Présaison CSP 2018/19

Limoges en finale

Illustration

Au terme d'un match très disputé comme on pouvait s'y attendre, les couguars ont chèrement vendu leur peau 82-77 mais n'ont pas pu empêcher le CSP de retrouver son adversaire de l'an dernier pour un remake de la finale 2014. Dans le sillage d'un Moerman une nouvelle fois énorme, les limougeauds n'ont toutefois pas explosé ce Nancy si diminué. Analyse .

Beau mais à relativiser

Pour tout vous dire, ce soir, je suis mitigé.
D'un côté, j'ai envie de vous dire qu'on est en finale de pro A pour la seconde année consécutive après un 5-0 en playoffs. Quand on voit où on était il y a 10 ans, on se dit que c'est quand même très très fort et que ca doit rester un évènement pour toute la ville et tout le club. Rien que pour ça, respect, c'est énorme ... grand et beau !
Par contre, j'ai aussi envie de dire qu'à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Nancy était extrêmement diminué et on sentait que Nancy était à la limite de la rupture physique à chaque instant. Pas de pitié non car les blessures font partie du sport. Mais on peut le dire maintenant, la question de cette demie finale était juste : quand va-t-on se qualifier : ce soir, dimanche ou lors du match 5 ? Et dans tous les cas, on n'a encore rien gagné cette saison. Il reste 3 matchs à gagner

Le match

- Que dire de ce match, déjà que Philippe Hervé a proposé un nouveau 5 majeur avec Plaisted dans le 5 majeur notamment. Avec Jeter et Smith dans le 5 et une zone proposée par les nancéens, le ball trap pouvait commencer avec plus ou moins de réussite. Et quand Boungo Colo, Moerman et Westermann arrivaient sur le terrain, c'était Bigotte, Souchu et Reid ... juste pas pareil.
- Dans le 2nd quart, on a pu voir qui était Nobel : capable de coup d'éclat avec notamment une claquette dunk monstrueuse, laissant notre ami Béral admiratif juste derrière le banc nancéen en compagnie du président du SLUC et sans place à coté pour Forte (oups, je ne voulais pas le dire, mais tant pis c'est fait).
Et puis on a vu aussi le mauvais Nobel partant en vrille en attaque. L
Et c'est l'écart qui augmente doucement pour atteindre les + 7 pour le CSP à la mi temps (40 à 33).
- On vous fait rapide la fin, le CSP prend le large et Philippe Hervé décide de faire des tests avec des associations non vues dans les 2 premiers matchs. Entre ces tests et des limougeauds se relachant, l'écart passe de +13 à +2. C'est finalement un 5 small ball qui terminera le match et Jeter bouclera le résultat aux lancers.

On a aimé

- Moerman : On précise pourquoi ou pas ? Non pas la peine, on ne sait plus quoi dire
- Boungo Colo : Une activité énorme et des actions de très très haut niveau.
- Jeter : l'assurance tout risque aux lancers et tout et tout
- La défense du CSP par séquence. Ca permute beaucoup, ca joue dur, les prises à 2 sont efficaces. Il ne reste qu'à le faire 40mn
- L'attaque de zone qui a permis des tirs ouverts (après ca rentre ou pas)

On n'a pas aimé

- Boungo Colo et ses actions individuelles qui partent à l'abordage sans réflexion
- Les blessures de Nancy qui n'ont pas permis au CSP de bien s'étalonner avant la finale.
- Bon, là ce soir, vous ne le sentirez pas mais quand demain vous ne verrez pas de match à la TV, ni dimanche, ni lundi, ni mardi ... et bien vous vous direz qu'on aurait bien joué un match 4 quand même.

Et maintenant : seul contre tous

Oui, seul contre tous. Une ville, un club, un staff et des joueurs contre une ligue, un club et un sélectionneur. Alors ca peut paraitre calimero ou mauvais joueurs ou autre mais franchement, je m'en fous.
QUand on voit le vol de la finale de la Leaders Cup, quand on voit les actions plus que litigieuses qui ont fait craqué Le Portel en coupe de France, quand on voit l'amitié Béral-Collet et l'amour fou Béral-Forte, quand on voit qu'un journaliste fait d'Antoine Diot son MVP à tous les matchs et pour la saison, oui on se dit que Strasbourg doit gagner ce match (je ne parle pas de la petite antisportive sifflé sur Campbell hier alors que la disqualifiante aurait été presque méritée). Ca ce ne sont pas des ressentis mais ce sont des faits.

Maintenant, la réalité, ce sera sur le terrain. Que le meilleur gagne mais que ce soit vraiment le meilleur, sans coup de pouce sans rien. Une belle finale, du beau jeu, de la dureté sans aucune injustice et on aura un beau vainqueur ... en espérant que ce soit le CSP.

On se retrouve dans une semaine, une semaine de dur travail pour le CSP pour aller chercher un 2nd titre consécutif.

  • Autour du match
  • Commentaires (51)