Présaison CSP 2018/19

Les guerriers verts à 1 victoire du Graal !

Illustration

Le CSP l'a fait, Limoges a gagné l'épisode 3 sans Adrien Moerman mais avec 10 joueurs morts de faim. Le CSP mène 2 à 1 sur cette série et il faudra encore en gagner UN. Mais pour le moment, savourons quelques minutes cette victoire ! Retour sur ce match, pendant lequel le CSP a su gérer l'énorme tension sur le terrain.

Parce que sii la tension était palpable en ce jour de match, la magie de Beaublanc a unifié toute une ville, tout un stade plus de 30min avant le coup d'envoi avec des chants à faire vibrer le peuple vert, également devant les écrans. Et, après avoir scandé "Adrien", le match pouvait débuter dans la plus grosse ambiance de la saison. La chair de poule était de sortie mais les joueurs devaient avoir la tête de champion à la demande de leur coach et surtout se faire respecter.

Illustration

A noter que ce compte rendu sera interrompu par des "Bip bip" à la mode multiplex de Canal !
Dernière chose : à tous ceux qui avaient supposé que la fracture était sur une agression d'un strasbourgeois, il est utile de préciser que c'est lui qui se blesse en essayant de voler la balle dans les mains de Traoré.

QT 1 : Jeter, Smith, Boungou Colo, Camara, Batista

Moerman était donc remplacé par Camara dans le 5 majeur.
Et on vous le cache pas, la tension était à son maximum : 2min 30 sans aucun point avant que Strasbourg score le premier panier sur un premier rebond offensif (ce qui avait fait mal au CSP lors de l'épisode 2).

Et hop bip bip, 1ère erreur d'arbitrage avec une faute sifflée contre Camara à la place d'un passage en force du Strasbourgeois.

Et alors que Batista se faisait enfoncer, défoncer par Traore en défense (enfin utilisez ce que vous voulez mais, finalement coach Hervé n'est plus un magicien et on revoit la face obscure du Brésilien), c'est Boungou Colo, Jeter, Smith puis Westermann qui tenaient la baraque grâce à une grosse réussite à 3 points.

Bip bip, on nous informe aussi que les coups de coudes de Campbell sur les départs en dribble d'Amagou sont autorisés.

Et c'est finalement toute une équipe qui remet une énorme intensité (avec Gelabale et Zerbo qui a remplacé Batista) pour terminer avec 2 points d'avance.

QT 2 : Westerman – Amagou – Boungo Colo – Gelabale - Zerbo

Coté tension et pression on était toujours au maximum et c'est Trent Plaisted qui apparait sur le terrain pour la première fois de ces finales. Et pour son baptême, ce fut balle perdue puis rebond lâché en défense avant de faire un énorme contre mode NBA sur Traore qui allait poser son layup. Le quart temps était enfin lancé après 5min de jeu et un score de 25 à 16 pour le CSP et un shoot à 9m et 1s de la fin de la possession.

Bip bip, on nous annonce une grosse faute non sifflée sur Jamar Smith partant en layup. Et oui 25 à 19 c'était beaucoup trop d'écart. Donc, hop, on ne siffle pas la faute évidente pourtant vue par tout un public (et même par les commentateurs de Canal, sic !).

La fin de ce quart temps : un mix entre des grosses actions et une tension qui a fait déjouer parfois les 2 équipes et certains joueurs en particulier. On retiendra surtout un énorme buzzer-beater de Smith sur la tête d'un des meilleurs défenseurs de ProA, Toupane, pour clore la période.

Bilan : 36 à 27 et une ambiance, un truc de dingo !

QT 3 : Même 5 qu'en début de match


Bip bip, quand Campbell pique la balle des mains de Smith et la sort, on redonne la balle à Campbell.

Le CSP repart avec le même 5 et toujours les très mauvaises habitudes de début de QT3 : le CSP est incapable de trouver la mire avec 0 points en 4min. En face, heureusement pour nous, c'est guère mieux avec une réussite ou plutôt une maladresse terrible. Bilan : en 4min 30 de jeu, le score était de 2 à 0 pour la SIG avant que Boungou Colo ne libère le CSP comme en première mi temps.
Alors ceux qui se sont foutus des filles hier contre la Grèce en disant qu'elles ne marquaient rien peuvent donc baisser la tête (et non, moi je baisse pas la tête) !

