Playoffs 2019

FINALE !

Illustration

Strasbourg sera notre adversaire pour cette finale en 5 manches. Que penser de cette nouvelle formule ? Déjà le CSP n'aura pas l'avantage du terrain, c'est un point important tellement Beaublanc peut être décisif. Est ce que le Rhénus aura autant d'impact ? Samedi il faudra être fort, sérieux et surtout solidaire pour contrer cette équipe qui joue très collectivement et qui possède un autre banc que celui de Dijon. On ne pourra pas compter sur l'usure physique des joueurs, les stratégies qui ont fonctionné contre les Dijonnais ne marcheront pas obligatoirement contre les Alsaciens.... Présentation.

Le premier match pour se mettre dans la bonne direction

Strasbourg aura certes 1 jour de moins de récupération, mais sur cette série ils n'ont presque pas fait de déplacement. Nancy étant à 1h de route, ils ont évité la fatigue du bus.
De son côté, pour éviter les 8h de bus, le club limougeaud a eu la bonne idée d'organiser le voyage en avion (voir ici).

Revenir d'Alsace avec une victoire, surtout sur le premier match, serait parfait. La SIG n'est pas habituée à perdre chez elle et surtout Limoges récupèrerait l'avantage du terrain. Le passing game de l'équipe de Collet est l'un des plus évolué de la ProA, c'est la patte de ce grand coach. Il aime que ses joueurs bougent, coupent, et surtout fassent la passe de plus pour trouver le coéquipier qui est démarqué. En cette fin de saison, les extra-passes sont même volleyées tant les joueurs savent où sont leurs partenaires.

Le contexte

La première confrontation cette saison a été dominée par Strasbourg (victoire 92 à 70 en Alsace), Ajinca avait été dominant ainsi que Campbell et un grand Antoine Diot (MVP français cette saison). Il reviendra de blessure (entorse de la cheville) donc avec le couteau entre les dents et une grosse envie d'aider son équipe.
La revanche à Limoges se termina sur une petite victoire de 4pts (80 à 76) avec un Acker des grands soirs, mais surtout un Diot pas du tout dans le coup. Et ce sera certainement un point important sur cette série, contenir le MVP Français le plus possible pour qu'il ne prenne pas feu au tir et qu'il ne fasse pas jouer ses coéquipiers.

L'adversaire


Les meneurs

Antoine Diot est sur une autre planète cette saison, il est à 11pts, 3rb et 5,3pds par match. Le bressan a la capacité d'être clutch c'est à dire soit de prendre le score à son compte, soit de faire jouer les autres et les mettre dans un fauteuil pour marquer des paniers faciles. Il sait aussi défendre, il aime faire des grosses fautes pour ne pas donner de paniers faciles à son adversaire. S'il est remis à 100% de sa blessure, il sera le baromètre de son équipe. Son jeu est complet ce qui lui permet de glisser au poste 2 pour envoyer avec succès des banderilles longues distances. LE mieux serait peut-être qu'il soit là mais pas à 100%.

Louis Campbell est le meneur titulaire, il peut percuter avec son dribble efficace, il peut mettre de loin avec réussite. Il est surtout un excellent défenseur et avec son expérience il drive son équipe de main de maître. Le petit bémol c'est qu'il a beaucoup joué sur la demi-finale avec l'absence d'Antoine. Peut être un peu plus fatigué que les autres.

Paul Lacombe a remplacé Antoine sur la demi-finale. Sa faculté à mener le jeu est moindre par rapport à ses qualités physiques qui lui permettent de percuter les défenses assez facilement et surtout il excelle dans les contre-attaques pour finir dans le cercle. Il peut aussi envoyer de loin (40% à 3pts). Son pêché mignon sont les fautes bêtes... à exploiter avec nos feu-follets !

Les extérieurs

Axel Toupane est LE défenseur de l'équipe. Quand il est bien sifflé, il peut arrêter n'importe qui. Mais parfois certains arbitres le trouvent trop dur et le pénalisent rapidement. Son jeu offensif est basé sur le tir longue distance et sur les finitions de contre attaque. Avec sa détente il participe aussi au rebond des 2 côtés du terrain.

Bootsy Thornton a un CV long comme le bras. Comme Acker, il a joué dans de très grands clubs européens (Barcelone, Sienne, Istanbul), il a la capacité de tirer de loin à une vitesse foudroyante et avec un pourcentage très correct. Il aime les shoots en sortie d'écran, les tirs en fin de possessions. Il sait défendre, gérer le ballon dans les moments chauds. Ce joueur est un peu le Acker alsacien avec plus d'expérience.

Jérémy Leloup a été repositionné au poste 4 pendant la saison quand Ricardo Greer est parti. Il revient dans ces playoffs à son poste de prédilection : le 3. Son gros point fort c'est le shoot longue distance, quand il commence à mettre dedans il peut faire tourner un match à lui tout seul (cf la dingueriez du match 4 contre Nancy). Il sait aussi très bien défendre (formé à l'école JL Borg), il peut le faire sur des poste 3 comme 4. C'est un peu le couteau suisse de Vincent Collet.

