Présaison CSP 2018/19

Roberson tue le game !

Illustration

Pour lancer cette saison "domestique", Limoges se déplaçait chez l'ogre annoncé du championnat : l'ASVEL. Les hommes de TP alignent un effectif impressionnant et seule la hiérarchie interne pourra poser question par rapport aux tickets-shoot. Le CSP est ambitieux lui aussi mais a déjà montré quelques carences au rebond. Mais peut-être vallait-il mieux affronter la maison verte tant que le collectif n'était pas tout à fait en place sauf que Roberson était déjà en jambes lui ! Analyse

QT1 : Un départ canon 11-18

On retiendra que c'est par un 10-0 que le CSP aura lancé sa saison profitant du manque de réussite mais aussi d'organisation offensive des rhodaniens. Zerbo a imposé ses épaules au rebond off et Hayes a fait parler la poudre. Pas mal de ratés de part et d'autre mais un départ satisfaisant pour Limoges en l'absence de Slaughter touché à une cuisse (béquille) et avec un Nouah responsabilisé beaucoup plus que prévu mais qui passe à travers son QT1

QT2 : 30-25 l'ASVEL domine le duel de région

Illustration

Si David COZETTE et Stephen BRUN (qui n'a pas dû revoir toutes ses prestations en DVD) ont lancé un concours de vannes sur la médiocrité de ce QT2, il faut avouer que c'est à raison. CSP et ASVEL ont enchaîné pertes de balles, layups ratés et autres passes dans le mur. Dans la bataille de laideur l'ASVEL a pensé à mettre des points et à reprendre 5pts d'avance à la pause.

QT3 : ça va mieux 54-53

Les deux équipes se sont réveillées et ça joue enfin au basket à Villeurbanne ! William HOWARD a pris les choses en main (18pts) et a ramené le CSP avec de gros shoots bien secondé par Axel BOUTEILLE, Mam JAITEH et Danny GIBSON en fin de quart-temps. Allez encore 10 minutes et pourquoi pas une surprise ?! Notons côté villeurbannais le très bon QT d'Amine NOUAH qui met des paniers (tiens on a des trous au poste 4 quand Conklin joue 5 ?).

QT4 : Roberson clutch

Malgré un grand nombre d'erreurs ou d'absences défensives et un pourcentage aux tirs très perfectible, Limoges revient dans la roue de l'ASVEL par les paniers opportuns de Bouteille et la hargne Hayes. Malheureusement des ballons cruciaux sont gaspillés et lorsque le money-time sent vraiment la poudre, c'est là que les loups sortent du bois : John ROBERSON crucifie le CSP à 4 secondes du terme alors que les deux formations étaient dos à dos grâce à Jaiteh... 3pts. Temps-mort, le CSP est condamné à l'exploit pour simplement obtenir la prolongation. Le système mis en place par François PERONNET (saluons la bonne répartition des tâches au sein du staff avec un coach qui sait s'effacer quand il a confié une mission à son assistant... c'est très pro !) n'y fera rien, English ne se démarque pas et c'est Hayes qui envoie en vain une patate chaude. Limoges s'incline de 3 points après un match très inégal mais n'a pas à rougir de sa prestation. Certes on aurait pu le prendre mais on avait aussi surtout moyen d'en prendre une belle... l'un dans l'autre, c'est acceptable... la même chose contre Bourg ou Antibes non !

On a aimé

Dans la droite ligne de la prépa, pas beaucoup d'enseignements définitifs dans la mesure ou le CSP (ainsi que son hôte soyons honnêtes) n'est pas encore au point. Néanmoins :
- la domination des JFL Howard (18), Bouteille (16) et Jaiteh (8) n'ont pas seulement mis des points, ils ont été les patrons et ont pris les gros shoots... comme de vrais US !
- les US qui se mettent au service du collectif Pas spécialement considérés comme des messies et avec des JFL qui ont la main chaude, English, Hayes, Gibson et Conklin ont su faire jouer leurs partenaires et faire le sale boulot.
- Le leadership de Conklin Sans être décisif sur le parquet, le capitaine a confirmé qu'il était le patron de l'équipe. Vocal, justicier, motivant... il remplit ce rôle à merveille mais... (à suivre)
- L'état d'esprit On ne se lasse pas de le répéter mais que ça fait du bien de ne pas assister à un lamentable spectacle de danseuses capricieuses entourés de coéquipiers navrés. Certes ce n'est pas la panacée mais ça compte !
- Roberson Rien à dire, rien à faire, gros joueur + gros shoot = moment clutch et il a beau avoir le mauvais maillot, c'est beau le basket comme ça !

On n'a pas aimé

- Carter 0pt (ça ce n'est pas grave) en 21min, mais surtout une activité défensive plus que suspecte, on est réellement en droit de se demander à quoi il a servi ce soir. Encore une fois ce grand 3 n'a pas les qualités d'un 4 et quand l'adresse n'est pas là... et bien le bon Josh nous inquiète...
- La bouillie du QT2 Rater des paniers ça arrive mais passer 10 minutes à se dribbler sur les pieds, faire des passes avec les genoux, rater tous les timings ou manger la tranche en petit corner... ça fait beaucoup pour des pros. Ce genre de passage à vide ne pardonnera pas contre des équipes qui n'auront pas la politesse de l'ASVEL qui s'est abaissé au même niveau.
- La défense d'English Le meneur nous avait habitué à bien mieux et force est de constater que des arrières de talent (Roberson & Lighty) ont eu un paquet de shoots ouverts et bien pépères ! Come on AJ !!!
- La non utilisation de Zerbo en 2e mi-temps Non Fréjus n'est pas une terreur des raquettes mais il a fait un bon boulot au QT1 avec une belle moisson de rebonds (6rbds en 9min 11 d'éval). Quand on voit ce qu'a produit Carter et que Conklin en 5 en est parfois arrivé à perdre sa lucidité autant sortir le premier et remettre le second à son vrai poste.
- Roberson Il nous emmerde quand même ce lutin ! La bonne nouvelle c'est que s'il n'avait pas pris ce shoot c'est probablement Lighty qui nous l'aurait mis sur la courge... c'est ça la meilleure ligne arrière de ProA... et malgré tout on n'a pas eu à rougir sur l'ensemble du match.

La suite

L'ASVEL enchaîne dès mardi à Boulazac (et risque donc d'enchaîner) alors que Limoges va affronter un Chalon méga-revanchard après sa branlée (y'a pas d'autre mot !) reçue à domicile face à Pau (62-82 ça pique !). Coach Choulet aura passé le début de semaine en mode Bootcamp et les bourguignons risquent d'arriver le couteau entre les dents à Beaublanc. D'un autre côté ils auront une sacrée pression alors que les limougeauds seront poussés par un public sevré depuis bien trop longtemps de compétitions officielles. Nul doute que les vidéos des premiers matches auront tourné et que coach Milling saura appuyer au même endroit que Serge Crèvecoeur le coach gland béarnais. Une semaine donc pour sonner les cloches des meneurs limougeauds qui devront montrer autre chose et pour se remettre en mode #ChasingChampionships !

  • Autour du match
  • Commentaires (25)