attentats, pour gérer des situations où 4 joueurs sont au sol et ne pas arrêter le jeu alors que c'est dangereux, là PLUS PERSONNE ! Ajoutons la couche habituelle d'imbécilité pour masquer l'incompétence qui consiste à avertir à tout bout de champ et à mettre des techniques alors que l'erreur initiale est arbitrale... C'est usant de répéter les mêmes choses tous les ans mais hier soir c'était un carnage.
• Le spectacle et l'intensité ont régalé hier soir et c'est dommage car avec un vrai poste 5 et un poste 1 "frais" en backup de Wood, on aurait pu rivaliser et se défaire des Monégasques (et donc de beaucoup de monde dans cette ProA).

Voilà pour la conclusion objective et polie.


Un dernier mot sur deux choses :

1) Ok on a été champions une fois avec un coup de poker de recrutement à mi-saison... ON PEUT ARRÊTER MAINTENANT AVANT DE SE RETROUVER EN PROB ??? Et juste faire une équipe signée en juillet-août qui jouera la saison entière ? Ok c'est peut-être intéressant financièrement de signer des "gros" joueur (et encore : on peut discuter sur la notion) sur 5-6 mois au lieu de 10 mais franchement si c'est pour se taper un septembre-janvier de basket comme ça, autant le dire tout de suite et que la cellule marketing-innovation nous ponde un pack privilège "année civile" ou "post-hivernal", au moins on ne viendra que lorsque l'équipe sera au complet (et ça évitera de faire inutilement la connaissance de Nixon, Scott et consorts...).

2) Oui il y a eu du positif dans l'attitude hier soir. Mais ça ne rend que plus SCANDALEUX le non-match à Pau. ON S'EN FOUT DE FAIRE UN BON MATCH CONTRE MONACO POUR ALLER LE PERDRE PARCE QU'ON N'A PUS DE JUS OU D'ADRESSE ! Autant en prendre 40 (un peu comme la semaine dernière hein !) et aller gagner contre Le Portel, Cholet, Orléans et autres Antibes plutôt que de faire les beaux contre le leader (pour se montrer ?) et aller se chier dessus à Pau ou prendre une pilée juste derrière en expliquant qu'on est encore fatigué du beau match (perdu) contre Monaco ! Le bilan n'est pas comme on peut le lire dans certains commentaires "une défaite honteuse mais une réaction intéressante", le VRAI bilan c'est DEUX DÉFAITES, et au mois de mai c'est ça qu'on va regarder, il n'y a pas de trophée du fair play pour l'équipe qui s'est bien battue ! Alors mettez cette put** d'intensité contre tout le monde au lieu de choisir vos matches et ramenez des points parce que Boulazac et Fos s/Mer, on connaît et on n'a pas envie d'y retourner !

  • Autour du match
  • Commentaires (64)