Présaison CSP 2018/19

CSP - Brest : ne pas tomber en rade

Illustration

Après la large victoire de la semaine dernière, notre équipe va faire pour son second match à domicile de suite connaissance avec l'Etendard de Brest, équipe qui a déjà battu Pau et Lille, c'est dire que le niveau ne sera pas le même que la semaine précédente.

Etant donné que l'on m'a interdit tout jeu de mot sur les bretons, je ne parlerai pas de l'arsenal de Brest mais plutôt de l'effectif. Je ne dirai pas non plus que ce serait le pompon de perdre ni que ce sera une partie de crêpes ou que la galette sera digeste. Non rien de tout cela.

On va donc juste se concentrer sur cette équipe qui arrive avec un bilan de 5-4. Après avoir changé de coach début Novembre, le nouvel homme du banc Aymeric Delsarte a mené ses troupes à 3 victoires consécutives (contre Lille, à Nanterre et contre la nouvelle équipe de Clermont) : c'est dire la valeur du personnage et du groupe.

>> Interview du coach par Ouest France disponible ICI

Au poste de meneur, on retrouve Brian Swift joueur reconnu de pro B qui revient d'une expérience en Finlande.

Illustration


Il tourne cette saison à 12 points et 5 passes pour un petit 12 d'évaluation en 33 minutes de jeu. Autant dire des statistiques comparables à celle de Brent Darby qui va surement confirmer sa montée en puissance ce qui prouvera la valeur mentale de ce joueur. Il est secondé à la mène par Gary Staelens qui n'apporte que 1 d'évaluation en 9 minutes de jeu, autant dire famélique.

Sur les postes 2 et 3, ce sont 3 joueurs qui se partagent le temps de jeu. L'américano-italien Eric Schmieder qui ne tourne cette saison qu'à 8 points en 25 minutes de jeu pour 9 d'évaluation.

Illustration


Pour ce joueur qui tournait à 16 points en 2006/2007 avec Nanterre et qui a contribué à la montée de Besançon il y a deux ans, c'est une baisse de régime notable.
On a également un joueur made in pro A en la personne de l'américain Ronald Dorsey qui tournait à + de 10 points dans la première ligue l'an dernier.

Illustration


Cette saison, il aligne 14 points pour seulement 12 d'évaluation en 30 minutes de jeu. Que fera-t-il avec Souchu sur le dos ?
Enfin, Armand Charles complète le trio avec un 9 d'évaluation en 25 minutes de jeu.
Nous avons donc 3 joueurs aux statistiques comparables qui se partagent ses 2 postes : pas de gros joueurs ni des faire valoir, du très cohérent qui ne doit normalement pas inquiéter le CSP.

Dessous, avec la perte de Brice Vounang (préjudiciable vu le gros début de saison de ce joueur), un des meilleurs français de pro B en la personne de Cedric Melicie.

Illustration


Après une excellente saison avec Saint Vallier, il débarque en Bretagne et aligne une nouvelle belle saison avec 15 points et 9 rebonds en 35 minutes de jeu. Le duel avec Mc Cord s'annonce explosif !
Le pigiste médical n'est autre que le camerounais Gaston Essengue qui a déjà trouvé ses marques avec 13 points à 66% et 6 rebonds en seulement 24 minutes de jeu.

Illustration


Cette boule de muscle donnera du fil à retordre à notre intérieur John Ford qui n'apprécie pas trop de genre de profil.
William Molas prend part au match durant une petite dizaine de minutes sans apporter beaucoup de chose. Enfin, le dernier intérieur n'est autre que John Beugnot vu à Clermont l'an dernier et dont la mentalité n'a rien à envier à celle de Jonathan Aka vu la semaine dernière sur le parquet du CSP.

Illustration


Bref, si on doit parier sur un joueur qui risque dégoupiller, je mettrai bien une pièce sur ce joueur (en espérant que les arbitres surveillent les coups bas et que les joueurs du CSP ne le laissent pas libre à 3 points). Pour info, il tourne à 6 points en 20 minutes de jeu et tente en moyenne 3 tirs à 3pts par match.

Donc si Brest a réussi à faire tomber Pau et Lille, ils le doivent principalement à leur collectif car aucun joueur n'a des statistiques énormes : l'homogénéité est le chose frappante de cette équipe.

Au niveau statistiques collectives, là aussi pas d'éclat notoire mais toujours dans la première partie du classement excepté pour les rebonds (alors que le CSP est 3ème) et l'adresse aux lancers où Brest se situe dans la seconde partie. Par contre, on l'a vu, le collectif étant la force de cette équipe, c'est la 3ème aux passes décisives.

Donc sur ce match, ce n'est pas un joueur du CSP qui va devoir arrêter un joueur de Brest (comme il aurait fallu arrêter Siggers le lillois). Là c'est la défense en équipe qui va devoir avoir raison de ces bretons. Et idem en attaque où on espère revoir la partition jouée samedi dernier pour au moins une victoire et au mieux une nouvelle démonstration.

  • Autour du match
  • Commentaires (2)