Playoffs 2019

La guerre continue

Illustration

Chaque camp avance ses pions un-à-un avec prudence mais avec moult renfort de publicité. Par rapport à notre dernier article sur le sujet (disponible ICI si vous l'aviez raté) la situation a beaucoup évolué, avec d'un côté des ligues qui rejoignent une à une le giron de la FIBA alors que les grands clubs européens font de la résistance forts d'une situation promise beaucoup plus confortable dans une Euroleague qui s'annonce désormais fermée. Présentation des dernières évolutions en date.

Basketball Champions League (FIBA)

Suite à une énorme réunion à Munich avec 53 clubs issus de 16 pays, la fédération européenne a procédé à d'énormes changements dans son projet déjà financièrement intéressant pour les désargentés et qui maintient une part de logique sportive au coeur du système. Le nombre d'équipe a été élargi avec la création d'un tour préliminaire puis d'un premier tour pour enfin intégrer une poule de TOP16 on est loin du championnat à 16 équipes toutes championnes nationales prévu initialement. Explication en images :

Illustration

Tour préliminaire

Pas mal d'opportunités, les 24 qualifiés pour le 1er tour étant exclus de ce tour. On aura donc un représentant de chacun des pays suivants :
Espagne, France, Allemagne, Italie, Grèce, Turquie, Croatie, Serbie, Belgique, Israël, Lituanie, Pologne, Montenegro*, Slovénie*, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Danemark, Estonie, Finlande, Grande Bretagne, Hongrie, Lettonie, Macédoine, Pays-Bas, Portugal, Roumanie et Ukraine auxquels s'ajouteront 4 invités.
*sous réserve de non-participation à l'Euroleague, dans le cas contraire le représentant slovène ira directement en Europe Cup et le monténégrin ira directement au 1er tour. Aucune indication de leurs remplaçants éventuels.

Premier tour

24 qualifiés d'office :
France x3 et Allemagne x3**, Espagne, Turquie, Grèce, Russie et Italie x2 chacune, Croatie, Serbie, Belgique, Israël, Lituanie, Pologne, République Tchèque et Monténégro***
** 3 clubs allemands si aucune participation à l'Euroleague (idem pour la France mais peu de risque)
*** Monténégro intégré directement au 1er si aucun club de la ligue Adriatique ne participe à l'Euroleague

Phases finales

Des 1/8e et 1/4 au meilleur des 2 matches avec point-average (pas de belle) et un Final-Four "classique" en 1/2 et finale à élimination directe.
On notera au passage les multiples "incitations" à ne pas participer à l'Euroleague pour les clubs "moyens" histoire de bien savonner la planche à la compétition gérée par l'ULEB qui va avoir du mal à réunir ses 16 clubs.

Des 30 matches initiaux pour la poule unique de 16 équipes, on passe à 14 matches de 1ere phase auxquels il faudra ajouter de 6 à 8 matches en fonction du parcours (tour préliminaire et avancée en 8e jusqu'à la finale). Cette réduction à 20-22 matches selon nos calculs, (24 selon les déclarations de certains médias) apparaît comme une régression pour les grosse écuries européennes qui y voient un manque à gagner de billetterie et de droits TV.

En parallèle, la FIBA se réjouit de voir affluer les ligues mineures exclues du projet Euroleague. La France et l'Italie en furent les leaders précoces, mais elles ont été rejointes depuis par des poids lourds comme la Turquie (malgré sa forte implication en Euroleague), la Grèce, Israël ou la Lithuanie mais aussi par la Belgique, la République Tchèque et la Pologne. L'Espagne ne sait pas sur quel pied danser, tiraillée entre Barça / Real / Vittoria engagées avec l'Euroleague et les ambitieux Valence, Gran Canaria et Malaga retoqués par l'ULEB et qui poussent fortement pour rejoindre la Champions League.
La FIBA passe la vitesse supérieure et va rendre le projet "BCL" concret en élisant le "Board of Directors" (Conseil d'administration) dès le mois de mars au siège de l'institution en Suisse et le lancement médiatique officiel est d'ores et déjà programmé à Paris (récompense du bon élève FFBB-LNB) les 20 et 21 mars.

Des rumeurs courent également sur un souci d'ordre juridique pour l'appellation de la compétition, l'UEFA ayant verrouillé l'utilisation des termes "Champions League" dans pas mal de pays. Réponse le mois prochain pour les annonces officielles.

Euroleague (ULEB)

La grande nouveauté c'est le quasi-abandon de l'Eurocup devant la désaffection des ligues "mineures" qui nourrissaient cette compétition. C'est peut-être ce "dédain" des plus petits et la fermeture du dernier portillon d'accès à la grande Euroleague qui finira de convaincre les derniers hésitants. En gros, l'Euroleague va se couper d'un "vivier" d'équipes pour ne se consacrer qu'aux 16 élues. Même la grande NBA a su faire évoluer son projet en modifiant le nombre d'équipes quand le marché avait besoin de grandir et s'emploie à développer la NBADL histoire de garder quelques joueurs au chaud sans les voir disparaître en Europe et de maintenir un petit marché basket pro dans des ville plus moyennes.

