Playoffs 2019

Un 2e trou au SLUC !

Illustration

Limoges s'est largement imposé 92 à 74 ce soir dans un match à sens unique où Nancy, ultra diminué par une blessure supplémentaire et pas des moindres : Randall FALKER, a subi la loi d'un CSP très appliqué qui n'a pas sombré dans la facilité. Emmenés par un Westermann des grands soirs et un Jeter énorme, les Limougeauds ont mis un gros éclat aux Lorrains. Analyse.

9 minutes.

On y a cru 9 minutes. C'est la durée pendant laquelle Nancy a fait illusion, tenant le choc et mieux, répondant aux assauts des limougeauds plus conquérants que jamais. C'est Adrien MOERMAN (et oui encore et toujours lui) qui a fait parler la poudre en premier sur un dunk rageur en pénétration annonçant la tonalité de la rencontre. Limoges allait faire parler la poudre même face à un adversaire diminué. La réponse fut cinglante, Clark (le casper de la première manche resté fanny) décoche une première flèche à 3pts nourrissant ainsi nos craintes d'une réaction d'orgueil. Le couguar blessé allait-il être une bête dangereuse ? Les premiers échanges aidèrent à chauffer l'ambiance d'un Beaublanc déjà bien lancé par la nouvelle présentation des équipes dans le noir (il manque encore les lasers). Des échanges me direz-vous ? Mais il a trop regardé Roland Garros ?! Et bien non, les valeureux lorrains ont rendu coup pour coup pendant 9 minutes. Si Gélabale régalait au dunk ou dans le petit périmètre et que Westermann impressionnait, en face, Kikanovic ou Gladyr donnaient le sourire à coach Weisz qui était quand même conscient que la soirée serait compliquée. 1'15 à jouer et Clark rate un 3pts pris trop rapidement… Nancy ne reverra plus jamais le CSP. Tout s'enchaine, Gélabale venait de décocher à 6m75 Moerman l'imite et Westermann tout en gestion termine le QT grâce à un petit layup tout en toucher. 22-16, à priori rien de dramatique mais le cauchemar ne fait que commencer pour les nancéiens.

La poisse.

Quand Weisz lutte pour trouver des rotations avec un Air Max Zianveni vieillissant, un Souchu vétéran et un Bandja Sy convalescent sensé préserver son épaule, Philippe Hervé se paye le luxe de faire entrer au QT2 ses "rotations" : Pooh Jeter et Jamar Smith. On imagine la seconde de solitude du technicien lorrain. Appliqués comme rarement cette saison, les limougeauds reprennent le jeu le couteau entre les dents et comme lors de la première période c'est Moerman qui déflore le filet à 3pts cette fois-ci. Nancy se prend un petit 27-17 sur le QT2 et pour être honnête c'est un 27 pour le CSP et 17 pour Kikanovic (12pts sur les 17) seul noir et rouge à tenir la barraque. 49-33 en rentrant aux vestiaires, avec un Sene sur le banc visiblement touché à une côte… La poisse.

Si Limoges demeure sérieux, Smith et Jeter impressionnent. Tous semblent impliqués et il faut avouer que le coaching de Philippe Hervé y est pour beaucoup. Il a certes à sa disposition un effectif pléthorique mais il l'utilise très habilement n'hésitant pas à sortir un joueur qui cumule les erreurs (NBC puis Batista sur la première MT par exemple) tout en sachant les relancer plus tard. Il responsabilise énormément ses hommes et prouve sa confiance à ses cadres. On se rappelle de la giffle napoléonienne à Smith accompagnée d'un "You're hot" encourageant son arrière à shooter, on gardera des images de C+ SPORT la question de Jeter en fin de temps-mort : "Which play?" (Quel système ?) …" You do what you want Pooh JETER !" (Tu fais ce que tu veux Pooh !) autrement dit, c'est toi le patron sur le terrain. Les consignes sont précises et on voit l'application des joueurs dès la reprise du jeu et les schémas de l'ardoise se retrouvent sur le terrain. Quel changement en quelques semaines !

Retour au calvaire lorrain.

