Playoffs 2019

Honneur lavé, Hervé dépucelé

Illustration

Limoges a fait respecter son rang ce soir à Beaubanc face à Pau-Lacq-Orthez 96-89. Le 97e Clasico a accouché d'une nette victoire limougeaude même si les béarnais ont tenté de résister poussés par le challenge de la foule de Beaublanc (ça les change !) et une belle adresse à 3pts face à une défense parfois large. Le nouveau style du coach tranche avec le marasme des mois précédents et les joueurs ont régalé leurs supporters. Analyse.

Dernier match de cette 29e journée de ProA, ce Limoges-Pau était plus qu'attendu : les supporters voulaient voir Philippe HERVE à l'œuvre, voulaient aussi faire mordre la poussière à l'ennemi ancestral après trois défaites consécutives. Les joueurs voulaient absolument marquer leur public et montrer le renouveau après des mois de février-mars très difficiles. Le coach voulait voir ce que ça fait en étant "du bon côté du banc". Enfin, les palois étaient impatients de jouer devant une salle pleine et bouillante, la dernière fois c'était quand le CSP leur avait rendu visite et ça les avait surmotivés, ils avaient donc des chances de croire à un nouveau miracle.

QT1 : Feu à volonté 27-21

C'est l'EBPLO qui dégaine le premier mais le CSP rendra coup pour coup dans une entame très généreuse en attaque mais clairement en manque de rigueur défensive alors que c'était l'objectif annoncé. Simonovic pèse de tout son poids avec 9pts avant que Philippe HERVE ne convoque son premier temps-mort sous la voute de Beaublanc à 14-14 (donc sans attendre de sombrer à -10). Et on peut dire que le discours tranche : rappel à l'ordre sur les "oublis", dureté attendue sur les pénétrations et solidarité défensive. On se prend à rêver quand on voit la nouvelle recrue limougeaude, non, pas Pooh JETER, mais ce gars avec le maillot 13 encore floqué BATISTA… mais ça ne peut pas être lui : il se bat sur tous les ballons, prend des rebonds, pose des écrans qui ressemblent à quelque chose et marque poste haut. Ah ! On me signale qu'il s'agit bien de notre brésilienne habituelle sauf que ce soir il bouge son cul ! Que faisait-il donc depuis des mois ?... L'autre hyperactif du QT c'est Nobel BOUNGOU-COLO qui croque beaucoup mais avec réussite et émarge donc à 11pts. La fin du QT demeure sous influence "Simonovienne" mais NBC par deux fois et Jeter se chargent de repousser les béarnais à 6 longueurs.

QT2 : Une classe d'écart 47-37

Claude BERGEAUD a bien fait ses devoirs et les menaces SMITH à 3pts et MOERMAN à… de partout en fait, on été plutôt bien cadenacés mais la menace peut venir de partout avec le riche effectif du CSP et c'est Mike GELABALE qui fait parler la poudre dans ce deuxième acte. La nonchalance du guadeloupéen trompe ses adversaires directs qu'il enrhume par 3 fois concluant même au dunk grâce à sa belle détente très explosive. Côté palois, Simonovic lève le pied et c'est le meneur Morris FINLEY qui assure le scoring se jouant de ses défenseurs successifs (Jeter, Smith et enfin Amagou). Pau fait bien circuler la balle, c'est assez surprenant pour une équipe si mal classée mais Limoges creuse inlassablement l'écart pour conclure à +10 sur 2 lancers de Pape-Philippe.

A la pause rien ne semble acquis et on se dit que papa-Bergeaud a peut-être prévu cette situation, ne titillant pas le dragon tout en restant planqué à 8-10 longueurs avant de tenter le hold-up dans le money-time… Léo Westermann reconnaît devant les caméras de CANAL+Sport que le scénario ne colle pas à ce qui était prévu, l'organisation défensive limougeaude étant encore un peu trop friable compte tenu de la "jeunesse" de ce vécu collectif.

QT3 : Simonovic… personne peut lui en coller une ? 65-61

Limoges ressort du tunnel avec l'envie de bien faire mais malgré une première banderille signée SMITH c'est la cata au niveau défensif et Simonovic passe le quart-temps à faire l'amour à la défense bien trop perméable du CSP avec 10pts de plus. Des erreurs individuelles parfois mais aussi collectives avec des aides en retard voire absentes, des changements sur pick trop larges ou créant des mismatchs trop dangereux. A la faveur de ces largesses, Pau remonte à 4 petits points par le biais des fautes provoquées par Finley et Bronchard. Zerbo qui réalise un match très décevant souffre des changements sur écran et baisse bêtement ses bras sur des joueurs plus petits que lui ou saute sur des feintes grossières de ses vis-à-vis. Comme l'a dit Fred Weis sur FBL, "Quand Fréjus est dans une mauvaise passe, ça se voit plus que les autres".

QT4 : Sans stress grâce au talent 96-89

Soyons clairs, Limoges n'a pas écrasé Pau-Lacq-Orthez mais ne s'est pas vraiment fait peur non plus. Les béarnais n'ont pas pu revenir en dessous de 3 unités dans les dernières minutes malgré l'activité de Robinson, Denave et l'incontrounable Simonovic décisifs dans la tentative de hold-up avec respectivement 8, 8 et 10 points. Mais en face d'eux, le CSP sans sérénité collective avait dans ses rangs des patrons et Pooh JETER a baladé la défense paloise dans tous les sens perforant les rideaux pour monter au layup ou pour caviardiser ses camarades. Plutôt discret jusque-là, Adrien MOERMAN prend ses responsabilité au meilleur moment et s'affirme définitivement comme le PATRON de cette équipe. Avec deux 3pts remarquables dans leur exécution (ballon saisi et armé au dessus de la tête pour dégainer plus vite) l'intérieur limougeaud anihinle les espoirs palois et même si Robinson et Simonovic ont tout tenté, c'est bien Limoges par l'assurance aux lancers de Westermann et Smith qui scelle le sort de cette rencontre qu'il fallait gagner.

