Présaison CSP 2018/19

Un match aux petits ognons ?

Illustration
Retour à la ProA : Paris-Levallois est bien l'équipe qui correspond parfaitement au CSP Limoges pour se refaire la cerise après la petite défaite en Allemagne. Managé par un palois novice dans le coaching de haut niveau, le PL n'y arrive pas depuis sa titularisation. Le Roi Rigaudeau a jeté l'éponge quand il a compris que ses joueurs n'étaient pas là pour mouiller le maillot... une problématique bien connue sur laquelle il va falloir compter pour continuer la remontée vers le top8. Présentation.

Notre adversaire :

Paris est à 5 victoires pour 13 défaites. Leurs seuls faits d'arme sont d'avoir gagné contre Nanterre et Chalon/Saône mais c'était en début de saison. Avec 8 joueurs pros valides, le PL se présente en victime idéale.

Les meneurs :

Chris Jones arrive du championnat Allemand où il était une valeur sur. Certes il est jeune, mais pas inexpérimenté. Son jeu est basé sur la fixation-passe, le jeu en transition et parfois il rentre un shoot extérieur. La tactique de passer sous les écrans en tête de raquette pourrait fonctionner contre lui. Le duel avec Bo va être de toute beauté.

Jahmar Young est plus un poste 2 mais il dépanne aussi au poste 1. Lui est un shooteur longue distance référencé, il est grand (1m96), ce qui lui permet de finir au cercle très facilement.

Les extérieurs :

Jason Rich revient de blessure, mais cela ne l'empêche pas malgré une grosse défaite à Pau de sortir un match à 15pts et 4 rbds (mais seulement 12 d'évaluation ce qui montre du déchet). Certes il devait être en manque de ballon, mais ce joueur pue le basket. Il a fait une grosse saison à Chalon/Saône en 2105, et il est sur les mêmes stats cette saison. L'arme principale de Paris sans aucun doute s'il retrouve des sensations.

Maleye Ndoye est une éternelle révélation. On sait tous que l'international sénégalais est capable de mettre dedans de loin, de défendre fort et de finir les contres-attaques. Mais on sait aussi qu'il peut faire des fautes rapidement ce qui le sort du match et après c'est souvent du grand n'importe quoi.

Giovan Oniangue est un 3 mais peut jouer 4. Ce pur produit Parisien est capable de défendre très très fort, prendre de gros rebonds et de prendre des shoots de partout. Reste qu'il n'a pas le talent des très grands joueurs sinon avec le physique qu'il a il serait en NBA.

Les intérieurs :

Kevin Langford le transfuge du PAOK aura fait pschit à Paris puisqu'il a été transféré à Anvers le 19 janvier.

Louis Labeyrie est un potentiel NBA sans aucun doute. Le problème est qu'il joue à Paris dans une équipe qui ne sait pas jouer avec ses qualités. Il a rayonné au All Star Game. Donnez lui un ballon près du cercle et il vous le claquera dedans sans aucun problème. J'adore ce joueur parce qu'il ne se pose pas de questions quand il joue. Il est là pour faire mal au cercle (le lay up n'est pas dans son vocabulaire) ce qui lui permet d'avoir des pourcentages très élevés. Encore une chance qu'il ne dispose pas d'un bon passeur dans son équipe, sinon notre faible niveau à l'intérieur serait détruit en quelques minutes.

Jordan Morgan arrive de Nantes (Pro B). Il remplace Eric Dawson touché aux adducteurs. Curieux recrutement que ce joueur qui ne casse pas tout en ProB. Certes c'est un expert du rebond, mais à part çà, il ne va pas révolutionner l'équipe et le jeu de Paris et ne va pas non plus augmenter la moyenne de taille des pivots de ProA (2m03).

Vincent Poirier est un poste 5 de 2m10. Il est de la génération 93, donc il lui reste à apprendre énormément de chose pour devenir un fort joueur de ProA. Il n'est pas suivi par les scouts NBA ce qui veut dire que malgré sa taille, les américains n'y croient pas. Il joue peu, perd peu de ballon. Il est surtout là pour faire souffler les titulaires.

Sane Landing est un 4 (malgré ses 2m07) fidèle au PL depuis 2013. 15 petites minutes de moyenne, un écot sobre de 5,7pts et 3,5 rbds : le profil type du joueur de complément dans une équipe où les responsabilités sont confiées aux américains. Pas dégueu à 3pts (dans les 30%) il pourrait sans doute apporter plus mais ne débute que rarement les matches et reste parfois scotché au banc sans raison apparente.

L'analyse :

Si on regarde les résultats et les effectifs, il ne devrait pas y avoir photo. Au match aller, Limoges avait dominé les Parisiens 84 à 62 avec un magnifique 0/15 à 3pts du PL. Ce qui ne devrait pas arriver 2 fois, alors méfiance.
Pour motiver nos joueurs pour cette rencontre, au cas où ils se sentent un peu fatigués, rappelons qu'il est inconcevable de perdre contre un Palois. Encore plus contre Fauthoux. L'ennemi public numéro UN à Limoges !
Une équipe qui est dans le doute, avec un coach inexpérimenté et en plus un collectif qui est loin d'être optimal, ce ne sont pas des conditions acceptables pour perdre un match.
Après plusieurs rencontres assez bien maîtrisées, Limoges doit accélérer pour confirmer sa remontée au classement. Nous avons assez perdu de temps depuis le début de saison et pour finir la saison régulière à une place honorable, il ne faut plus perdre de match ou presque pour avoir une chance de terminer dans les 4 premiers. Face aux 8 joueurs du PL, la même tactique de patience qu'à Bourg pourrait s'appliquer en prévision du match capital contre le PAOK mais Dule pourrait aussi choisir de taper du poing sur la table en championnat histoire de marquer les esprits et de remettre ses joueurs dans une grosse dynamique qui leur va beaucoup mieux que la "gestion" de l'effort.

  • Autour du match
  • Commentaires (13)