QT3 Alain Weisz attaque sa deuxième plaquette d'antidépresseurs, son meneur Clark ne met plus rien et emballe le jeu comme un minime première année… genre "on a les moyens de courir !" S'en suivent une multitude balles perdues de part et d'autre, quasiment deux minutes sans scorer (le temps pour les retardataires de la buvette de regagner leur siège sans avoir rien raté). En fait si… au bout de 50 secondes c'est Falker qui se dirige vers son banc sur une jambe. La poisse. Pietrus, Duggins, Sene, Walker… ne cherchez plus les cadres nancéiens : ils sont à l'infirmerie. Gladyr et Kikanovic ont des sueurs froides et commencent à attendre leur tour dépités. David Cozette révèle au micro de C+ SPORT que le matin même Alain Weisz n'avait guère d'espoir et lui aurait même proposé de jouer… Il n'imaginait pas à quel point sa situation allait encore s'aggraver. Un dernier baroud d'honneur emmené par l'inoxydable Kikanovic ramenait les couguars à 11 longueurs avant que la marée n'emporte les derniers espoirs des visiteurs. La marée verte emmenée par l'Amiral Jeter monté sur ressorts à 3pts concluant deux drives par des arrêts nets devant l'arc crucifiant des lorrains usés et médusés. Beaublanc s'enflamme, Camara servi par Jeter écrase un gros dunk bien gras sur les restes de la défense nancéienne… 69-50 au buzzer grâce à un Bandja SY (interdit de tirer la veille) qui sauve un guéridon à 3pts, mais que le calvaire dure.

-18 sévère mais juste

Tout le monde l'a compris le match est plié et les commentateurs radio et TV ne savent plus trop comment meubler et entretenir un poil de suspense. Mais ce soir, les gunners limougeauds sont chauds et Jeter et Smith font trembler les filets. La défense est aux fraises et les arrières américains sanctionnent comme à l'entraînement. L'écart atteint les 25 points alors que tous les joueurs marquent. La balle tourne, les limougeauds ne montrent pas de relâchement coupable comme au match 1. On peut prendre ça pour de la facilité face à un adversaire décimé mais c'est plutôt le sérieux que nous avons envie de retenir. Les cerclistes ne se sont pas montrés suffisants mais ont continué à faire vivre le ballon et trouver le meilleur tir. Valentin ESTIENNE aura une nouvelle fois eu le privilège de fouler le parquer de Beaublanc pour une demi-finale de playoffs de ProA mais sans toutefois inscrire de panier. Clark fait ses stats pépère à 3pts sans pression (la branlée est déjà acquise) pendant que son coach se taille les veines en apprenant le diagnostic pour Falker. Pas très classe comme joueur le Clark, liquide face à la pression mais qui pense à ses stats en fin de match... Reste loin de Beaublanc Keyden ! (il a exprimé son amour pour Nanterre et s'est montré bien plus vaillant contre eux au tour précédent... bel état d'esprit). Limoges s'impose 92-74 et on voit mal comment la finale 2015 pourrait ne pas avoir des airs de remake de 2014.
Les joueurs ont fait un tour d'honneur dans un Beaublanc régalé qui logiquement ne reverra pas ses pensionnaires avant le match 3 des finales à moins d'une énorme surprise mancelle en Alsace.

Ne vendons pas la peau du couguar avant de l'avoir achevé mais contentons nous de reprendre les mots d'Alain WEISZ en conférence de presse "On est démembré, on va jouer ce 3e match et on regardera la finale". Gage aux limougeauds de ne pas tomber dans ce vilain panneau et de ne pas se méfier de l'orgueuil des couguars devant leur public. Le prochain match devra être encore plus sérieux et si Nancy doit en prendre 30 ce ne sera qu'une marque de respect.

Renseignements pris, Duggins et Piétrus souffrent d'une entorse avec complication ligamentaire, Sene une côte "touchée" et Falker souffre du ménisque. Sy jouerait contre avis médical. Le SLUC risque d'aligner des espoirs (sans jeu de mot) pour satisfaire aux obligations règlementaires pour le match 3.

On a aimé :

- JETER !

- Beaublanc on fire, ça commençait à manquer.

- Le sérieux malgré le déroulement du match, il y avait 15 raisons de relever la tête, les limougeauds sont restés concentrés.

- JETER !

- La belle sortie de Westermann qui a une nouvelle fois suscité l'admiration des initiés. Alors certes il ne dunke pas et ne contre pas mais alors qu'est ce qu'il régale !

- Le double-double de Moerman et son leadership. 16pts 13rbds 25 d'éval… mais là où ça devient un truc de malade c'est qu'il fait ça en 21 petites minutes. #MVP

- JETER !

- Le coaching de Philippe Hervé et sa réactivité. Quand en plus on a le luxe d'avoir le son aux temps morts devant la Tv, et bien on écoute et on apprend. Un grand monsieur et plus qu'un coach, un véritable manager d'hommes.

