Bruits de couloir !

Illustration

Cette semaine on reparle de la réforme de l'Euroleague et de la nouvelle saute d'humeur de son président Jordi BERTOMEU cette fois-ci favorable à la France. En Suisse, Hugues OCCANSEY est toujours sans emploi mais continue à gagner des matches ! Enfin, Fred WEIS finit de porter sa croix en Espagne où son équipe creuse le plancher de l'ACB. Bonne lecture.
Dernière minute : Willie JENKINS mis à pied par les dirigeants de l'ESSM Le Portel (détails en fin d'article)

Illustration

Vous avez sans doute appris il y a quelques semaines l'éviction d'Hugues OCCANSEY de son poste d'entraîneur de Nyon en ligue Suisse, et bien le coach sera sans doute le premier à voir son bilan s'améliorer après son départ. Son remplaçant Andréa PETITPIERRE a tout simplement déclaré après la première victoire de l'équipe (3 jours après le départ de l'homme aux dread locks) que "ce succès appartenait à Hugues Occansey". Fort honnête, le nouveau technicien a affirmé qu'il n'avait pas eu le temps d'installer quoi que ce soit en si peu de temps et que cette performance relevait de l'organisation mise en place par son prédécesseur. Si l'histoire se répète pour Hugues qui se voit une nouvelle fois débarqué, cette fois-ci c'est fait avec un peu plus de classe…

Illustration

On reprend le feuilleton WEIS, pas d'embrouille cette semaine mais une ambiance "pesante" à Minorque qui ne parvient pas à se dépêtrer en ACB. Le club galère toujours à la dernière place et voit les défaites continuer à s'accumuler malgré les changements dans l'effectif. Fredzilla est intervenu sur le site web du club pour essayer de regonfler un peu le moral des supporters (un comble pour un mec qui sort de dépression !) et où le géant lorrain a déclaré toujours y croire : "Si je n'y croyais pas, je resterais chez moi pour dormir !". Il reconnaît en outre ne pas être un gros marqueur (3,6pts, 6,8rbds pour un honorable 9,2 d'éval en 21min avec Vive Mernorca) mais faire tout son possible pour aider l'équipe malgré la sale ambiance qui règne "Je suis d'un naturel joyeux mais ce n'est pas facile d'être marrant si on ne gagne pas de matches !" Définitivement une saison de merde pour Fred, tant qu'à se faire ch… en 2010 pourquoi pas en Limousin ?!

Illustration

On reparle un peu de la grande ligue européenne à défaut de songer à y participer. Là aussi le ping-pong continue, et à l'image de notre bon président Sarko qui balance des lois et attend de voir ce qu'elles vont donner, Jordi Bertomeu présente ses projets de réforme de la ligue dans la presse et attend les réactions avant d'enfin (on l'espère) annoncer la formule définitive. Le plus triste dans tout ça c'est que rien ne suit le parcours logique et officiel. La première mouture qui sanctionnait lourdement la France (et que nous avions évoquée ICI) avait été annoncée suite à une réunion sans légitimité des membres du bureau de l'Euroleague, ce nouveau projet qui avantage la France (3 places c'est bien payé vu le niveau de la ProA) a été présenté directement au quotidien L'Equipe.
On est encore loin d'une décision votée en conseil d'administration de l'Euroleague et présentée en conférence de presse officielle, Jordi BERTOMEU semble préférer les bruits de couloirs et les informations incomplètes ou floues.
Ainsi l'Euroleague 2009-2010 fonctionnerait de la sorte :
- la fin du Ranking et des billets de 3 ans
- des licences A (à durée indéterminée) pour les grands clubs Européens
- des licences B (valables un an) pour les champions (voire vice-champions) de certains pays selon la "valeur sportive", pour les critères on repassera…
- quelques Wildcards distribuées au bon vouloir de Saint Jordi à durée variable
- un tour préliminaire afin d'éventuellement intégrer des pays comme la Belgique ou l'Angleterre

Pour la France, ça vire au comique :
- Une licence B pour le champion de France
- Une licence B pour le finaliste des playoffs
Petit intermède pour signaler qu'il n'y a pas meilleur moyen pour dévaloriser la saison régulière de ProA puisqu'elle serait au mieux qualificative pour l'Eurocup et verrait les grosses cylindrées se placer dans les 8 en saison et blinder leur effectif en vue des playoffs (en piochant chez les recalés du TOP16 Euroleague ?!) où les deux grands gagnants seront les finalistes. Mais ce n'est pas tout :
- Une Wildcard de 3 ans pour l'ASVEL sur des critères organisationnels (structure, salle, etc…) mais uniquement qualificative pour le tour préliminaire.
Selon la rumeur de la rumeur (donc information à prendre avec de grosses pincettes, voire des tenailles), si l'ASVEL se qualifiait pour la finale du championnat de France, il y aurait toujours trois qualifiés tricolores. Le dernier billet serait alors attribué à la discrétion de la Ligue Nationale.

