Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

Comme un hamster dans sa roue...

Illustration

Oh St Pierre que ce CSP est prévisible... ultra-dépendant de l'adresse à trois points et systématiquement ciblé à l'intérieur où il prend le tarif à chaque fois, Limoges est condamné à courir après le score... et il court... il court... à en perdre son souffle et si les cadres trouvent les ressources de nous redonner un peu d'espoir... on ne peut pas construire en espérant l'exploit permanent. Ce soir, le réalisme fut choletais, il fut mérité car toujours devant et la réalité est que l'on s'enfonce au classement... Analyse.

Sako ...mmence mal !

Dès les premières secondes de la rencontre, les choletais ont un message très clair pour le secteur intérieur limougeaud : "on va vous faire la misère" et ce n'est pas le premier Alley Hoop de Sako qui va entretenir une lueur d'espoir du côté vert. Le ballon descend systématiquement sur le néo-bleu qui s'en donne à coeur joie avec sa détente et ses feintes qui lui permettent de se replacer systématiquement face au cercle. Chassang puis Udanoh n'y feront rien... l'intérieur choletais se régale. A l'arrière les autres talents locaux Goudou-Sinha et Ayayi décochent des flèches pendant que les cerclistes bégaient leur basket ne trouvant pas plus d'adresse que d'inspiration en jeu rapide. Fin de période, déjà -7 et ce n'est pas volé 20-13 pour les pensionnaires de la Meilleraie en ébullition à grands coups de banda et sono pouet-pouet !

Le CSP se reprend un peu en seconde période, sous l'impulsion des patrons, les Nico : Nico Lang et Nikolic. Dans des registres différents, les quasi-homophones stabilisent enfin la situation d'un CSP toujours aussi inconsistant. Comme à son habitude, Appleby alterne le bon et le moins bon, pendant que McGusty parvient à marquer au termes d'actions dans lesquelles on ne voulait pas le voir s'engager... certains appellent ça du talent, moi du streetball. Les locaux qui ont libéré leur meilleur marqueur pour s'offrir les services de Nick Johnson s'appuient à fond sur le nouvel arrivant qui ne déçoit pas. Si son prédécesseur réputé ingérable avait du mal avec le collectif, Johnson est un soldat aux fondamentaux solides. Il multiplie les tirs propres, gainés et sanctionne chaque retard de la défense limougeaude. Mi-temps -8, 36-27 les deux équipes s'étant neutralisé pendant ce quart-temps.

Cata... remontada et flop

Tout est dans le titre ! Au retour des vestiaires, le CSP reprend l'eau d'entrée par Hruban et De Sousa... à ce moment là on craint le pire. Le CSP commence à flirter avec le -20 et on se dit que si Cholet maintient la pression on ne reverra pas le jour. Heureusement, si CB a du crédit, il n'est pas illimité et l'attaque des mauges faiblit enfin. Dans le même temps, le CSP retrouve un peu d'adresse (même Ugolin a droit à quelques minutes...) et entame une petite remontada à cheval que le QT3 et le QT4. 56-53 à l'entame de la dernière période l'espoir est revenu sur le banc limougeaud qui gagne enfin un QT et surtout qui score 26pts soit pratiquement autant que toute la première mi-temps.

Malheureusement, malgré tous les efforts du monde et un tir clutch de Nico Lang en transition à quelques secondes de la fin qui ramène le CSP à 1 point avec 2LF à suivre pour Johnson et 12 secondes à jouer... prenons un moment pour savourer à quel point ce joueur nous aura fait lever de nos chaises... quand on sait que la direction actuelle envisage de s'en débarrasser au sein d'une nouvelle purge parce qu'il a un cerveau et un avis... quel gâchis à venir encore une fois ! Johnson rate un lancer, temps mort et fort logiquement Dupraz demande la remise en zone avant. dans un bazar indescriptible la gonfle échoue dans les mains de Nico Lang le héros, short corner côté droit... la balle s'envole... et blong ! Raté caramba ! Sur le rebond les cerclistes commettent une dernière faute qui permettra à Cholet de sceller le score 71-67.

Que dire ?

Que cette équipe a du coeur ? OUI ! Qu'elle est coachée magistralement et utilise au mieux ses ressources ? NON. Qu'elle prendra encore quelques matches dans des soirs d'adresse ? OUI ? Que la fin de saison risque de tourner au calvaire ?... Après les Mets qu'il FAUDRA battre la semaine prochaine, on enchaînera PARIS (qui est en pleine bourre après son 1er trophée à la Leaders Cup), CHALON (qui ne nous réussit pas, ST QUENTIN (qui va bien mieux), le BCM (qui revient de l'enfer depuis que sa salle s'est consumée le soir de Noël et qui est sur nos talons au classement) puis NANCY qui sera revanchard. La bonne nouvelle dans cette suite de rencontres prenables c'est que 5 sur 6 seront à domicile. Si le CSP ne fait pas un 3/6 il ne faudra pas parler de maintien car nous ne le mériterons pas.

Iceberg en vue

Encore une fois, n'en déplaisent à ceux qui ne se préoccupent QUE du sportif, les vraies échéances pour le club se joueront devant la DNCCG qui devra apprécier (avec un degré de méfiance dont on n'a pas idée) les chiffres de l'exercice en cours qui d'après nos informations ne sont pas bons du tout. Ajoutez à ce marasme le fait qu'au sein même de la direction les avis divergent (et ça fait beaucoup !) on ne se demande pratiquement plus SI on va couler, mais QUAND on va couler ! A ce moment là, ceux que ces enjeux ennuient joueront les surpris "MAIS COMMENT EST-CE POSSIBLE ? MAIS ???!!!! ON NE NOUS AVAIT RIEN DIT !!!... IL AVAIT L'AIR TELLEMENT GENTIL LE MONSIEUR AVEC SA POCHETTE..."

  • Autour du match
  • Commentaires (27)