La défaite en chantant !

Au trophée Michael Brooks, le CSP s'est incliné devant les Métropolitains les armes à la main (58-66) grâce à une défense de fer, martingale de la future saison. 2021-2022 de Betlic Elite. Elle a tenu tête aux banlieusards, avec une mène de circonstance et un Paumier présent au poste 5, bien soutenu par un bon Basile mais avec un Spencer qui semble malheureusement trop light pour ce niveau.
Analyse (un peu tardive, certes).

La rencontre de pré-saison entre Boulogne-Billancourt et le CSP dans le cadre du trophée Michael Brooks s'est déroulée cette année dans la salle de Rueil-Malmaison pensionnaire de Nationale 1.

Ambiance

Loin de la gare, je me faufile dans les rues de Rueil pour arriver dans la salle afin d'assister à la fin du match de coupe de France entre Le Havre et Rueil-Malmaison. Des grosses caisses et une sono me rendent complètement sourd.

Une forte colonie limougeaude s'est rangée derrière le panier situé du côté du banc limougeaud dans une salle attentive et bien sage.

On ne savait pas trop à quoi s'attendre après les rencontres précédentes peu significatives (trop fortes oppositions ou oppositions faméliques). Rencontrer les Métropolitains constituait le véritable premier test de pré saison. Et je n'ai pas été déçu par le match.

Le match

Ovation pour le coach vice -champion Olympique et le vice entraîneur dans le public qui scootait les cerclistes, premier adversaire du championnat le 2 octobre prochain à Maurice Thorez.

Premier quart-temps (15-16) : beau début de match des cerclistes

Le CSP débute bien la rencontre en menant 10-4 grâce à une belle intensité défensive et une patience dans le jeu offensif. Harper fait bonne impression. Paumier tient son bout. Les Métropolitains montent en régime et passent devant 12-11. Spencer fait un passage fantomatique sur le parquet.
Les banlieusards mènent d'un point (16-15) à l'issue du premier quart-temps avec des cerclistes au contact.
Seuls points noirs : la prestation décevante de Spencer et les cerclistes dans la pénalité assez tôt dans le quart-temps.

Deuxième quart-temps (29-37) : un CSP qui souffre en fin de période

Boulogne-Levallois va dominer largement ce deuxième quart-temps en dépit d'une belle dépense défensive.
Ce quart-temps avait pourtant bien commencé avec une contre-attaque superbement menée. Spencer, trop juste pour ce niveau, est maladroit et brouillon. Le CSP va résister (31-27) avec un tire primé d'Hugo Invernizzi avant que les Métropolitains prennent l'ascendant en cette fin de première période.
La mène est limitée avec un Rebec pas trop à son avantage. Beyhurst est absent du terrain et Crusol est en tenue de ville. Enfin, le CSP a été très tôt dans la pénalité. Seule la maladresse des Métropolitains nous sauve d'un écart qu'il aurait pu être très difficile à rattraper.

Troisième quart-temps : le CSP revient dans la partie et prend les commandes (52-50)

Le CSP, toujours appliqué en défense, offre un jeu d'attaque de qualité qui leur permet de prendre l'avantage (40-37). Harper qui avait été poussif lors des matchs précédents montre de belles qualités offensives, notamment par un beau panier primé. N'Doye montre qu'il est un bon poste quatre.
Le match est d'une belle intensité défensive. Les arbitres sifflent beaucoup. A 48-48, le coach mécontent d'une action offensive avortée sort Harper du parquet.

On arrive à la technique du coach : d'accord, il est sanguin. Il montre son mécontentement avec beaucoup d'ostentation. Mais, il a raison sur le coup. Tout le monde avait vu une faute caractérisée sur un joueur limougeaud sauf l'arbitre. Collet sait faire la même chose sans la touche "comedia del arte" de Cancellieri.
Le quart-temps se termine par un tir réussi de Timothée Basille et un passage en force de Michineau suite à une belle défense de notre équipe.

Dernier quart-temps (58-66) : le CSP cède en toute fin de partie

Le coach limougeaud va faire rentrer sur le terrain Mehdy Bellil et Sam Mbaka. Les cerclistes ont la possibilité de prendre cinq points d'avance en tout début de ce dernier quart-temps, mais Nicolas Lang rate la cible.
Les cerclistes vont rester à hauteur de leurs adversaires du soir avec Rebec et Bellil sur le parquet. Les limougeauds lâchent en toute fin de partie. Le coach termine le money- time avec Mehdy Bellil à la mène.


La star de l'équipe : l'impact défensif impulsé par Massimo Cancellieri

Il y a bien longtemps que je n'avais vu une telle intensité défensive au Limoges CSP. C'est la force de l'équipe. On va vivre et mourir avec elle. Quels que soient les joueurs présents sur le terrain, l'intensité était là avec Hugo Invernizzi que j'ai vu défendre tel un mort de faim. Toute l'équipe est au diapason (joueurs affirmés, jeunes...).
L'envers de la médaille : le CSP s'est retrouvé très vite à 5 fautes d'équipe (lors des quatre quart-temps) donnant des lancers-francs tôt à l'adversaire.

