Playoffs 2019

Tout sauf un Havre de paix

Illustration

Le titre de MVP de Moerman lui a donné des envies d'ailleurs, il est certain que si Limoges ne peut pas lui proposer l'Euroleague la saison prochaine, il ne sera plus au CSP. Il faut donc que Limoges soit champion pour avoir une chance de garder son vrai capitaine, mais surtout pour rester au niveau où le club était cette saison grâce aux droits TV du championnat européen. Mais la tâche sera rude et difficile, car l'ogre strasbourgeois ne sera pas facile à déloger et avant de les croiser, il faudra éliminer des Havrais pleins de vie, qui font une saison magnifique et qui n'ont surtout rien à perdre. Rappel des forces en présence

EFFECTIF

Illustration

On connait l'effectif des haut-normands, qui n'est certes pas de première jeunesse, mais beaucoup de ses joueurs cherchaient en début de saison à se refaire la cerise et montrer qu'à leur âge ils pouvaient encore jouer un basket de haut niveau. Sur le banc, Eric Bartecheky a gagné ses galons en ProA et déjà annoncé dans le Béarn pour succéder à Claude Bergeaud (rien que pour ça, Limoges se doit de punir par avance le technicien havrais). Pari réussi pour le plus petit budget de ProA qui termine l'exercice 2014-15 à la 6e place.

Sur le poste de meneur, l'américain Brazelton Tyrone est incontournable. Gros shooteur à 3pts, bon passeur, il est surtout très fort sur la fixation passe, et quand il est en confiance, il peut devenir très difficile à arrêter. Son second n'est autre que Gédéon Pitard qui fait une saison moyenne et en deçà de ce qu'il sait faire. Mais son coéquipier à la mène ne lui laisse pas non plus beaucoup de temps de jeu. Attention c'est un gros défenseur.

Sur les ailes John Cox fait la loi au poste 2. Lui aussi est en pleine bourre. Il réalise une de ses meilleures saison depuis qu'il joue en ProA. Et pourtant à 33 printemps au compteur, on n'avait pas l'habitude de le voir aussi à l'aise sur les shoots longue distance. Il a toujours été un bon intercepteur, un excellent défenseur et surtout un finisseur de grand talent. Cette saison il est encore mieux que çà.
Hugo Invernizzi progresse, il a bien fait d'aller au Havre pour trouver du temps de jeu et des responsabilités. Son jeu est quasiment exclusif. Il shoote beaucoup à 3pts avec une grosse réussite (44%). Dans les bons jours, il peut faire gagner son équipe à lui tout seul si ses coéquipiers le trouvent et qu'il a le temps d'armer. A ne pas laisser seul.
Nicholas Pope fait une saison dans ses standards. On pensait qu'en arrivant au Havre il aurait plus de temps de jeu, mais non, il n'a pas trouvé ou prouvé qu'il méritait plus de responsabilités.

Chez les intérieurs, Ricardo Greer fait office de couteau suisse. Il sait tout faire, le temps n'a pas de prise sur lui. Il a pourtant 37 ans mais il donne l'impression d'en avoir 25. Il joue toujours aussi juste et quand il n'est pas là son équipe perd à chaque fois. Peut être que la meilleure stratégie serait de lui faire faire des fautes rapidement pour qu'il rejoigne le banc, il y est beaucoup moins dangereux. 14pts 8rbds et 4pds par match pour un vieux c'est pas mal non ?
Le jeune Wilfried Yeguete est lui en pleine progression. Il vaut 6pts et 6rbds par match. Pour une première saison en Pro A on peut affirmer qu'il y a un potentiel dans ce joueur.
Il reste Shawn King un des meilleurs rebondeurs et contreurs du championnat. Très utilisé par coach Bartecheky, il serait également de bon ton de l'envoyer s'asseoir le plus possible pour faciliter un peu la tâche de nos intérieurs qui sont, eux, assez à la peine.

Et voilà, on a fait le tour de l'armada du Havre. Si l'on compte bien, ils ne sont que 8 joueurs - et encore, certains jouent presque 35min par match en moyenne. Sur 3 matches en 6 jours, la fatigue aidant on peut penser que l'effectif pléthorique du CSP devrait venir à bout des normands sans aucun problème. Eh bien, on aurait tort de s'arrêter à ça. Les Havrais n'ont strictement rien à perdre, ils ne devraient même pas être en playoffs si la logique des budgets avait été respectée. Mais ils sont bien là, avec comme objectif d'aller le plus loin possible pour faire rentrer le plus d'argent possible dans les caisses d'un club qui en a grandement besoin.

PETITS... MAIS COSTAUDS !

Malheureusement pour Limoges, les points forts du STB correspondent exactement aux points faibles du CSP. Leur poste 5 est énorme, peut-être même le meilleur de notre championnat. Ils sont adroits de loin, très collectifs et ont une des meilleures défenses de ProA.

Pour lui, le CSP possède un effectif plus important, le MVP du championnat, un Nobel qui les a embêtés à chaque opposition et un Pooh Jeter qui va bien s'amuser contre leur meneur. On peut également espérer une nette progression de Mike pour se montrer pendant ces playoffs qui lui permettront de trouver un bon contrat la saison prochaine. Et peut-être qu'un jour nous allons voir que cette équipe peut défendre, elle y arrivait bien (par séquences) en début de saison.

Je ne vais même pas dire que la défaite à Limoges est interdite, mais si on pouvait boucler ce 1/4 en deux matches secs ce serait un sacré plus pour la suite tant en gestion de la fatigue qu'en confiance emmagasinée. Être dans la peau du favori n'est jamais facile, surtout quand les défenses se resserrent à l'approche du titre. Malheureusement, depuis l'arrivée de Philippe Hervé, on n'a pas vu grand chose dans ce domaine... Donc méfiance !

  • Autour du match
  • Commentaires (22)