Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

OVER THE TOP 16

Illustration

A l'automne il fallait être fou pour penser voir le Limoges CSP en barrage de BCL. Ce soir après dix premières minutes cataclysmiques, il fallait être atteint de démence pour penser que les hommes de Cancellieri allaient pouvoir se sortir du guêpier dans lequel ils étaient. Oui mais voilà, impossible n'est pas limougeaud ! Analyse d' un bras de fer victorieux 96-94 (ap) au bout du suspense et après un buzzer-beater de Bryce Jones synonyme de Top 16.

on attendait pas patrick...

Dans une MHP Arena étonnamment clairsemée, sans doute que la ZDF a déloyalement programmé le dernier épisode de Derrick, Massimo Cancellieri nous propose un cinq de départ classique en l'absence de Desi Rodriguez : Jones, Hawkins, Lang, Wojciechowski, Yeguete. En face c'est le plan Marshall avec une concentration de fils de l'Oncle Sam pas vue en Allemagne depuis mai 1945. Si je devais vous résumer ce premier quart, je ne vous parlerai que du choix du coach transalpin d'opposer une zone face à Hubb et sa bande d'artilleurs. Certains vous diront que c'est du panache abruzze. Personnellement je pense plutôt qu'il fallait être complétement con. Même Johannes Patrick, cadavérique sur les deux premiers matchs, se met à prendre feu à longue distance. Côté limougeaud, Lang est parfaitement isolé et nous avons l'intensité défensive d'un Horst Tapper sous Lexomil. 36-16 à l'issue de ce premier quart qui s'apparente à une mascarade.
Le second quart démarre par enfin un panier de Yeguete au poste. Graves, tel un Don Quichotte, attaque le panier et faisant des moulins avec ses bras. Il sera imité par Jones et Kyzlink qui marque ses premiers points sous ses nouvelles couleurs. Le coach adverse s'agace. On a envie de lui dire "oh molo fillot t'as de la marge !". En défendant un poil mieux, le CSP recolle point par point. Jayvon Graves s'illustre à longue distance. Yeguete s'arrachera en se jetant au sol pour offrir un and-one à Graves dans une séquence totalement "What The Fuck". Douze points de débours et 51-39 pour le MHP Riesen. On a gagné ce quart-temps. C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup.

les chars de la 2e DB Graves-Jones

Dès l'entame de ce troisième quart-temps, on sent les limougeauds avec de meilleures intentions défensives. Remarque il était difficile de faire pire. On a retourné la casquette en arrière et retroussé nos manches. Le lutin du Brooklyn nous gratifie d'une de ces arabesques avec la planche dont il a le secret. Prentiss Hubb commet sa troisième faute. Nicolas Lang se rappelle à notre souvenir et la mère patrie en signant son "Klassik" 3+1. Dès qu'elle attaque le cercle, la 2e DB, Graves et Jones, fait mal aux lignes allemandes. On revient à -6. Et puis une succession de fautes sur tir longue distance offre au MHP l'occasion de maintenir l'écart facilement.72-63 on semble si loin mais si près d'où l'on vient...
Nicolas Lang score de loin dans le corner. Les intérieurs allemands maintiennent l'écart grâce au rebond offensif. Le jeu est haché. Polas Bartolo, sans doute fan de Van Damme dans sa jeunesse, envoie un joli knee-kick dans la tête d'Hawkins. Il sera sanctionné logiquement d'une antisportive. Jayvon Graves est un véritable chien de garde sur Hubb. Ah on fait moins le malin le Prentiss là ! Lang a l'occasion d'égaliser mais en véritable entertainer il préfère ménager le suspence.
Pour la première fois de la soirée, Massimo est enfin inspiré en demandant le "challenge" sur le contre parfaitement valable de Jones. Panier accordé... annulé (car contré en phase ascendante) et faute pour and-one annulée. OUF ! Wojcie bien servi par Jones dans la peinture par deux fois nous maintient en vie. Quelle vie les amis ! Jones, à quatorze secondes du yodel final, égalise ENFIN !!!! 86-86 après quarante minutes et un raté de Hubb qui disposait pourtant de 14 secondes, on file en prolongation.

Il est vraiment Nice ce Bryce

Miller (tiens tiens ce patronyme me plaît bien) nous matraque à l'intérieur d'entrée et ramène l'écart à -6. Mais bon quand on vient du diable vauvert comme le Cercle Saint Pierre ce soir, rien ne nous fait peur. Surtout avec un Bryce Jones surnaturel qui à lui tout seul permet de recoller au score. La défense héroïque de Wojcie et Yeguete, nous offre la possession de la gagne. Avouez que c'est cocasse quand on a jamais mené au score une seule seconde dans ce match.
La suite appartient désormais à l'histoire avec un buzzer-beater à zéro degré de Bryce Jones qui offre une victoire 96-94 et un billet en Top 16 au CSP !
Illustration

alors peut-être, alors peut-être !

Après avoir vécu un match pareil, on peut mour...dormir tranquille ! L'année des trente ans du titre suprême, le Limoges CSP s'offre une épopée européenne. Soyons honnête, dans la nuit de Riga, peu d'entre nous auraient imaginé une telle chose. Certains ont peut-être même chanté des vieux classiques pour oublier. Maintenant place au Top 16 et des noms sentant bon l'histoire et la sueur : AEK, Galatasaray, Malaga. Rien ne peut nous empêcher de rêver. Et si finalement pour des gens comme nous le bonheur existait ? OH PUTAIN QUEL PIED !

  • Autour du match
  • Commentaires (18)