Playoffs 2019

Limoges rebondit contre Charleville

Illustration


Après une dure série de 3 défaites en 4 matches, Limoges a ce soir su se rassurer par une large victoire face à Charleville-Mézières (90-63). Pendant ce temps, Pau l'a emporté également et garde la tête du classement. Récit

QT1: Bof bof... 4 minutes sans le moindre point limougeaud

Contrairement aux habitudes, c'est Vincent Mouillard qui a débuté la partie à la mène, peut-être certains verront là un premier désaveu du coach pour Darby. Toujours est-il que cela n'a pas vraiment porté chance au CSP qui a du attendre 4ème minute pour marquer ses deux premiers points sur un dunk de Ford après avoir encaissé un 7-0 dû à un adresse calamiteuse en ce début de match et une absence totale au rebond. Puis, Brent Darby rentre enfin sur le parquet et, bizarrement, le jeu limougeaud reprend des couleurs. Hasard, coïncidence, mauvaise performance de Vincent ou réelle influence de Brent sur le jeu limougeaud? Je vous laisse choisir tout comme nous laisserons le staff faire son choix. A 34 secondes de la fin de ce premier acte, Johan Passave-Ducteil donne l'avantage à son équipe sur une lancer franc qu'il a obtenu en plus de son panier dos au cercle. Avantage que les limougeauds ne perdront plus jusqu'à la fin du match (voilà, ça c'est fait! Plus aucun suspense.. lol). Nous terminerons donc ce premier acte sur un panier à 5-6m de Salmon , très en verve ce soir, nous en reparlons plus tard. Fin QT1: 13-11

QT2: Aaaaah, c'est mieux!

Le petit repos intermédiaire a été des plus salvateurs car nos protégés attaquent par un 8-0 en 1 minute 30 acquis notamment grâce à deux missiles longue distance signés Aurélien Salmon. Avec désormais 10 points d'avance (21-11, 12ème), le jeu se fluidifie quelque peu et les carolomacériens prennent le bouillon malgré un tonitruant Benoit Mangin (13 pts à 57%, 4 rebonds et 6 passes en 35 min) qui ramène son équipe par deux fois sous la barre des -10. Quelques coups de sifflets surprenants de Messire Phillipe CRETON dont une antisportive au delà du réel sifflée contre Salmon n'auront pas pour autant la peau des joueurs d'Eric Girard, qui, profitant de la verve retrouvée du jeune Aurélien au delà des 6,25m, enfoncent pas à pas le collectif ardennais à 16 points (46-30, 19ème) sur un nouvelle réussite du fameux Aurélien. Il faut d'ailleurs noter que ce jeune homme a des systèmes faits pour lui. Je m'explique: A 50 secondes de la mi-temps, la balle est entre les mains d'un joueur bleu (non, ce n'est pas un avatar...), Girard indique à Mouillard le système à mettre en place sur la remise en jeu, celui-ci l'indique à Darby et, comme par magie, la balle est à gauche dans les mains de Souchu puis passe, comme s'il s'agissait d'une récitation, entre les mains de tous les joueurs pour finir dans le coin droit à Aurélien qui arrose dans un fauteuil. Dire que certains se plaignaient de son manque de temps de jeu, ils sont servis pour le coup. Aurélien a beaucoup joué et a su se montrer décisif (25pts à 69% dont 7/11 à 3 points, pour une évalution de 25). On a retrouvé le tueur des play-offs 2009 dont on n'avait aperçu que l'ombre depuis le début de la saison. (Mi-temps: 46-33)

QT3: La confirmation

la deuxième mi-temps débute sur le même rythme que le 2ème QT avec 3 rapides paniers des deux John (Ford et Mac Cord...). On sent alors un CSP plus concerné qui défend plus intensément et rentre tous ses shoots ou presque. Peu à peu, et avec une certaine aisance, Limoges maintient un matelas confortable de 15 unités puis de 20. Si bien qu'en fin de période (il reste 9/10 de seconde à jouer), Eric Girard prend un temps mort (son équipe mène de 18 points) et va, présentement, faire travailler son équipe pour le cas où cette situation se renouvelle plus tard dans la saison. Sur la remise en jeu, Aurélien Salmon (encore lui, oui oui) a le ballon entre les mains, shoote tel un Ragauskas face à Brest (mais sans le dribble) il y a 2 ou 3 ans, et marque juste au buzzer donnant un avantage de 21 points aux siens. Fin QT3: 69-48 et Beaublanc est debout.

QT4: Ce doux sentiment que rien ne peut nous arriver...

On l'a tous compris, il n'y a plus aucun suspense et les joueurs de Nikola Antic n'ont pas le talent nécessaire pour revenir. De plus, l'adresse insolente d'Aurélien ce soir a de quoi les écoeurer. Vous remarquerez que je n'ai toujours pas parlé d'Alahji dans ce match... C'est tout simplement du au fait qu'Alahji n'a quasiment rien fait ce soir... Nous dirons qu'il a sauvé sa ligne de stats en toute fin de match (il marque 8 de ses 10 points dans les 8 derniers minutes) mais n'a rien apporté de particulier le reste du temps. Ce garçon n'y est plus ces temps-ci et peut-être devrions-nous examiner ce manque de forme plutôt que de pointer systématiquement du doigt Brent Darby. Le match se termine gentiment avec l'entrée en jeu de Lucas Durand et Ervine Dadie qui ne connaitront pas la même réussite que lors de leur dernière prestation (Dadie avait marqué sur une passe de ... Lucas). Le score final sera de 90 à 63.

Que dire de ce match? Rien de particulier en fait. Le CSP se devait de le gagner, le job est fait même si la manière n'a pas toujours été au rendez-vous. Cela fait plaisir de voir revenir Aurélien à ce niveau de jeu tant ce rôle d'artilleur lui va comme un gant. il faudra également noter la performance de Raphaël Desroses qui a rentré quelques shoots et rendu une belle copie avec la meilleure évaluation de son équipe ce soir: 26 (16 pts en 26 min à 83%, 6 rebonds, 1 contre et 4 passes). Cependant, la défense est toujours aux abonnés absents et nous devons cet écart de 27 points en grande partie au manque de réalisme des coéquipiers de Kevin Corre. La rumeur annonce du changement, nous en saurons sûrement plus la semaine prochaine ou après le match au Portel qu'il faudra tenter de gagner... et avec les joueurs en place.

  • Autour du match
  • Commentaires (24)