Signature de l'entrée de Lionel PELUHET au capital à transmettre à la DNCCG avant : dnccg

LE MATCH LE PLUS LONG AVEC PATTON EN GéNéRAL

Illustration

Le CSP s'incline lourdement à beaublanc face à un très bon Cholet .Pas grand chose à dire. Pas grand chose à sauver. Si, Lucas Ugolin au-dessus de ses coéquiiers. Défense poreuse et dépassée. Pas de confiance dans le jeu et les tirs. Du néant !
Belle équipe de Cholet à l'exception du petit c... qui laisse traîner sa jambe sur la cheville de Nicolas Lang. Volontaire ou pas (encore que), son comportement par la suite est inadapté. Et je reste mesuré. Analyse

BRANLéE à BEAUBLANC (65-82)

Face à un adversaire valeureux et talentueux. Du beau calibre à tous les postes. Une équipe difficile à manoeuvrer. Du lourd pour la Betlic Elite. Jamais battue lors de l'ère Cancellieri. Rencontre difficile à négocier, c'est vrai. Les progrès constatés lors des deux matchs de reprise allaient-ils être confirmés cette après-midi. La bonne nouvelle c'était le retour combiné de Mathieu WOJCIE et de Desi RODRIGUEZ, la mauvaise de dernière minute fut la défection du coach italien... foudroyé par une gastro, remplacé par Massimo II !

C'est dans un Beaublanc partagé entre la crainte et l'espoir dissipé au bout de quelques minutes.

Le CSP en mode catastrophe (31-52)

Cholet plus en rythme domine un CSP emprunté
Plus d'intensité chez les visiteurs. Limoges résiste en début de match, avec un Yeguete intéressant avant que le CSP ne décroche. Cholet joue vite, se projette vers l'avant avec des passes de foot américain et varie même son jeu à l'image d'Artis qui par deux fois, et notamment par un tir au buzzer, douche Beaublanc (28-19).

Limoges s'écroule au deuxième quart-temps (31-52)
Pas grand chose à dire si ce n'est que le CSP est très vite, dépassé par l'intensité des visiteurs et son incapacité à s'adapter à la défense adverse. La défense va sombrer face à Artis, Sako et Patton qui contrôlent le traffic aérien. Temps-mort à 31-48. Tout ça ne sent pas très bon. Klassen est catastrophique et le restera toute la partie. L'écart monte à + 19. A la mi-temps, les jeux sont faits.

CHOLET JOUE à SA MAIN (65-82)

Le début de la seconde mi-temps voit un CSP réussir des stops en défense, et être plus en confiance en attaque. A 42-56, Beaublanc croit (un temps) à un retour de ses protégés. Yeguete donne à espérer par un beau flotteur (44-61). Si Ugolin se met de nouveau en évidence par un tir primé, Campbell, twice, douche les très, très minces espoirs d'un éventuel retour (54-77).

Le dernier quart-temps est un long chemin de croix, où les visiteurs maîtrisent le rythme du jeu. Le CSP est battu. La baisse d'intensité de Cholet permet au CSP de terminer par un score plutôt flatteur, même si Limoges devra faire sans son capitaine victime d'un tacle à la cheville (non sanctionné, son pied ne faisant sans doute pas partie de son cylindre selon le corps arbitral). Le match joué, Jones se met à marquer. Hélas, il est terminé depuis longtemps (65-82).
Pas de sifflets à Beaublanc. Les traditions se perdent.

Défaite PRéOCCUPANTE


D'abord pour la confiance. Cette équipe en avait besoin pour aller de l'avant et atteindre l'objectif du Top8.. Bien sûr au niveau comptable, on reste en périphérie.
Seul Lucas Ugolin a été au rendez-vous. Les prestations du reste de l'équipe sont médiocres et insuffisantes. Il va falloir se relever. Du boulot en perspective.

DéPLACEMENT EN CETTE FIN D'IBèRE

C'est sans enjeu, à l'exception de celui de faire bonne figure, de travailler les systèmes tout en faisant jouer tout le monde que le CSP se rend à Malaga. Galop d'entraînement de luxe.
Prochain match en championnat contre Monaco. Demain sera un autre jour ou pas.

  • Autour du match
  • Commentaires (29)