Les Intérieurs

David Andersen a lui aussi un CV bien rempli. Il a gagné l'Euroleague 3 fois, il est passé par Kinder Bologne, Virtus Bologne, Sienne, CSKA Moscou, Barcelonne mais aussi par la NBA (Houston Rockets, Toronto Raptors puis New Orleans Hornets). Que du lourd pour ce joueur. Ce n'est pas vraiment un intérieur comme on les connait. Son plus gros point fort c'est le shoot à 3pts. Il est capable de jouer dos au panier mais si son adversaire est lourd et bon défenseur il peut vite le faire sortir de la raquette. Il pose de bons écrans pour les shooteurs et participe au rebond des 2 côtés du terrain. On frémit déjà pour Pétro et Zerbo !

O.D. Anosike est juste arrivé pour remplacer Duport qui s'est gravement blessé au genou. Son jeu offensif est un peu dans le désordre. Il est surtout reconnu pour ses rebonds offensifs et défensifs, et ses dunks ravageurs. Jk devra le faire jouer pour lui faire provoquer des fautes car il ne maîtrise pas encore les subtilités de l'arbitrage LNB (arrêtez de rire svp !). Attention il est aussi un très bon contreur.

Tim Abromaitis est méconnaissable depuis le début des playoffs. Il a perdu son shoot extérieur (il est passé de 43% à 27%), la défense n'a jamais été son truc (il va bien s'amuser avec Pétro), il sert surtout de rotation pour faire souffler Andersen.

Le coach

Et si le Strasbourgeois le plus dangereux ne portait pas de short ? Vincent COLLET, tout le monde connait, coach champion d'Europe avec l'équipe de France, tout ce qu'il touche se transforme en or au Mans ou à l'ASVEL même bilan : 1 titre et 1 semaines des As pour chaque club. Il forme des joueurs prometteurs (Batum Diot Leloup pour ne citer qu'eux) et surtout c'est un véritable disque dur !
Cet homme est un malade mental capable d'enregistrer mentalement un match en direct. Il mémorise tout et sait exploiter les failles de ses adversaires aussi bien que les hauts et les bas de ses ouailles. Il connait Pétro sur le bout des doigts, l'ayant pas mal aidé à progresser cette été... oui mais voilà, il sait également très bien où sont ses limites ! Il a présélectionné NBC et Moerman dans les 24 en EdF ce qui veut dire qu'il les a scoutés de près et qu'il connait leur jeu. Tous les coaches scrutent leurs adversaires... Collet les dissèque ! En espérant que nous ne lui donneront pas ce plaisir.

Dernières confrontations

Limoges 80-76 Strasbourg (ProA, 2014)
Strasbourg 92 - 70 Limoges (ProA, 2013)
Strasbourg 71 - 77 Limoges (ProA, 2013)
Limoges 62-70 Strasbourg (2012, ProA)
Strasbourg 95-80 Limoges (2011, ProA)
Limoges 61-66 Strasbourg (2010, ProA)
Limoges 94-101 Strasbourg (2004, ProA)
Strasbourg 80-66 Limoges (2003, ProA)
Limoges 64-92 Strasbourg(2003, ProA)
Strasbourg 82-68 Limoges (2003, ProA)
Strasbourg 105-85 Limoges (2002, ProA)

Analyse

Vincent Collet a perdu une finale la saison dernière contre Nanterre, il en aura certainement retenu des enseignements sur la façon de préparer son équipe. Il a l'avantage du terrain, le retour d'Antoine Diot lui permettra d'avoir une rotation de plus sur les postes 1 et 2. Mais il a aussi des doutes sur la capacité de son équipe à résister quand la défense adverse est dure et collective. Il dépend beaucoup de la réussite extérieure de ses ailiers parce que dans la peinture il ne pèse pas beaucoup offensivement.

Limoges a l'avantage à l'intérieur. JK, Adrien (même un peu diminué) et le "nouveau" Zerbo devront appuyer là ou ça fait mal. Si on arrive à sortir Andersen et Anosike du match, ce ne sera qu'un plus pour engranger des points faciles dans la raquette. Il faudra aussi être adroit de loin, Collet est assez malin pour avoir dans son magasin une défense de zone bien sentie.

Comme l'a dit Fred Forte, on n'a rien gagné, c'est bien d'être en finale du championnat de France après la saison dernière mais une finale ça ne se joue pas ça se gagne.

Alors pour avoir l'honneur d'écrire encore une ligne au palmarès du CSP limoges, il faudra s'imposer au moins une fois à Strasbourg et ce serait bien de le faire dès samedi pour mettre la pression sur les Alsaciens (blonde de préférence, la pression !).

Illustration

  • Autour du match
  • Commentaires (36)