Playoffs 2019

Courte victoire à St Chamond 70-65

Illustration

Dans un match encore une fois qualifiable de brouillon, Limoges toujours aussi maladroit de loin s'est toutefois imposé comme lundi de 5 petits points face à une formation de ProB plutôt "grande" et bien en jambes. Une nouvelle fois, la défense parfois naïve surprend mais limite l'adversaire à 65pts. Analyse.

Un piège évité

On l'avait dit ce match serait un piège : les ProB ont fait chuter pas mal de ProA dans ces deux premiers tours de coupe. A cela il faut trouver la simple raison que du fait des calendriers relativement précoces de la Leader's Cup ProB les équipes de l'antichambre reprennent plus tôt et sont à un stade plus avancé tant sur le plan collectif que physique. Ajoutez à cela le fait que les équipes de ProA -fortement renouvelées cette année- se cherchent encore un peu (et plus spécialement Limoges qui -comme à son habitude- a bouclé son recrutement très tardivement) et vous comprendrez que les "upsets" sont nombreux cette saison.

St Chamond plus limité mais mieux organisé

St Chamond a crânement joué sa chance, surfant sur une nouvelle débâcle limougeaude à 3pts (0/10 en 1ère mi-temps... soit 0/22 en deux 1eres mi-temps cumulées) se permettant même de mener à la pause d'une petite unité. Avec une hiérarchie clairement établie et des Walker et Davis leaders au scoring (respectivement 14 et 18pts à 4/7 à 3pts) l'équipe de la Loire a résisté à l'impact physique du CSP. La défense a une nouvelle fois montré son manque de rigueur au grand désarroi de Dule qui attend plus de son groupe dans ce domaine.

Les performances notables

Le symbole de cette "désorganisation généreuse" est CJ Fair qui statistiquement rend une copie décente (14pts 6rbds 3pds) mais avec seulement 11 d'éval signe d'autres lacunes dans son jeu. Entre balles perdues, fautes commises et faible pourcentage (33% à 2pts), le rookie a encore beaucoup à apprendre et ne doit pas se contenter de ce qu'il réussit déjà.

Buford a joué en patron et, je le répète, est LA bonne surprise de ce recrutement sans paillettes. 20pts 6rbds pour 17 d'éval (la faute à un vilain 0/4 de loin) l'américain s'impose (pour l'instant) comme le joueur clutch qui peut porter l'équipe dans les moments de flottement.

On a beaucoup parlé du secteur intérieur sur la présaison et du fait que les seuls Camara et Zerbo seraient un peu "justes" pour tenir la saison, la confirmation de nos suggestions semble se dessiner : la solution viendra des ailes. Avec un Fair léger et naïf et un Scott au large ce sont Wojcie et sa détente ainsi que Prepelic et sa science du placement qui prennent leur part de rebonds (7 et 6 hier soir soit quasiment 30% de l'équipe). Ce sont les bonnes surprises de ces premières rencontres avec la montée en puissance de Camara qui passe de simple guerrier déterminé à leader titulaire qui fait le sale boulot.

A la mène Hammonds ne fut que symboliquement présent tant il était perdu sur le parquet et Woods doit continuer sa cure weight watchers pour peser un peu moins sur la balance et un peu plus dans le jeu (les % décevants de loin sont souvent synonymes d'un léger surpoids juste assez perfide pour dérégler de très peu une belle mécanique de tir... 0/3 ce soir).

Du souci à se faire ?

Avec des joueurs utilisés plus de 30min pour un tour de coupe contre une ProB, oui clairement, il y a de quoi s'inquiéter. Même si Limoges n'a pas paniqué et a attendu que son adversaire qui jouait en sur-régime finisse par se fatiguer, on aimerait que ce CSP soit capable d'asseoir un peu plus sereinement une petite domination. Le même match en faisant la course en tête de 4-5pts au lieu de courir après le score nous semblerait plus serein. Vous me direz que cela correspond à un ou deux paniers à 3pts qui rentrent au lieu de faire le tour du cercle... et vous aurez raison, mais qu'ils les mettent alors ! On a bien compris que cette équipe ne serait pas bling-bling mais elle n'est pas non plus tenue de jouer le hold up à chaque sortie.

La suite ?

La suite c'est Nancy, qui fait les gros titres en ce moment du fait de la démission de notre ami la pleureuse Christian FRA, désormais ex-président du SLUC. Vexé de la non-reconduction de son copain Monschau au coaching, remplacé par Weisz avec qui le courant ne passait pas, M. Fra a décidé de raccrocher ses baskets et son crâne lustré. Côté terrain, Nancy ne vendra pas du rêve mais aura largement les moyens de faire trébucher ce CSP encore trop hésitant. Au boulot !

  • Autour du match
  • Commentaires (14)