LE COACH ET LES JOUEURS

- Massimo Cancellieri : une grosse personnalité qui gesticule et parle en permanence. Il est toujours sur le dos des joueurs, ne lâche jamais rien, tout en faisant preuve de pédagogie lors de la sortie du joueur lui expliquant ce qui ne va pas. Démonstratif, il est écouté par l'équipe.
Au troisième quart-temps, à 48-48, Harper ne prend pas le shoot et redonne le ballon ce qui se traduit par un shoot pris au-delà des 24 secondes. Il le sort, furieux et lui en met une bonne. Puis il le fait rentrer de suite.
J'adore le type. J'aime sa folie. Le coach me plaît aussi. Seuls les résultats de fin de saison permettront de confirmer ou pas mes intuitions premières sur ses qualités de coaching.

- Retour de Hugo Invernizzi qui a réalisé un très bon match des deux côtés du terrain avec son compère Nicolas Lang, égal à lui-même. Ils furent de vrais dangers offensifs (surtout Nicolas) et très présents en défense. La dernière fois que j'avais vu Hugo Invernizzi jouer de la sorte, c'était lors du début de saison 2019-2020. Je confirme ce qui a été dit sur le site, il est affuté physiquement.

- Grismay Paumier : il est à ce stade le meilleur pivot du CSP. Il a offert une belle prestation ce mercredi soir, bien épaulé par Bazille qui a été très bon ce soir. Pas de doute, il a sa place dans la rotation. Il a été très utile à l'équipe. Il prend de l'assurance. On pourra compter sur lui.

- La déception Spencer : sa prestation a été en dessous des deux autres pivots, dans le temps de jeu mais aussi dans une prestation que je pourrais qualifier de non suffisante.

- Harper : ce qu'il avait montré jusque là n'avait pas enthousiasmé beaublanc.com, loin de là. Sa prestation de ce soir m'a rassuré. Il dispose d'un bon potentiel et sera efficace en attaque.

- N'Doye, après un début de match que je qualifierai de brouillon, il m'a fait une bonne impression. Si l'équilibre de l'équipe et les finances le permettent, son intégration serait une bonne nouvelle pour l'équipe.

- Rebec à l'essai a fait de son mieux mais ne possède pas les garanties pour être le meneur de l'équipe. Je l'ai trouvé plutôt passable et surtout dans l'incapacité d'accélérer ou de faire la différence lors de ballons de contre-attaque. Une capacité de créer quelconque.

Qu'est-ce que je n'ai pas aimé ?

Pas grand chose. Ah si, le speaker qui en a irrité plus que quelques uns, avec ses cris à l'emporte-pièces, voire limites, lors de shoots réussis de certains joueurs. La tonalité lors du découpage syllabique de Konate émise par ce type est particulièrement édifiante.

Que penser de l'équipe à ce stade ?

Cette équipe va pouvoir soulever des montagnes par son intensité défensive. Avec un collectif non complet et une présence à la mène d'un joueur à l'essai (qui ne sera pas transformé) et un jeune du centre de formation non prévu dans les rotations, les cerclistes ont montré de belles intentions dans le jeu et une volonté de ne pas lâcher.
Je suis sorti rassuré de Rueil et je pense qu'avec le collectif mis en place par Cancielleri, on va voir de beaux matchs à beaublanc.

Un petit focus sur la Pro A

Je me suis rendu à la Halle Carpentier samedi dernier pour le tournoi de Paris. Je voulais voir à quoi pouvait ressembler l'équipe de Paris basket cette saison. Sa confrontation face à Milan ne m'a pas permis d'avoir la moindre idée sur sa valeur, en raison de la domination écrasante de Milan. Impossible de tirer le moindre enseignement de la valeur parisienne sur ce match à sens unique. En revanche, quel plaisir d'avoir vu, même en cette période de pré-saison cette superbe équipe coachée par le grand Ettore Messina et en Troy Daniels un superbe joueur, qui m'a particulièrement impressionné par sa classe et son shoot. Pff ! Quel joueur.

Pour l'ASVEL, j'ai la même impression que l'année précédente : l'avenir de cette équipe dépendra de ses individualités et j'ai toujours des doutes sur le coaching. Elle a été dominée de la tête et des épaules par Berlin samedi. Je n'ai rien vu de bien positif dans cette équipe même si elle sera en lutte pour le titre avec vraisemblablement Monaco. Mais ça, c'est une autre histoire et ce ne pas la notre.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

16 commentaires

avatar

# 16 - MacAdoo do do

19/09 - 21h57

Solide le nouveau cJ, j’aime bien

avatar

# 15 - Bodiroga33

19/09 - 18h28

C'est vraiment faible en attaque. Bourg défend bien

avatar

# 14 - m23

19/09 - 17h12

Quel enthousiasme pour le match de ce soir......!!