- Zerbo qui met une rage dans ses actions… quand on connaît la gentillesse du grand Fréjus, on a l'impression qu'ils l'ont fait mordre par un pitbull enragé. C'est génial de l'entendre ovationné par Beaublanc lui qui est encore trop souvent décrié pour ses maladresses. Certes elles existent mais ce mec sort de nulle part, coûte une misère et emmerde toutes les défenses adverses avec sa carcasse et ses bras qui n'en finissent plus. Ce ne sera jamais Shaquille O'Neal, mais nous on t'aime comme ça Fréjus !

- JETER, je l'ai dit ?

- Le fait d'être à 40 minutes d'une finale et SURTOUT le fait de se dire que ça fera deux ans de suite… Et pourtant on n'était pas fiers il y a 3 mois.

- JETER… faut développer un peu quand même : il FAUT ABSOLUMENT le signer pour les 2 saisons à venir ! Il n'a pas d'équivalent en ProA et peu en Europe. Un meneur avec une vista pareille mais aussi capable de prendre le match à son compte avec de la glace dans les veines. Un sens naturel du panier mais quand même capable de lâcher la passe qui va bien après avoir dribblé trois joueurs là où n'importe qui forcerait le tir… PFIOUUUU ! Un chèque ! Un gros chèque et vite ! (genre les salaires de Batista + Boungou-Colo + Souhterland)

- Le bordel sur le boulevard de Beaublanc à la sortie… Nostalgie.

On n'a pas aimé :

- Les blessures nancéiennes. Alors si l'absence de Pietrus arrangeait tout le monde, celle de Duggins ça commençait à être un peu trop. Mais là : Sene et Falker c'est carrément abusé et ce pour plusieurs raisons. Sans condéscendance aucune, ça devient trop facile voire génant pour la belle équipe de Nancy qui méritait de mieux défendre ses couleurs après une saison réussie. Ensuite parce qu'honnêtement on a la désagréable impression que Strasbourg avec l'opposition rugueuse du Mans se prépare bien mieux à la finale que Limoges (un peu comme Dijon avait mis les cerclistes en mode commando l'an dernier). Et enfin parce que pas mal de haters vont sauter sur l'occasion pour dire que Limoges a volé sa demi-finale et qu'avec Pietrus et Duggins ça n'aurait pas été la même… oui mais avec des si, ma tante s'appellerait mon oncle ! Tout ça pour dire que même sans vendre la peau du couguar, Jacky ferait bien de ne pas réserver la 2e nuit d'hôtel à Gentilly.

- La défense de Batista. Alors oui je sais, je suis monomaniaque mais cette fois ci, contrairement au match 1, personne n'osera me sortir ses stats (dégueulasses soit dit en passant 4pts 2rbds 2pds 4 d'éval en 10min) mais si Kikanovic finit avec 23pts dans le Kho Lantha lorrain c'est bien qu'il s'est souvent retrouvé seul sous l'anneau avec Jean Paul Batistouille qui revenait au petit trot. Alors OUI son attitude a changé dans l'ensemble, OUI il est mieux utilisé par le coach mais quand je vois ce qu'il coûte et que malgré ça en attaque il poste dos au panier comme ma mère il y 20 ans (voire un peu moins bien !) et bien je me dis MADAME qu'à 12000 boules par mois ça fait cher du courant d'air ! Sans déconner, les autres sont guère meilleurs mais lui je n'en peux plus. Dire qu'il a encore un an de contrat… Je vais taxer des cachetons à Weisz moi !

- Le speaker qui beugle LI-MOGES (ou MOGES-LI d'ailleurs on n'est pas trop sûr)… Il s'est cru à Boulazac ?! On a déjà 2 kops qui ne savent pas qu'il y a un match en bas sur le parquet et qui chantent sans arrêt, sans rapport avec le jeu. Si le speaker se met à vouloir animer la salle la plus chaude de France comme le psychopathe de Fos s/Mer (KillerJeff et moi avons encore des acouphènes presque 10 ans après !) où allons nous ?

- Le vilain bêret palois d'un de nos lecteurs qui certes honore un (bien vilain) pari perdu… mais franchement c'est un coup à finir dans un fossé le long de la RN147 !

*PS : On a aimé BONUS :

(Enfin mon copain Godzip a aimé) les joueurs du PB86 venus avec le minibus du club voir un peu de basket. Non, on pose juste ça là pour les vilains pictaves qui s'étaient aventurés ici en d'autres temps parce qu'ils nous avaient mis quelques fessées (méritées et dignement acquises). Mais bon, les temps changent hein ?!

  • Autour du match
  • Commentaires (62)