Et une complète pour Darby! CSP 93-64 Brest

Le CSP a dominé l'Etendard de Brest ce soir à Beaublanc, véritable citadelle imprenable cette saison. Critiqués il y a peu, Ford et Darby ont été les fers de lance limougeauds ce soir.

Illustration


Il y a des soirs comme ça où aller à Beaublanc équivaut à passer une bien belle soirée. Bien belle soirée car, d'une part le CSP est toujours premier et d'autre part car ce match nous apporte des certitudes. La première est que cette équipe meilleure que celle de l'année dernière tellement il n'y a pas photo dans le jeu, la deuxième est que Girard est défintivement un grand coach et la troisième que Darby est finalement une bonne pioche. Je sais, on attend déjà les boulets rouges digne d'un arsenal brestois à propos de ce dernier, certains d'entre nous le critiquaient ouvertement il y a peu. C'est vrai, peut-être nous sommes nous trompés sur lui. En même temps, il n'y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais! Mea Culpa donc au nom de l'équipe. Darby a, ce soir, fait taire toutes les critiques en sachant se rendre disponible, en marquant des paniers importants et en étant capable d'identifier très rapidement le partenaire démarqué qui récupèrera ainsi un ballon en or. En somme, Brent a été fort ce soir en étant un meneur, tout simplement. Chapeau bas!

Concernant le match, je ne sais pas s'il vaut vraiment de longs discours. Comme souvent, Limoges a débuté fébrilement la rencontre pour monter peu à peu en régime. Une nouvelle fois, Mac Cord et ses coéquipiers ont pris leur temps pour tuer définitivement le match. Récit de la rencontre:

QT1: En apéritif: un kir breton, un peu âpre mais qui passe bien quand même

le match débute avec un 5 désormais classique côté limougeaud avec Darby, Souchu, Mohammed, Ford et Mac Cord opposé à un quintete brestois composé de Swift, Dorsey, Charles, Essengue et Mélicie. Ce qu'il faut retenir de ce premier acte est que l'adresse n'est pas au rendez-vous des deux côtés du parquet et que les décisions surprenantes du duo arbitral le rendent assez houleux. Si la Breizh team parvient à dominer les débats durant les quatre premières minutes, John Ford mettra ensuite les choses au clair sur lancer-francs (9-8, 5ème) et donnera un avantage aux locaux qu'ils conserveront jusqu'à la fin des débats (voilà, c'en est donc fini avec le suspense, ça c'est fait.. :D ). L'adresse reste toutefois déplorable et le premier tir primé revient à Brent Darby à la 8ème minute (18-11) qui permet pour la première fois du match à son équipe de prendre une bonne bolée d'air frais. Il remettra ensuite le couvert une minute plus tard puis passera la balle à Alhaji qui l'imitera dans la foulée (26-15, reste 48 secondes). Les filets brestois ne s'en remettront pas, le chalutier, provenant pourtant d'un arsenal, a pris sa première roquette. (Fin QT1: 26-17)

QT2: Rien de tel qu'une bonne crêpe complète en plat de résistance

Classique? C'est vrai mais tellement bonne! Et complète, ça va si bien à cette deuxième période durant laquelle les coéquipiers de Brent Darby ont su mettre en exergue leurs qualités. Pour commencer, Brent (encore lui) marque pour la troisième fois à 3 points (3x3=9pts en 9 minutes de jeu, soit un point/minute) avant d'intercepter un bon ballon en défense qui permettra à Aurélien Salmon de creuser à la pelleteuse (dédicace à Renan Luce, le brestois) un écart de désormais 15 points (32-17, 11ème). Déjà le "Ohé Ohé Limoges" résonne dans la cathédrale limougeaude qui sent que le vent d'Ouest apportera un bel orage de ballons sur les filets brestois ce soir. Pourtant, ceux qui sont réputés pour avoir les chapeaux ronds ont bien accrochés leur pompons et reviennent même à 8 petits points avant de ressombrer suite aux deux paniers successifs de Salmon et Mohammed. (Mi temps: 47-35)