avatar

# 13 - Clarence

19/09 - 15h51

Qui a dit qu'un gros sponsor devait signer un contrat ? Un sponsor attend un retour sur investissement hors sans TV ... et la BCL est trop discrète pour être un élément de décision

avatar

# 12 - jipe64

19/09 - 10h53

le sponsor c est vrai c est bien dommage mais bon c'est ainsi...la seule erreur que j imputerais aux dirigeants c est d avoir revele ou que cette info ai filtrée...car ca a donné de l espoir aux supporters pour finalement un grand flop...bon dimanche a vous

avatar

# 11 - CaféDesSports

18/09 - 19h39

#9 #10 Ok

avatar

# 10 - Viking

18/09 - 18h10

#9 : un peu d'accord avec ça...
Sachant que c'est toujours facile de dire "on devait avoir un super sponsor mais..." sous entendu, "on a fait tout comme il fallait mais pas de bol".
Le résultat est le même : rien.

avatar

# 9 - bgf23

18/09 - 18h03

Y a eu le covid19 et donc un sponsor perdu comme dit dans un dossier
Il y a la non qualification en coupe et donc le sponsor vient pas...
Mais la première année pas de covid19 et pas de sponsor !!
L'année dernière bcl et pourtant pas de sponsor !!
On peut quand même douter de toute ces infos...

avatar

# 8 - Myoung

18/09 - 14h25

Oui ´fin on peut toujours refaire le match.

Qui nous dit que ce gros sponsor serait réellement venu ? Et puis si sa venue était conditionnée à une coupe d’Europe (surtout la BCL hein on ne parle pas d’euroleague), ça questionne sur sa volonté de réellement soutenir le club sur le moyen terme.

Cette fameuse grosse entreprise aurait très bien pu proposer un plan de sponsoring sur trois ou cinq ans avec un niveau d’intervention lié aux résultats, qualification etc… mais lier son sponsoring à une participation ponctuelle à la BCL, mouais…

avatar

# 7 - enslaved

18/09 - 10h05

Quand on voit qu'orleans nous a glané la 8e place pour rien et que le mans est déjà éliminé en bcl, ça me fait chier alors que le CSP en terminant 8e etait qualifié directement et en + un gros sponsor serait arrivé, je sais faut passer à autre chose mais quand même, la saison dernière on avait vraiment du coaching amateur et la plupart des joueurs qui s'en foutait !

avatar

# 6 - CaféDesSports

18/09 - 8h17

La venue du sponsor "national" était conditionnée par une qualification en coupe d'Europe...

avatar

# 5 - Guylhome

18/09 - 7h16

Pour le fameux gros sponsor, ça sent quand même l’arlesienne…

avatar

# 4 - Hv63

17/09 - 20h08

Merci pour ce compte rendu.

avatar

# 3 - Alwine

17/09 - 19h35

#2 soyons optimistes, un sponsor électrisant est sur les rangs :)

avatar

# 2 - le_cobra

17/09 - 18h10

Effectivement analyse parfaite de ce match qui nous donne beaucoup d'indications pour la saison qui vient, qui s'annonce pourquoi pas prometteuse avec une telle défense. Remember 1992-1993 et le "sorcier", sans aller jusque là évidemment, surtout avec un effectif assez pauvre pour le moment. Si seulement un sponsor conséquent pointait le bout de son nez pour rentrer dans le capital désormais ouvert, si j'ai bien tout compris (désolé je ne suis plus bcp notre équipe donc je ne viens plus bcp ici, surtout pas sur le site off même s'il a progressé me dit on).
Je pense qu'on peut cette fois finir top8 même si ce sera pas aisé vu la qualité de bcp d'effectifs contrairement à nous à cause de nos finances actuelles (merci les Daltons mais pas que).
Je connais bien la salle de Rueil pour y avoir habité et vu quelques matchs, je la trouve mieux que celle de Nanterre voisine perso.

Entièrement d'accord aussi sur le coaching de l'ASVEL. Tant que Tony Parker n'aura pas décidé d'investir réellement sur un vrai Coach référencé, ils ne joueront jamais le top 8 de l'EL (ou alors sur un malentendu comme dirait Jean Claude Duss...).

Bon we à tous les lecteurs et à l'équipe de BB.com.

avatar

# 1 - tigreville

17/09 - 15h22

Un grand merci pour ce savoureux voyage dans l'ouest parisien et le compte-rendu très précis de ce match. Pour la première fois depuis très longtemps, le coach est supérieur aux joueurs dans la dimension psychologique, la direction à donner au jeu et la cohérence du projet. C'est bien la recrue n° 1 de cette saison et je lui souhaite le meilleur : forza Massimo !
et en plus on a les meilleures pizze du monde rue Armand Dutreix ! je rebaptise le boulevard du Mas-Bouyol la via Monica Vitti et j'installe une fontaine de Campari Soda dans le hall de Beaublanc