Playoffs 2019

Coupe de France : CSP 86 - BBD 74

Illustration

Le CSP entame sa saison comme il a terminé la précédente, par une victoire. S'il est impossible de tirer des enseignements de ce match vu les absences des 2 côtés, on retiendra seulement que le CSP n'est pas tombé dans le piège du BBD et continue son parcours dans cette coupe de France.

3 mois et 2 jours, c'est la durée d'attente entre le dernier match officiel et le titre acquis contre la SIG et ce premier match de coupe contre Boulazac. Un match situé en plein milieu de la préparation du CSP, bref, un coup de génie des organisateurs de cette coupe (sachant que Boulazac a déjà passé un 1er tour).

Préliminaires

Alors on ne va pas fantasmer, ce n'est pas le match qui fait rêver supporters et joueurs.
Et avec les soucis connus par la préparation limougeaude, ce match avait tout d'un match piège. Les soucis, vous les connaissez ? Non ? Alors on vous les rappelle :
- Quelques soucis de comportement de certains joueurs réglés la semaine dernière (provisoirement ou définitivement, l'avenir le dira même si coach Hervé annonçait du mieux en Sardaigne)
- La blessure de Culpepper samedi dernier qui prive le CSP de sa principale menace extérieure et en attente d'un remplaçant combo 2/1.
- Les performances en demi teinte de Gatens
- L'arlésienne de la recrue du poste 4 (4/5 ou 3/4... enfin on est juste sûr que c'est pas un meneur)

Bref, ajoutez à ça la préparation difficile, le retour de Sardaigne ce week end après 2 matchs contre des équipes "Euroligue" et donc une motivation pas à son sommet, et vous avez tous les ingrédients d'un mauvais scénario envisageable.

1ère mi temps

Si on devait résumer la première mi temps des joueurs du CSP ce serait par ces mots : ....................... !
Ben oui, le vide, le néant, des joueurs absents, le tout face à un adversaire mort de faim.
Le vide également sur l'adresse à 3 points avec un magnifique 0 sur 6 contre une équipe de proB.
Le CSP n'a jamais dépassé les 35% sur un match amical (et même rarement 30%).
Et on sait que le shoot à 3 points est indispensable dans le basket moderne. Je vous rappelle les snipers de Nanterre, il y a 3 ans, nos snipers il y a 2 ans (Reynolds, Acker, Green), ceux de la saison dernière (Smith, Jeter, NBC, Moerman...). Pour l'instant, en 2015/16 : le néant complet. Gatens est à la rue, Culpepper est blessé, le 4 shooteur est un fantôme, bref... il n'y a rien... même contre une ProB.
Autant vous dire que le match des Champions contre Strasbourg et son coach de génie Collet s'annonce compliqué (il a devant lui une semaine pour comprendre qu'il doit mettre en place une zone).

Allez, on zappe cette 1ère mi temps qui s'achève sur le score de 40 à 34 pour le BBD contre un CSP dépassé.

2ème mi temps

Après une probable remontée de bretelles, le CSP, par l'intermédiaire d'un très bon passage de Traoré, revient sur son hôte, le dépasse puis le lâche pour prendre 10 points d'écart rapidement (31 à 13 sur ce 3ème quart temps).
Étant donné son déficit d'adresse extérieure, le CSP joue dessous sur sa force physique, ses rotations intérieures et la taille de ses extérieurs. Et Boulazac rompt tout doucement. Le CSP écrase le BBD au rebond (+20, 43 à 23) et on sent bien la différence physique entre une équipe ProA construite pour l'Euroligue et une équipe de ProB. Le 4ème quart temps est un calvaire pour les périgourdins qui boivent la tasse. Ils s'inclinent finalement de 12 points après 3 minutes de garbage time.

Et maintenant ?

Avant de parler de "Et maintenant", il faut revenir sur le fait du match.
Il se situe à la 32ème minute de jeu. Quelque chose de très rare dans ces matchs de présaison. Le CSP, par l'intermédiaire de Payne, a marqué à 3 points (oui oui, à 3 points, c'est à dire à plus de 6m75 !) ce qui permet au CSP de finir à 1 sur 14, soit... 7% !!

Maintenant, il est urgent de continuer à bien se préparer.
Mais l'idéal serait de se préparer au complet et donc de vite recruter ce combo qui devra être un fort shooteur à 3 points, et pourquoi pas prendre la place de Gatens au retour de Culpepper.
On attend également le dernier joueur souhaité par Philippe Hervé (non, parce que le Top 16 c'est bien comme objectif, mais si le coach découvre les joueurs 1 semaine avant, ça devient encore plus compliqué).

Ce match permet quand même de voir que physiquement, le CSP tiendra la route contre des équipes de ProA. Pour l'Euroligue, ce sera juste sans les recrues et avec une adresse comme celle des matchs de présaison (1/14 ce soir), il sera impossible de gagner un match dans cette compétition.

Donc le travail doit continuer et les recrues vite arriver pour que tout soit en place début octobre.

Place désormais samedi au tournoi de l'AppartCity Cup à Nantes, avant le match des champions lundi prochain.

Allez, ça n'engage que moi mais je vous annonce une défaite du CSP samedi contre le Mans.
Tout simplement parce que si le CSP gagne, il devrait rejouer 48h avant le match des champions qui a lieu lundi à Lyon... peu probable !

  • Autour du match
  • Commentaires (35)