L'ULEB s'est surtout attachée à renforcer ses liens avec ses clubs actionnaires à l'heure où les fédérations qui les encadrent son tentées/pressées de s'engager avec la FIBA. Les dernières réunions de l'Euroleague étaient nettement moins prétentieuses (on ne remercie plus la FIBA pour ses idées) et semblent maintenant avoir pour but de persuader une FIBA en position de force d'autoriser les plus gros clubs à participer à l'Euroleague sans sanctionner les ligues domestiques. L'Espagne et l'Allemagne font de la résistance (ironie quand tu nous tiens) mais servent surtout de monnaie d'échange. On attend le prochain "move" de Bertomeu mais les choses semblent bien mal engagées sur le long terme pour la ligue fermée Euroleague, qui a demandé (et obtenu) une audience à la FIBA pour négocier avec ses clubs actionnaires une solution amiable.

La lèche ça paye !

Illustration

A défaut d'arriver à développer le basket français sportivement la LNB pourra se vanter de l'avoir très bien placé sur la nouvelle scène européenne avec pas moins de 4 représentants potentiels (3 directs et 1 en tour préliminaire) au 1er tour de 32 équipes. Pas encore d'annonce sur le choix des équipes concernées. Le champion puis qui ? Le finaliste ? Le 1er de la saison ? Le vainqueur de la Leaders Cup ? La nouvelle sauce interne de la ligue française sera sans doute alambiquée et l'ensemble des intéressés auront intérêt d'avoir leur PSC1 et leur Brevet de sécurité routière histoire d'être "qualifiables".

Source des données de répartition : MundoDeportivo. Aucune information dans les médias français, silence global dans la plupart des autres pays, seule l'Espagne (pays hôte du siège de l'ULEB/Euroleague à Barcelone s'intéresse en détail au sujet).

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

12 commentaires

avatar

# 12 - cSp_Forever

20/02 - 15h05

Effectivement, la guerre continue... http://www.sportando.com/en/cups/euroleague/191605/fiba-says-euroleague-opts-for-legal-action-over-dialogue.html

avatar

# 11 - Swaggerfit

19/02 - 7h23

En Handball la Compétition Européenne n'est pas la Champions League aussi ?

Il devrait pas avoir de soucis par rapport au nom

avatar

# 10 - Grenoblois

18/02 - 23h24

Merci pour cet article tres interessant.

avatar

# 9 - Jimanji87

18/02 - 17h37

Bien vu chipmunk. A suivre.

avatar

# 8 - chipmunk

18/02 - 16h19

super boulot de BB.com pour éclairer un dossier particulièrement complexe. L'impression qui ressort de tout ça, et c'est bien dit dans l'article, c'est que l'euroleague fermée sur ses 16 clubs élus risque de s'étouffer à petit feu, en tournant "à vide". Pas sûr que les publics européens (au contraire des américains avec la NBA) se passionnent longtemps pour une compèt où l'on a pas gagné sa place via un championnat national et où l'on est sûr de revenir l'année prochaine quels que soient les résultats qu'on obtient. Les amateurs de basket avec qui j'en ai parlé sont assez sceptiques et moi aussi ! La disparition de l'eurocup va isoler l'euroleague encore plus. Finalement, avec ses airs de pas y toucher, la FIBA va peut être réussir, en 5-6 ans, à mettre Bernabeu à genoux ... Et si un ou 2 gros en Espagne en Grèce ou en Turquie fait défection, ça ira encore plus vite !

avatar

# 7 - Cyr87

18/02 - 15h51

Très bon article ! merci.

avatar

# 6 - Jimanji87

18/02 - 10h22

Beaucoup de travail dans cette analyse. C'est pas simple. Attendons la suite des négociations, qui vont être je pense assez compliquées. Mais qui a dit que dans le basket, tout était simple !!!

avatar

# 5 - Scapulaire

18/02 - 10h21

Beau boulot de recherche et de synthèse, grâce à vous on y voit plus clair.
Cette future Basketball Champions League me plaît bien et surtout permettra aux clubs français de s'illustrer plus facilement sur la scène européenne. Espérons qu'on en sera! Pour ça, être champion sera le plus court et le plus sûr chemin.

avatar

# 4 - Moussman

17/02 - 23h45

Super taf de recherche/synthèse et présentation des enjeux. On voit que tout est négociable/négocié ; ca devrait donc fortement bouger encore :)

avatar

# 3 - limoges73

17/02 - 20h46

Merci, super boulot

avatar

# 2 - Archange

17/02 - 20h41

Merci pour les infos, j'étais complètement largué. La c'est pas encore complètement clair mais je pense que ça l'est pour personne, même pour les gens de la FIBA.

Ce qui m’inquiète ce sont les clubs français sélectionnés.
Effectivement, le plus juste serait de connaitre les conditions d'attribution avant la fin de saison.
Imaginons que gagner la coupe de France nous qualifie, mais pas la place de dauphin du championnat. On peut alors songer à privilégier une compétition par rapport à une autre quand on sait combien il est difficile de jouer sur tous l es tableaux.
A l'inverse, qui nous dis que Béral va pas nous la mettre à l'envers ? Dans le style: "on avait prévu de qualifier le champion de france et son dauphin, mais comme le CSP est le dauphin en question, on va plutot prendre le premier de la phase régulière. Oh tiens, c'est Pau ? Le hasard fait bien les choses..."

Bref, ca pue l'enfumage et ca me plait pas du tout. A moins que l'on gagne championnat +coupe de France et là on sera tranquille ;)

avatar

# 1 - CSP Club sans pareil

17/02 - 20h06

On ne s'ennuie pas grâce aussi à Beaublanc.com!
Merci pour cet article éclairant et lu nulle part ailleurs!
Quant à Beral il est est encore très très loin de son ambition initiale de mettre en lumière la proA!
Le CSP n'a pas fini de l'énerver...