Playoffs 2019

Le CSP en 1/4 de la Coupe de France

Illustration

Limoges s'est imposé sur le parquet du Poitiers Basket 86 avec une marge assez confortable qui ne reflète pas le visage de la rencontre où le CSP a été mené pendant deux périodes. Sans paniquer et avec une certaine sérénité, les pensionnaires de ProA ont mis le coup de collier nécessaire au QT4 pour mettre à distance les pictaves. Analyse.

Le film du match

Avant toute chose, notons l'absence de James SOUTHERLAND sur la feuille comme sur le banc, ce qui préfigure sans doute une transaction prochaine (sans arrivée... il faut amortir le salaire de Gélabale !).
Edit : il était également absent contre Cholet et Salonique mais cela n'avait pas été souligné. Aucune information (pour l'instant) sur un éventuel transfert, il est toujours listé chez son agent comme "sous contrat".

La physionomie de cette rencontre est assez simple : Limoges a joué deux quart-temps.

Le premier, qui a servi de décrassage 17h après la réception de Cholet, où on a rapidement eu l'impression que Limoges allait corriger un Poitiers certes motivé mais trop brouillon et précipité pour inquiéter le champion de France de ProA. A l'image de Lamine Kanté transfuge limougeaud dans la Vienne qui a balancé un airball splendide sur sa première balle, Poitiers semble s'écraser sur le mur limougeaud pendant que de l'autre côté c'est un Zerbo encore une fois très en verve qui enquille les paniers (12pts 2rbds 13 d'éval... une pensée aux basketix qui veulent le virer depuis 3 ans et à qui on se fatigue à répéter qu'il est en développement....). Relayé une nouvelle fois par un très bon Camara qui s'est battu et a également scoré 12pts mais auxquels il a ajouté la bagatelle de 12rbds pour conclure une éval à 16. Je me passerai des commentaires sur la danseuse de Samba les chiffres parlent d'eux-même : 13min 4pts à 33% (et 2/4 aux LF) 2rbds 2 d'éval 12500€ (Pour info Ogide et Fitzgerald les intérieurs du PB86 touchent 8100€... en cumulé. C'est pour parler.

Les deuxième et troisième quart-temps ressemblèrent à un petit levage de pied où Poitiers exploita à fond ses qualités sous les ordres d'un Nelhomme très inspiré qui encouragea ses troupes à créer des mismatch sur les changements après écrans et de jouer sur la vitesse pour les petits, sur la puissance pour les intérieurs. Dans le même temps, suite aux efforts consentis la veille, JM Dupraz faisait tourner son effectif sans trop tirer sur les cadres. On retrouve ainsi Curry à 27min, Camara à 24, Gélabale à 19 Jamar à 25 et tous les autres aux alentours de 20min. A la faveur d'un jeu sérieux, Poitiers reprenait la tête sans pouvoir toutefois faire le break (+7 au plus haut) mais voyait systématiquement les limougeauds revenir sans forcer et sans s'inquiéter.

Le quatrième quart fut la période de trop pour le PB86, avec des joueurs très utilisés (les 3 US flirtant avec les 30min et Guillard à 25) qui perdirent en lucidité. A la faveur des pertes de balles et des actions menées avec de la maîtrise et une bonne dose de réussite en attaque, le CSP prit le large. De 53-50, l'écart enfla à 62-56 sous les coups de butoir des Smith (10pts mais aussi 10pds !) Moerman Gélabale et Curry très adroits qui mirent calmement à distance les pensionnaires de l'antichambre. A presque 20pts d'écart la messe était dite et les dernières possessions consistèrent en de la gestion de la fatigue pour les verts et de l'écart pour les blancs qui sur un dernier 3pts réduisirent les frais à -14, 66-80 sous les applaudissements d'un public de Saint Eloi toujours aussi fidèle à son équipe.

Une formalité ?

On aurait pu penser que l'écart entre un club qui a disputé l'Euroleague et une formation qui galère un peu en ProB aurait pu être plus grand mais ça aurait été en oubliant les circonstances et la motivation inhérente à ce genre de rencontres pour le petit poucet. Toutefois, le CSP a fait le job. On constate avec plaisir que le secteur intérieur a des ressources en l'absence de Trent Plaisted et que les nouveaux moves de Zerbo font des ravages ! L'utilisation de Camara près du cercle porte également ses fruits. L'étincelle de Batista entrevue contre Salonique ressemble à un pétard mouillé mais je ne demande qu'à me tromper...
Chez les extérieurs, la froideur de Gélabale et son talent nonchalant font merveille avec une bonne sélection de tirs dont des réussites dans des situations techniquement très complexes. Un merveilleux atout pour les échéances européennes qui approchent. Jamar a joué meneur par séquences et son double double en 25min laisse rêveur. Léo ne force toujours pas, malgré un succès derrière l'arc il préfère passer que tirer se sachant en manque de régularité, et il faut avouer qu'il va sévèrement nous manquer l'an prochain.

On n'a pas aimé

Pas grand chose en fait. Compte tenu du match de la veille, de la non préparation de celui-ci (de l'aveu même de JMD au micro de France3 Limousin) ou encore des rotations fréquentes, difficile de faire la fine bouche.

On a aimé

Les rotations, certains avec des minutes produisent du jeu...
Voir le coach expérimenter (Jamar en 1, Camara en 5, JPB sur le banc).
Zerbo, Zerbo, Zerbo... il se murmure que le temps supplémentaire passé avec Jim Bilba serait profitable.
Le parti-pris des commentateurs de F3 (Limousin pourtant !) dont notre Fred Weis national, pour le petit poucet... comme quoi il ne s'agit pas de haine du CSP (comme reproché récemment à David Cozette à tort !) mais bel et bien une façon de faire vivre un match en se plaçant du côté du plus faible.
Et bien entendu, le respect affiché par toute une salle, tout notre sport et chaque joueur par rapport à l'actualité récente.

  • Autour du match
  • Commentaires (19)