BILAN

En soi, le résultat ne doit pas surprendre, on parle du 3e de ProA qui recevait le 13e. Certes le charme du Clasico avait son poids à jouer mais dans l'ensemble l'intérêt n'était plus là. A cinq rencontres de la fin de la saison régulière, Limoges doit progresser et on s'aperçoit que si l'envie est revenue et que la volonté de partager la balle en attaque fait plaisir à voir, la défense reste le gros point noir du système Hervé. On peut comprendre des erreurs mais "OUBLIER" tout un match Simonovic c'est un peu douteux… Pau n'a pas 50 joueurs capables de faire la différence et les limougeauds ont regardé shooter le seul capable de prendre feu. La prochaine sortie à Orléans, ex-fief de coach Hervé (qui a une bannière à son nom au plafond du palais des sports, sera donc l'occasion de progresser dans ce domaine surtout avec un KMac en grande forme en face. Pau a en effet déclenché 36 fois derrière l'arc pour seulement 17 fois à 2pts (Limoges 23 et 41 à titre de comparaison). Si le but était d'empêcher les tirs proches il est réussi mais le manque de contestation sur l'adresse lointaine a tout de même compliqué les choses.

LES JOUEURS

Westermann revit. Sa vista est à nouveau mise à contribution et son adresse revient comme par magie. Tout n'est pas parfait mais il est plus à l'aise.
Jeter est un joueur clutch. Il tricote devant les meneurs US bas de gamme et met les tirs importants. Un Acker en plus intelligent baskettement parlant.
Amagou a enfin un rôle clair : combo de rotation, utile pour dynamiser et apporter de la provocation en fin de période quand tout se shoote.

Smith est intrônisé dans le 5 majeur et a clairement la confiance de coach Hervé. Ce dernier lui demande de prendre ses shoots en fin de TM avec un petit "you're hot!" accompagné d'une petite giffle. A des années lumières de l'austérité duprazienne et à en voir le sourire de la gachette, c'est ce qu'il lui faut !
Gélabale retrouve des couleurs mais ne livre encore qu'une portion de son talent. Quand on le voit jumper par dessus deux joueurs on se dit quand même qu'il la joue cool depuis un moment. S'il élève son niveau de jeu en playoffs, il fera TRES mal !
Boungou-Colo veut s'affirmer devant le nouveau coach et ne pas perdre sa place au profit de Gélabale. Donc il shoote. Beaucoup. Beaucoup… Beaucoup. Attention, il y a deux côtés sur le terrain ! Grosse sortie contre Pau mais heureusement que l'adresse à 3pts est là.

Camara a clairement perdu des minutes… mais c'est assez logique. Toujours aussi volontaire au travail de l'ombre, son apport est toutefois limité de par les rotations plus courtes.
Zerbo est dans le doute. Son rôle de starter et les longues minutes accordées par Dupraz l'ont sans conteste fait progresser mais avec un calendrier 100% ProA et nos bons arbitres FFBB il a toujours autant de mal à jouer de son envergure et de son physique (même si Bronchard a lui le droit de garder un joueur dans sa cuisse sur 4m en obtenant une offensive… bref, l'arbitrage en ProA !).
Moerman n'a plus besoin d'être au four et au moulin mais il sait montrer qui est le papa quand il y a besoin. Il passe d'un rôle d'homme à tout faire à celui d'assassin autoritaire. Est ce que cette légère baisse statistique couplée à une belle campagne médiatique suffira à lui faire souffler le très mérité titre de MVP de ProA au profit de Piétrus ? Réponse le 17 mai.
Batista. Je l'ai gardé pour la fin. Après lui avoir vomi dessus pendant des mois tellement j'avais envie d'aller lui botter le cul moi-même pour qu'il se bouge en défense. Même un mamie tétraplégique aurait fait mieux à l'époque. Et là, il est partout ! Il défend (bon il se troue toujours un peu mais rien à voir), il trouve de belles passes, il met de jolis paniers en mouvement poste bas sur des rolls… Ce n'est plus le même ! On est passé d'une danseuse de samba à un virtuose de la séléçao. Espérons que ça dure voire qu'il progresse encore en défense mais je n'arrive pas à me dire qu'il a appris ça en 3 semaines avec Hervé… Donc il s'est quand même bien foutu de la gueule du monde tout le début de saison !

PERSPECTIVES

Orléans. Antépénultième de ProA. Les joueurs de Pierre VINCENT doivent prendre une pillule en règle. A défaut, on aimerait voir le CSP progresser sur sa défense et encaisser moins de 60-70pts tout en maintenant un gros rendement offensif. Autrement dit, ce serait bien de leur en mettre 20. On prépare les playoffs certes mais contre des seconds couteaux loin d'être capable de mettre l'intensité d'une équipe du top 5. Il faudra attendre l'ultime journée pour croiser le fer avec Nancy. D'ici là, défaite interdite contre des mal-classés qui n'ont plus rien à jouer. Faire respecter son rang, c'est aussi ça préparer les playoffs !

  • Autour du match
  • Commentaires (26)