Limoges balaye Vilnius

Le CSP a battu Vilnius 82 à 61, un écart impensable tant les 30 premières minutes avaient été serrées entre les deux équipes. Mais cette fois Limoges, à domicile, a enclenché la marche avant dans les dernières minutes pour atomiser les lituaniens, ceux-là même qui avaient battus Kuban la semaine dernière, oui. Analyse de la belle victoire limougeaude.

Pour trouver la trace d'une victoire plus large du CSP en coupe d'Europe, il faut remonter en l'an 2000, finale aller de la Korac contre Malaga, match qui est encore dans toutes les mémoires avec ce score de 80 à 58. Mais si on nous avait dit que ce serait ce soir que Limoges allait péter l'un des tauliers de l'Eurocup dans les grandes largeurs, surtout après le traumatisme de dimanche, on aurait tous bien ri.

Le match

On a vu deux matchs ce soir. La première mi-temps a été marqué par pas mal de maladresse de la part des deux équipes, un jeu un peu crispé, qui a conduit au score de 33 à 31 pour Limoges. A ce moment là du match on était déjà bien heureux de voir les joueurs de Julbe la tête à l'endroit après ce qui s'était passé dans les dernières minutes du match à Levallois. Mais force est de constater que Limoges avait digéré en apparence, et que ce CSP là était appliqué face à Vilnius, à défaut d'être étincelant.
Boutsiele et Diagne trop vite sanctionnés par les fautes, c'est Conklin qui jouait dessous avec réussite (8pts à la mi-temps), comme il l'avait fait face à Pau. Dans le même temps, Christon s'occupait de tout en attaque, volait quelques ballons, et finissait la mi-temps avec 13 pts pour 14 d'éval. Invernizzi comptait lui aussi 8 points grâce à deux shoots longue distance bien sentis. Seul point noir, les rebonds, où le CSP se faisait marcher dessus : Vilnius avait déjà pris 9 rebonds offensifs (et au total 10 de plus que le CSP sur cette période), autant de secondes chances heureusement souvent vendangées par des lituaniens maladroits.

La deuxième mi-temps partait sur un autre rythme, Vilnius haussait le ton avec un peu plus d'adresse, prenait un petit écart, mais Limoges ne lâchait rien et haussait son niveau de jeu également. Le CSP restait dans le match et mieux, repassait devant avant les 10 dernières minutes (58 à 54), Invernizzi et même Lang artillant de loin.
Limoges restait solidement aux commandes du match, flirtant avec les 10 points d'avance, et avouez, on a tous pensé à 5 minutes de la fin et 11 points qu'il était bien trop tôt pour penser que c'était gagné! Mais ce soir, pas de panique, (d'ailleurs pas de presse en face), Limoges ne se contenta pas de gérer son avance, mais il enfonça le clou de belle manière avec un Vee Sanford royal à 3 points. Vilnius était relégué à 21 points à 12 secondes de la fin (82 à 61), on pouvait souffler.

On a aimé

Semaj Christon, indispensable en 1ère période, il a porté son équipe, et a su se faire gestionnaire sur le reste du match. Le vrai chef d'orchestre du CSP si c'était encore à confirmer. Il termine avec 19 pts à 8/12, 21 d'éval en 30 minutes.

La fin de match de Vee Sanford, 3/3 à 3 points. C'est clairement lui qui creuse l'écart en fin de match, et peut être que ce moment là sera important en cas de goal average serré dans 8 matchs.

Gagner sans trembler. Ceci dit on aurait signé pour gagner en tremblant, mais plus jamais de revivre 1'30 comme à Levallois. Apparemment les joueurs du CSP ont plus vite digéré que certains supporters dont je fais partie, tant mieux!

Le ratio assists balles perdues, tout simplement énorme : 23-8. Limoges a joué en rythme, en équipe, au contraire de Vilnius, qui est passé à côté de son match (ratio de 13-18 pour les lituaniens, ça pique les yeux), bien aidé par un CSP solide.

On n'a pas aimé

Perdre la bataille des rebonds. Même si Limoges a réussi à refaire en partie son retard, donner 13 rebonds offensifs aux lituaniens aurait pu coûter cher s'ils avaient été dans un bon soir. Mais ce n'était pas le cas alors tant mis pour eux, on prend.

Les 5 fautes de Diagne, qui n'a pas apporté grand chose ce soir, à part un contre à un moment important du match, et qui allait lancer la série de Sanford pour éteindre définitivement Vilnius.

Pas grand chose d'autre, franchement, ça serait faire la fine bouche... Oui un manque d'adresse au début mais bien rattrapé par la suite, oui quelques pertes de balles qui auraient pu être évité etc... mais 82 à 61 au final.

La suite

Dès samedi Limoges aura l'occasion de se frotter à une autre équipe niveau Eurocup, la bête noire du CSP ces dernières années, Monaco. Gros match en perspective si le CSP joue sérieux et appliqué comme depuis deux matchs (oui parce que le match à Levallois a été bon presque jusqu'au bout). Ensuite Limoges entamera son 1er gros road trip de la saison, en enchainant des déplacements à Kuban, au Mans et à Venise.

  • Autour du match
  • Commentaires (44)