Du coup, le jeu s'emballe, la réussite revient coté CSP, Gelabale assure au rebond, Westermann retrouve son adresse, Zerbo fait du vrai Zerbo, le public chante depuis 1h non stop et le CSP avec une adresse incroyable a 15 points d'avance, 51 à 36. Par contre, la SIG vient juste de rentrer 2 tirs à 3 points et on se dit qu'il ne faudrait pas que la réussite change de camp.

36 points pour Strasbourg !
Alors, avant le dernier quart temps, on va faire une pause et rembobiner le fil de la saison : qui se souvient du nombre de points marqués par Boulogne à Limoges ? Sans regarder l'historique ?

QT 4 : Jeter, Amagou, Westerman, Gelabale, Zerbo

Vous vous souvenez de ma phrase sur la réussite aux tirs ? Et bien, bingo, Leloup remet le couvert à 3 points avec un CSP toujours fanny après 2min 30 de jeu. Et c'est après 4min que Strasbourg revient à 10 points et commence à rajouter un peu de pression à ce match, arrêté immédiatement par Philippe Hervé.
Et là, le niveau monte monte monte, avec des gros tirs réussis des 2 côtés. La SIG qui se rapproche et revient à 6 points...

Bip bip, et oui, il faut ne pas être chauvin, parlons aussi des erreurs de l'autre côté avec cette faute de Dobbins plus que sévère sur la remontée de balle de Boungou Colo.

Bon, autant vous dire qu'à cet instant du match, il allait falloir en avoir dans le pantalon, surtout aux lancers francs. Et première constatation, Batista en a dans le pantalon : 4 sur 4 aux lancers à un instant crucial du match, à moins d'1min 30 de la fin du match. Et ces 4 lancers, je peux vous dire, qu'il y a peu de pivot qui les aurait mis. Lui qui a raté son début de match, l'a fait.
La fin : ball trap de la SIG, lancers pour le CSP et .....

VICTOIRE !

On a aimé


- Bon, on vous l'avait dit quand il avait signé, à savoir qu'il ne forçait jamais mais qu'il faisait tout ce qui était à faire sur un terrain (que ça se voit ou pas). Et bien, ce soir Moerman absent, GELABALE a fait du Moerman avec une grosse agressivité, des fautes provoquées, une très grosse défense. Et ce soir, ça c'est vu, énoooorme match.

- Les "Bip bip" à la mode multiplex, c'était sympa non ? L'arbitrage, sans être catastrophique, n'a pas été au niveau d'une finale pendant 40 minutes.

- La rage de vaincre des Limougeauds qui n'ont jamais baissé la tête. Une belle mentalité !

- L'ancien de la maison, celui qui a déjà connu des montées et des titres avec le CSP et qui n'a donc peur de rien, à savoir Boungou Colo. Il a rangé ce soir tous ses mauvais côtés pour porter le CSP quand celui-ci avait besoin d'un phare dans la tempête. Une activité énorme des 2 cotés du terrain.

- Jamar qui a faim d'un titre... une confiance en soi tellement énorme !

- La défense du CSP ce soir. Alors c'est vrai, la SIG a eu des tirs ouverts. Mais dans l'agressivité, la pression, ce fut intéressant.

- L'implication d'Adrien Moerman, même forfait, qui a poussé ses coéquipiers pendant tout le match !

- Le public, l'équipe, touuuuuuuuut !

On n'a pas aimé


- Non, c'est pas un oubli, on a tout aimé !

- Ah si, allez, je me lance, le refus de (triste ?) Sire Vincent Collet de serrer la main de Frédéric Forte à la fin du match. Une attitude indigne de ce monsieur pour une sombre histoire de Tweet (Fred Forte aurait avancé que la SIG pratiquait un basket de rue)... Vexé le Vincent !

- L'arbitrage sur Zerbo une nouvelle fois lamentable. Il paye son physique et n'a pas le droit de bumper. On dirait un U11 d'1m75 qui se fait allumer parce qu'il est hors-normes. Malgré tout il garde son calme, c'est admirable.

- Quand même, ça fait mal au cœur de voir le MVP plâtré sur le banc pour une si belle finale...

Et maintenant ?


On va faire court. Il faut en gagner encore UN. Sans Adrien mais pour Adrien et avec 10 guerriers, un staff qui accomplit un gros boulot et 5500 Limougeauds derrière eux à Beaublanc (+ 15000 dans le stade d'honneur !) et encore plus partout en France.

  • Autour du match
  • Commentaires (58)