Présaison CSP 2018/19

Les choses sérieuses, enfin...

Illustration

Effectivement, les choses sérieuses vont réellement débuter ce vendredi, avec comme seul objectif la victoire face à des Clermontois qui ont délibérément choisi le CSP comme adversaire pour ces 1/4 de finale...

Illustration


Le Chien est de retour (non non, pas pour vous jouer un mauvais tour), et il n'est pas franchement satisfait du comportement des voisins auvergnats. Comme vous le savez sans doute, ces derniers ont perdu leur dernier match à St-Quentin en se passant de leur jolie paire américaine composée de Bing et Craven. Les conséquences ? C'est bien simple : cette défaite a "permis" à Clermont-Ferrand de perdre une place au classement, au profit de Bourg-en-Bresse. Et de rencontrer Limoges dès le premier tour...

"Si on prend la racine cubique de la variance selon l'état de forme du CSP..."

Les Clermontois, quatrièmes, rencontreront donc les Limougeauds pour ces quarts de finale avec l'avantage du terrain. Alors, forcément, la polémique ne s'est pas fait attendre. Mais ce calcul est-il judicieux ? Avec tout le chauvinisme qui veille en nous, on se dirait bien que non. Certes, ce Limoges CSP semble en petite forme. Physiquement, les joueurs souffrent. Mais on peut assurer avec certitude que ce scénario ne fera que décupler la motivation de l'effectif des noirs et blancs. Par ailleurs on n'oubliera pas que la signature de Steffon Bradford pourrait bien changer la donne en notre faveur.

La confiance face à la vengeance

Mais quoiqu'il en soit, les futurs hôtes du CSP sont sacrément coriaces. De plus, ils ont l'avantage d'avoir vaincu Limoges par deux fois cette saison. Mais à ce propos, est-ce réellement un avantage ? Les Clermontois ne sont-ils pas en train de tomber dans un excès de confiance ?
Pour sûr, Éric Girard se servira de ces arguments pour renverser la vapeur. Il a d'ailleurs avoué en interview que les joueurs avaient tout intérêt à garder ces défaites "dans un coin de leur tête". Pour les compenser par deux victoires ? On l'espère évidemment !

On attend donc un esprit de vengeance et de combativité durant 40 minutes. Non, durant 80 minutes d'ailleurs. Et 120 s'il le faut. Mais avec une qualif au bout, et rien d'autre. Une demi-finale, ça se mérite, et on compte sur tout le monde pour la mériter. Le rêve, c'est la Pro A. Et si le chemin est encore long, il n'a rien d'impossible, alors donnons-nous les moyens d'y arriver.

C'est pourquoi vendredi 22 mai, 12 types surmotivés, un staff et plusieurs cars de fervents supporters se déplaceront pour lancer cette nouvelle compétition qui commence, de la meilleure des façons.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

Soyez le premier à commenter cet article !