In fine, on appréciera une nouvelle fois les efforts de la LNB et la FFBB (éléments importants des négociations et donc de cette nouvelle formule selon Bertomeu) pour flinguer la saison régulière de ProA en s'intéressant à court terme au nombre de places obtenues pour l'Euroleague. Si nous avions déploré comme tout l'entourage du basket français la perte d'une place, l'obtention totalement artificielle de trois tickets ne provoque pas de joie démesurée. L'ASVEL mérite de voir ses efforts couronnés c'est certain, mais le champion de France demeure le gagnant d'un tournoi à 8 avec une finale en une manche sèche… contrairement au premier de la saison régulière véritable gestionnaire de plusieurs mois de compétition. Tout cela pour dire que l'on privilégie une nouvelle fois des équipes qui auront fait une belle fin de saison mais qui ne sont pas certaines de ne pas se prendre fessée sur fessée le jeudi soir !

Au risque d'être extrêmement prétentieux, voici la formule que votre serviteur verrait bien pour les équipes françaises :]
- Une licence B au 1er de la saison régulière
- Une qualification pour le tour préliminaire au champion de France (le niveau de la ProA ne mérite guère plus… et si le champion est méritant il passera aisément cet écueil avec en prime des revenus générés par les guichets et un match à enjeux dès le début de la saison)
- Enfin, la Wildcard pour l'ASVEL avec obligation de figurer parmi les 4 premiers de ProA chaque année histoire de maintenir une pression sportive sur l'encadrement. En cas de qualification sportive de Villeurbanne, cette wildcard serait zappée.
Cette formule placerait l'ASVEL en locomotive du basket français et limiterait dans les faits les équipes françaises à deux en Euroleague vu que Villeurbanne devrait se qualifier sportivement si elle continue à se développer et à jouer ce rôle de leader… en attendant le retour de Limoges… (qui a dit "lol" ?!).

Illustration

Dernière minute : Pascal Jullien, ex-shooteur limougeaud aujourd'hui GM du dernier adversaire en championnat de Limoges, Le Portel, vient d'annoncer que l'ailier américain Willie JENKINS allait faire l'objet d'un licenciement, il a en effet déclaré dans les colonnes de Basketnews : "Nous lui avons signifié sa mise à pied à titre conservatoire, ce qui est le premier jet vers une rupture de contrat".
Willie paye cash son manque de performances (5,6pts et 3,1rbds en moyenne sur les 8 dernieres rencontres) alors que l'équipe nordiste ne cesse de se rapprocher de la NM1. Le récent recrutement de Laurent Cazalon semble avoir fait beaucoup d'ombre au trop discret américain. So long Willie, tu es en vacances en avance, mais comme la LNB autorisera 5 US en ProA et 3 US en ProB l'an prochain on risque de te revoir dans l'hexagone.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser des commentaires sur le site.

3 commentaires

avatar

# 3 - pat17260

31/03 - 12h00

une réforme du basket européen est nécéssaire, toujours voir les meme au final four fini par lasser. Maintenant il faudrait que tous les clubs partent à égaliter, en France nous avons la chance d'avoir un conseil de surveillance des clubs pour éviter les dérives finançiere, qui ont fait tant de mal au csp, ce n'est pas le cas pour les clubs espagnol, grecs etc...
un truc qui n'a rien à voir avec le sujet, je suis le vainqueur du concour de pronostique du mois de mars, vive le csp et Beaublanc .com
:bj::bj::bj:

avatar

# 2 - CSP4EV3R

31/03 - 12h00

De tte facon, en quoi cela ns regarde t il ?
D'une part, nous on galere a monter en Pro A
Deuxio, plus personne ne s'interesse au basket, alors a quoi bon donner 1, 2 ou 3 places a des équipes incapable de gagner 3 matchs ???

avatar

# 1 - superscipion

31/03 - 12h00

De toute façon, chacun s'intéressant un tant soit peu au basket européen sait que la NBA est derrière tout cela. Les Ricains n’ont pas renoncé à créer en Europe un championnat fermé incluant une ou deux franchises par pays : l’ASVEL et Paris tiennent la corde en France, et pas pour des raisons sportives… Les licences A et les Wild Card ne font que préfigurer d’un futur ou la performance passera après les ventes de maillots. D’après vous, pourquoi certains présidents de ProA voulaient faire passer de 4 à 6 le nombre de « US boy » ? Il y a un stock à écouler…