Présaison CSP 2018/19

Le CSP emporté par l'ouragan monégasque

Illustration

Limoges se déplaçait chez le leader monégasque et les choses n'ont pas été aussi aisées que contre Gravelines. Sous le regard du nouveau coach qui observait depuis les tribunes sans avoir rencontré staff ou joueurs, les limougeauds se sont inclinés de 12pts 79-67. Pas de séjour chez Mickey, par contre une semaine de Vujosevic à la place... ça va piquer !

Avant cette analyse, une petite histoire vraie et qui fait sourire. Le speaker de Monaco lance de temps en temps des « défis » au public (qui peut habituellement entrer gratuitement au match à condition d'être vêtu de rouge et de blanc - véridique). Ce soir le défi a été que le public soit debout et applaudisse jusqu’au 1er panier de la Roca Team... pour prouver qu’ils étaient "le public le plus chaud de France" (sachant que Monaco n'est pas en France). Vous pouvez grandement rire de cette blague car c’est la seule chose drôle de la soirée.

QT1 : Les jambes sont lourdes du voyage depuis la Grèce (23-17)

Le match débute moyennement avec Leo – Heiko – Mark – « Yak » - Ousmane. Les joueurs ne sont pas trop statiques, ils se passent la balle, mais que d’imprécisions dans les tirs et avec le niveau malheureusement habituel aux rebonds (5 dont 0 offensif pour le CSP, 11 dont 4 off pour l’ASM), pas de seconde chance. Le quart-temps se finit sur un buzzer beater incertain de Monaco que les arbitres mettront plus de 3 min à invalider grâce à la vidéo (sachant que la pause entre les quart-temps est de 2 minutes).

QT2 : La peinture, le royaume d’Uter (Pendragon) (45-38)

Pour commencer cette période, coach Parvaud décide de ne garder que Payne du 5 majeur et de le seconder de Bo, Nobel, Will et Ali. En face, l’ancien assistant de Dusko a dû consciencieusement scouté le CSP, envoie Adrian Uter faire joujou. Et il se régale ! Entre un Will Daniels qui est fantomatique en défense et un Bomaye qui ne résiste pas à l’impact physique le pivot monégasque s’amuse comme un petit fou des deux côtés du terrain et va même faire une ficelle sur un 3 points où il est tout seul comme à l’entrainement. Il a fallu attendre l’entrée de Frejus pour que ce dernier amène tout sa dureté et joue les trouble-fête. Au final, le CSP pense (miraculeusement) rentrer au vestiaire avec seulement 4 petits points de retard avant un nouveau buzzer beater (valide celui-là) de Cel malgré une bonne défense (il faut le signaler) du Yak.

2e mi-temps : Léo envahit la raquette (79-67)

Les 2 dernières périodes se ressemblent tellement que ça ne sert à rien de les séparer. Le CSP plante plusieurs systèmes à cause de grosses imprécisions dans les passes, de joueurs qui se gênent … De son côté Léo tente de pénétrer beaucoup plus la défense monégasque avec un certain succès dans ses tirs intérieurs (3/3) mais tentatives souvent gâchées par toujours la même maladresse de ses partenaires dès qu’il ressort la balle pour eux. En défense à l’intérieur, on voit tout de suite la différence entre la version avec et sans Zerbo tant ce dernier apporte une densité physique qui intimide les tireurs adverses mais le reste est tellement imprécis et incomplet que les efforts de certains ne peuvent combler les lacunes collectives. Monaco s'impose sans trembler et Fred Forte ironise sur Twitter déclarant que les joueurs ont "choisi de ne pas aller chez Mickey pour mieux travailler à Beaublanc". C'est bien de garder de l'humour...

On a aimé

- Les pénétrations de Léo qui ont énormément perturbé la défense du Rocher en seconde mi-temps
- La défense de Fréjus qui même s’il se fait parfois avoir à trop bien faire apporte une rudesse nécessaire à l’équipe

On a détesté

- Le manque d’adresse de quasiment toute l’équipe
- Les rebonds de nos intérieurs : nos 5 intérieurs ne prennent que 10 rebonds sur les 33 de l’équipe

Conclusion

Cette défaite ne fait malheureusement que prouver que la victoire contre Gravelines n’était qu’un énième feu de paille. Même si à la décharge des joueurs, ils avaient pu beaucoup plus s’entrainer en restant à Beaublanc que pour ce match là, Léo Westermann signalant en conférence de presse qu’ils avaient passé quasiment les 4 derniers jours en déplacement.
Pour finir sur une note positive, « Dule » est passé les voir dans le vestiaire après le match et il est « sûr de pouvoir faire des grandes choses avec eux ». Les joueurs ont donc tout intérêt à se préparer à faire des heures supplémentaires à l'entrainement.

Illustration
  • Autour du match
  • Commentaires (24)