Pour l'anecdote, je me suis installé au bord du parquet ce soir, si près que seuls les petits jeunes sponsorisés par Pro'net étaient plus près des joueurs que moi. C'est fou ce qu'on voit comme trucs quand on est tant au coeur des débats. On voit Ostro serrer des mains pendant tout le match, Forte tellement passionné par les débats qu'il envoie des textos, on voit les grimaces des joueurs ou encore les clins d'oeil des Renaux à l'arbitre le moins chevelu des deux. On voit aussi que les gens dans les loges ne sont pas tous aussi dynamiques que la dame blonde des Porcelaines MP Samie (coucou, je suis votre plus grand fan, surtout quand vous agitez frénétiquement votre écharpe, ce qui est synonyme de victoire à chaque fois... Ne changez rien, vous êtes parfaite!)et, malheureusement, on voit aussi que les nouvelles pom pom girls dont l'âge maxi ne doit pas éxcéder 14 ans sont bien trop court vêtues pour des gamines et il n'est pas normal de voir leurs fesses comme c'est le cas présentement. Après les pots de fleurs ambulants à talons hauts qui promènent leur pancarte, on commence à virer franchement dans le sordide à ce niveau-là. C'était mon coup de gueule du soir, il en fallait bien un!

QT3: En dessert, un far breton, histoire de prendre un peu plus le large.

Revenus à 12 points juste avant la mi-temps, les brestois tenteront une dernière fois de recoller mais les locaux ne leur laisseront aucune chance. Tout à tour, les limougeauds envoient des missiles sur l'armada breton qui reste en rade. Johan Passave Ducteil se paiera même le luxe d'une interception à la 25ème qu'il concluera seul par un dunk, seul dans la moitié de terrain adverse (63-42, 25ème). A 2'39 du terme, John Ford claque à son tour un Dunk et obtient même un lancer supplémentaire. Un brestois jettera la balle, agacé, et se prendra une technique. Il n'en fallait pas plus pour voir s'enfoncer un peu plus le porte-avion. Touché-coulé (Fin QT3: 73-54)

QT4: Pour finir, un café corsé, comme l'addition

Autant dire qu'à +19, il n'y a plus aucun suspense même si on garde tous en tête le match face à Nanterre. On observera d'ailleurs un certain relâchement du côté limougeaud qui manque de concentration et perd de nombreux ballons dont ne profitent pas trop leurs adervsaires. Il faudra un temps mort d'Eric Girard pour remettre tout le monde sur le bon cap (73-61, 33ème). Dès lors, il soufflera un vent de folie sur Beaublanc à en défriser les bigoudennes qui sonnera le glas de tout espoir finistérien. Limoges redéfend bien et fait preuve de beaucoup de créativité en attaque. L'étendard, dont certains joueurs sortaient encore péniblement la tête de l'eau à l'image de Schneider (13 pts en 28 minutes, 3 passes), a définitivement hissé le drapeau blanc et se rend. La fin de match verra apparaître sur le terrain ce qui sera peut-être notre 5 de fin de match à Bercy au mois de Juin, lorsque nous mènerons de 25 points face à des glands béarnais médusés (houlà, je m'égare mais quel doux rêve!) à savoir Durand à la mène, Renaux, Desroses, Maza et Passave Ducteil. Ce même 5 qui permettra à son club de conserver l'écart de 29 points pendant 2 minutes jusqu'au buzzer final après deux lancers ratés par un Rodrigue Maza qui semble se mettre beaucoup de pression. Relâche-toi et accroche-toi, ça viendra, t'en fais pas!

Limoges remporte donc cette rencontre haut la main sur le score de 93 à 64. Il s'agit d'une belle confirmation face à une équipe bretonne qui restait sur une bonne série de victoire. Malgré les victoires de Pau, d'Evreux et Lille, Limoges reste donc en tête de la pro B, pourvu que ça dure!

  • Autour du match
  • Commentaires (25)